samedi , 25 mars 2017
Accueil / Élections / UDPS : les masques sont tombés

UDPS : les masques sont tombés

Tout observateur averti de la politique congolaise sait que depuis des années, «Joseph Kabila »  n’a cessé de s’armer, car dans la logique de la conservation du pouvoir, le « Tutsi-power » s’apprête plutôt à affronter par les armes quiconque tenterait de le stopper dans son projet d’occupation et de balkanisation de la RDC. A cet effet, « Kabila » a émis de nombreux signes qui prouvent qu’il n’a jamais eu l’intention sincère d’organiser les élections dans les délais constitutionnels : il n’a pas prévu par exemple de budget, alors que des milliards de dollars sont déposés dans des paradis fiscaux sous la barbe de la communauté internationale, il n’y a jamais eu non plus un début d’opération de recensement de la population congolaise, etc … Face à cette détermination du lobby tutsi rwandais à garder le pouvoir par la force et avec la complicité des collabos congolais, l’UDPS, particulièrement l’aile familiale, lui facilite la tâche grâce à sa stratégie de double jeu. D’un côté, elle draine derrière elle les partis politiques dits de l’opposition ainsi qu’une bonne partie du peuple congolais, en leur faisant croire qu’elle les engage dans un combat contre « Kabila » (mais jamais contre l’occupation rwandaise!); et de l’autre côté , au même moment dans les coulisses, les mêmes dirigeants de l’UDPS familiale développent un autre schéma secret avec «Kabila» et ses hommes, pour le partage du pouvoir !

Quelques heures après le discours plein d’arrogance d’un «Kabila» gonflé d’orgueil devant le simulacre de «Congrès» des applaudisseurs congolais, le dictateur et occupant rwandais vient de faire connaitre, comme il l’avait promis, le choix de son «Premier ministre», son principal complice qui l’aidera à gérer la «transition». Il a jeté son dévolu sur Samy Badibanga, un pseudo dissident de l’UDPS qui,  bien qu’ayant désobéi à Etienne Tshisekedi en allant siéger au parlement  après le scrutin de 2011, est cependant curieusement resté  très proche de l’UDPS familiale, et en particulier de Félix Tshisekedi. Et comme par hasard, ces derniers mois, à chaque fois qu’il y a eu des tractations importantes impliquant l’UDPS, Samy Badibanga a chaque fois été de la partie.

C’est ainsi qu’il y a près d’un an, en décembre 2015, (cfr. photo ci-dessus publiée par le Journal Jeune Afrique ) lorsque se réunissaient à Paris Moise Katumbi et Félix Tshisekedi pour discuter et conclure l’OPA effectué sur l’UDPS par le président du TP Mazembe, Samy Badibanga était bel et bien présent, comme un homme de confiance de la famille Tshisekedi. Le peuple congolais se souviendra qu’à l’issue de cette messe noire, le message délivré alors en grande pompe, annonçait que l’UDPS et Moïse Katumbi se mobilisaient pour le départ de «Joseph Kabila »  et souhaitaient un « dialogue » avec ce dernier « sous l’égide de la communauté internationale». Peu après,  les congolais, incrédules, apprenaient par la bouche du leader de l’APARECO, que l’UDPS avaient déjà entamé des discussions secrètes avec les émissaires de «Joseph Kabila».  Après avoir nié puis reconnu des rencontres secrètes à Ibiza, Venise, Paris et ailleurs en Europe, l’UDPS a continué  à réclamer un dialogue avec l’imposteur rwandais « Kabila » en vue d’obtenir son départ du pouvoir sans heurts.

La stratégie et les choix politiques de l’UDPS ont chaque fois conduit le peuple congolais dans l’impasse

Tout observateur averti de la politique congolaise sait que depuis des années, «Joseph Kabila »  n’a cessé de s’armer, car dans la logique de la conservation du pouvoir, le « Tutsi-power » s’apprête plutôt à affronter par les armes quiconque tenterait de le stopper dans son projet d’occupation et de balkanisation de la RDC. A cet effet, « Kabila » a émis de nombreux signes qui prouvent qu’il n’a jamais eu l’intention sincère d’organiser les élections dans les délais constitutionnels : il n’a pas prévu par exemple de budget, alors que des milliards de dollars sont déposés dans des paradis fiscaux sous la barbe de la communauté internationale, il n’y a jamais eu non plus un début d’opération de recensement de la population congolaise, etc …

Face à cette détermination du lobby tutsi rwandais à garder le pouvoir par la force et avec la complicité des collabos congolais, l’UDPS, particulièrement l’aile familiale, lui facilite la tâche grâce à sa stratégie de double jeu. D’un côté, elle draine derrière elle les partis politiques dits de l’opposition ainsi qu’une bonne partie du peuple congolais, en leur faisant croire qu’elle les engage dans un combat contre « Kabila » (mais jamais contre l’occupation rwandaise!); et de l’autre côté , au même moment dans les coulisses, les mêmes dirigeants de l’UDPS familiale développent un autre schéma secret avec «Kabila» et ses hommes, pour le partage du pouvoir !

Ainsi, pendant que le leader de l’UDPS haranguait ses collègues à Genval,   certains de ses proches se livraient secrètement à des tractations mercantiles avec les occupants. Et l’état-major officiel de l’UDPS a fermé opportunément  les yeux et fait croire qu’il n’était pas au courant des contacts « privés » de certains membres de son parti. Grâce à ce jeu de dupe, ils échappent ainsi chaque fois à la colère du peuple congolais auquel on fait toujours croire que «Tata ayebaki na yee makambo wana te!» (traduisez: « papa n’était pas au courant de ces magouilles »).

Mais à Genval suite à leur alliance contre nature avec le zambien du PPRD Moise Katumbi (il a lui-même révélé ses origines zambiennes) , il était par exemple difficile de cacher et de justifier la présence à leurs côtés d’un Francis Kalombo, député PPRD de son état et toujours membre de ce parti . Mais , les congolais ont-ils compris ?

La stratégie appliquée par l’UDPS aile familiale est celle de disperser les œufs dans plusieurs paniers politiques à la fois dans le but d’être présents partout. C’est ainsi que parmi ceux qu’ils ont décrétés comme «dissidents» parce qu’ils ont désobéi aux consignes du leader de l’UDPS, on constate curieusement  que certains sont restés cependant très proches de la famille Tshisekedi. Plus grave, parmi les récalcitrants qui ont désobéi à Etienne Tshisekedi et ont siégé au Parlement, on compte son propre fils Félix Tshilombo, sa propre sœur et …Samy Badibanga, le nouveau Premier ministre de « Kabila » ! Remarquez en plus que Félix Tshisekedi, qui n’a jamais siégé au Parlement, a cependant continué à bénéficier d’un exceptionnel privilège de toucher ses émoluments sans jamais être sanctionné comme le prévoit le règlement interne du Parlement. Il est important que le peuple congolais prenne conscience de ce jeu dangereux des Tshisekedi qui, chaque fois que le pays se trouve devant le choix historique de son destin, conduit la masse populaire dans l’impasse pour ouvrir le chemin aux occupants rwandais.

En effet, les accointances des Tshisekedi avec le pouvoir d’occupation se sont déjà traduits dans le passé sous d’autres formes de «collaboration». Lors du scrutin de 2006, comme pour le dialogue qui permet aujourd’hui le glissement tant attendu par Kanambe , l’UDPS s’est fait le porte-voix de l’organisation des élections dans la RDC occupée, en faisant campagne pour l’enrôlement des électeurs …sans l’opération d’identification et de recensement ! Or, l’élimination de cette étape préalable était cruciale dans le schéma du Tutsi-power, puisqu’il a permis à des centaines de milliers de rwandais d’acquérir l’identité congolaise au seul motif qu’ils sont détenteurs de la carte d’électeur de la RDC, seule pièce d’identité des congolais !

De même, quelques années auparavant, à Sun City,  l’UDPS a fait le choix hasardeux et lourd en conséquence de s’allier au RCD Goma,un groupe créé de toutes piècespar le Rwanda. Par cet acte, Etienne Tshisekedi et les siens ont ainsi fait sciemment la courte échelle à Azarias Ruberwa (réfugié rwandais enregistré au HCR) et permis que ce dernier occupe la fonction de Vice-président de la RDC…en charge de la défense et de la sécurité!

Et que dire du début de la guerre d’agression de la RDC par le Rwanda, lorsque Mr Honoré Ngbanda par exemple dénonçait déjà dans les médias nationaux  sous Mobutu (https://www.youtube.com/ watch?v=9ZKS7K8wn4c) le   mensonge concocté par le Rwanda consistant à faire croire à l’opinion que ce sont les membres de l’ethnie imaginaire des  « banyamulenge » qui se révoltaient, alors que Etienne Tshisekedi déclarait sans sourciller sur les ondes des médias internationaux ( notamment RFI) que ces assaillants étaient «nos frères» qui sont venus pour libérer le peuple congolais de la dictature de Mobutu.

Personne n’ignore le travail de titan accompli par l’UDPS et son leader, et qui a consisté à démobiliser, en complicité avec l’ambassade des Etats-Unis à Kinshasa, les militaires des FAZ et à les inciter à rejoindre le rang des agresseurs du Zaïre. L’UDPS porte une lourde responsabilité dans le processus d’occupation et de balkanisation de la RDC depuis 1996, à cause de sa complicité avérée avec les ennemis du peuple congolais.

Samy Badibanga à la Primature : un marché de dupes qui ne doit tromper personne

Le jeu de dupe qui se déroule actuellement à Kinshasa, surtout avec l’arrivée de Samy Badibanga à la Primature, ne doit plus leurrer personne. La feuille de route de cette nouvelle équipe proviendra de Kigali. Que les Congolais ne se trompent pas : l’UDPS continuera à les détourner des véritables enjeux qui consistent à stopper le processus d’occupation, et non à se livrer au jeu stupide d’une simple mise en place de la démocratie dans la RDC occupée. Cette confusion volontairement entretenue permet à ce parti politique, et à travers lui aux occupants rwandais, de garder un certain contrôle des patriotes congolais « récalcitrants » qui croient de bonne foi à la sincérité de l’UDPS. C’est cette ignorance ou naïveté qui permet chaque fois à l’UDPS de jouer son rôle de rabatteur des populations et des jeunes patriotes congolais chaque fois que les occupants rwandais ont besoin de nous dérouter et de nous faire accepter les étapes de leur plan qui vise à pérenniser l’occupation pour la balkanisation de la RDC.

A l’heure où de toutes parts les résistants se préparent pour le véritable soulèvement populaire qui devra mettre fin à l’occupation de la RDC, il est plus qu’urgent pour les congolais de prendre conscience du rôle réel que joue aujourd’hui certains membres de la classe politique congolaise. De la lucidité des congolais dépendra la réussite de leurs actions ainsi que l’avenir de la RDC. L’UDPS est actuellement entre le marteau et l’enclume. Elle a joué au double jeu jusqu’au bout. Son pion officieux, Samy Badibanga est appelé officiellement à la rescousse de l’occupant rwandais, « Kabila », pour l’aider à gérer une transition qui devra jeter les bases d’un nouveau pouvoir en faveur du Tutsi-power. L’UDPS officielle montera au créneau pour le désavouer en public en vue de continuer à gérer la colère du peuple congolais et permettre aux occupants et aux lobbies qui les soutiennent de garder indirectement la main sur la population congolaise.

Elle adoptera pour cela le discours patriotique de la résistance, mais pour inviter le peuple à des actions de façade qui n’aboutiront à rien ! Elle donnera des dates des manifestations (avec l’autorisation de «Kabila»), y compris des itinéraires et des heures ! Les congolais ne doivent plus être dupes ! Et l’APARECO sera plus que jamais à leurs côtés pour continuer à les prévenir de toutes ces manœuvres sordides. Car l’heure est venue pour toute notre population de se libérer du piège d’une certaine classe politique collaborationniste pour s’assumer pleinement devant l’histoire !

Paris, le 18 Novembre 2016

Candide OKEKE

L’ŒIL DU PATRIOTE

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

RDC : Diminution de l’espace démocratique

La diminution de l’espace politique en RDC a fait l’objet des entretiens entre Andrew Gilmour …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer