jeudi , 23 février 2017
Accueil / Politique / RDC : Le nouveau 1er ministre a-t-il le soutien de la communauté internationale ?

RDC : Le nouveau 1er ministre a-t-il le soutien de la communauté internationale ?

Dans un message publié jeudi 17 novembre, le secrétaire général de l’ONU dit prendre note de la nomination de Samy Badibanga au poste de premier ministre en RDC, conformément à l’accord politique signé le 18 octobre dernier. Ban Ki-moon se félicite « de cette première mesure concrète prise dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord politique qui devrait mener à la tenue d’élections crédibles dans le pays ».  « Il encourage le gouvernement qui sera formé par le Premier ministre Badibanga à créer un climat propice au respect des libertés et droits fondamentaux, essentiels au débat politique et à des élections crédibles et inclusives, comme le prévoit la résolution 2277 (2016) du Conseil de sécurité », note le communiqué. La réaction de la Belgique ne s’est pas fait attendre. Le vendredi 18 novembre, 24 heures après la nomination de Samy Badibanga comme Premier ministre, le vice-Premier ministre et ministre belge des Affaires étrangères a réagi à cette désignation. « Je prends acte de l’annonce de la désignation, en République démocratique du Congo, de Samy Ntita Badibanga comme Premier ministre d’un gouvernement basé sur l’accord du 18 octobre », note Didier Reynders sur son blog.

Le nouveau Premier ministre congolais, Samy Badibanga, serait sur la bonne voie d’avoir le soutien de la communauté internationale. En moins de 24 heures de sa nomination, des réactions positives viennent des Nations unies et de la Belgique.

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a réagi juste quelques heures après la nomination du nouveau Premier ministre de la RDC. Dans un message publié jeudi 17 novembre, le secrétaire général de l’ONU dit prendre note de la nomination de Samy Badibanga au poste de premier ministre en RDC, conformément à l’accord politique signé le 18 octobre dernier, rapporte Radio Okapi.

Dans ce message, Ban Ki-moon se félicite « de cette première mesure concrète prise dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord politique qui devrait mener à la tenue d’élections crédibles dans le pays ».  « Il encourage le gouvernement qui sera formé par le Premier ministre Badibanga à créer un climat propice au respect des libertés et droits fondamentaux, essentiels au débat politique et à des élections crédibles et inclusives, comme le prévoit la résolution 2277 (2016) du Conseil de sécurité », note le communiqué.

Toutefois, le secrétaire général de l’ONU se félicite de la médiation menée par la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) et appelle les groupes politiques qui n’ont pas signé l’accord politique à rester engagés et à travailler à la résolution de leurs différends de manière pacifique.

« Il appelle en outre tous les acteurs politiques à continuer à œuvrer de bonne foi et dans un esprit de compromis en vue d’une solution politique ouvrant la voie à des élections pacifiques, crédibles, inclusives et dans les meilleurs délais en RDC, conformément à la Constitution et à la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance », lit-on également dans le communiqué de Ban Ki-moon.

Soutien de la Belgique !

La réaction de la Belgique ne s’est pas fait attendre. Le vendredi 18 novembre, 24 heures après la nomination de Samy Badibanga comme Premier ministre, le vice-Premier ministre et ministre belge des Affaires étrangères a réagi à cette désignation. « Je prends acte de l’annonce de la désignation, en République démocratique du Congo, de Samy Ntita Badibanga comme Premier ministre d’un gouvernement basé sur l’accord du 18 octobre », note Didier Reynders sur son blog.

Malgré le caractère laconique du communiqué, la Belgique semble soutenir toutes les démarches du nouveau gouvernement qui iront dans le sens de favoriser les libertés individuelles en RDC. « J’espère que cette désignation permettra d’ouvrir l’espace des libertés démocratiques et de soutenir les tentatives de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) pour rendre l’accord issu du dialogue plus inclusif. Mes vœux accompagnent le nouveau Premier ministre à cet effet », souligne Didier Reynders dans son message.

Cependant, le patron de la diplomatie belge a réitéré son appel à un consensus plus large avant la date fatidique du 19 décembre marquant la fin du deuxième et dernier mandat du président Joseph Kabila, selon la Constitution. « J’invite toutes les parties en présence à trouver avant le 19 décembre un accord politique pour donner la meilleure chance à une transition pacifique, la plus brève possible, et permettre la tenue d’élections apaisées et crédibles dans l’esprit de la Constitution ».

Comme le secrétaire général de l’ONU, le chef de la diplomatie belge continue à faire pression sur le président de la République et à sa majorité pour un accord politique qui intègre, notamment le Rassemblement que préside Etienne Tshisekedi.

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

RDC : Diminution de l’espace démocratique

La diminution de l’espace politique en RDC a fait l’objet des entretiens entre Andrew Gilmour …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer