vendredi , 24 mars 2017
Accueil / Élections / RDC : Olivier KAMITATU, un pseudo leader politique

RDC : Olivier KAMITATU, un pseudo leader politique

Quelqu’un a-t-il déjà aperçu Olivier Kamitatu dans des manifestations politiques publiques, même du temps où il était dans la majorité ? Si oui, combien de fois et, si non, faites le compte des manifs’ politiques de l’opposition depuis qu’il l’a ralliée, défalquez ensuite les occasions où il était présent et faites le compte. En attendant le résultat final, l’hypothèse est que Olivier Kamitatu est un pseudo leader politique des salons, des mallettes diplomatiques ou, tout au plus, des réseaux sociaux et des plateaux de radios et de télévisions. Bon, pour être généreux, rajoutons-lui les coins de tables des bistrots et des restos où il rencontre des journalistes pour s’adonner à l’exercice qu’il connaît et qui ne sont pas nécessairement des interviews. Certains de nos confrères de La Libre Belgique savent bien de quoi nous parlons…

Il est des fois que nous devons nous arrêter pour jauger ces acteurs politiques qui proposent la lune à leurs compatriotes alors qu’eux-mêmes ne représentent même pas une lanterne sous une table. Olivier Kamitatu, qui sévit politiquement sur les réseaux sociaux et dans les médias plutôt que dans la foule lors des manifs’ publiques auxquelles il ne prend jamais part, est de ces froussards et lampistes qui jouent de la langue de Shakespeare sans aucune teneur en termes de propositions pour l’avenir. Décryptage…

Quelqu’un a-t-il déjà aperçu Olivier Kamitatu dans des manifestations politiques publiques, même du temps où il était dans la majorité ? Si oui, combien de fois et, si non, faites le compte des manifs’ politiques de l’opposition depuis qu’il l’a ralliée, défalquez ensuite les occasions où il était présent et faites le compte. En attendant le résultat final, l’hypothèse est que Olivier Kamitatu est un pseudo leader politique des salons, des mallettes diplomatiques ou, tout au plus, des réseaux sociaux et des plateaux de radios et de télévisions. Bon, pour être généreux, rajoutons-lui les coins de tables des bistrots et des restos où il rencontre des journalistes pour s’adonner à l’exercice qu’il connaît et qui ne sont pas nécessairement des interviews. Certains de nos confrères de La Libre Belgique savent bien de quoi nous parlons…

C’est donc ce profil de politicien qui, pince sans rire, lance des tweets pour annoncer plaies et bosses à ses adversaires politiques (?) à la date fatidique du 19 décembre 2016. « Le 19/12 sera un jour normal ? Dieu seul sait ! Mais à coup sûr, le 20/12 sera le premier jour du reste d’autre chose ! », écrit-il dans un de ses derniers tweets dont il a la maîtrise de diffusion.

En réalité, Kamitatu n’a produit d’effet que de faire rire les vaches, lui que l’on présente comme le champion des froussards de la scène politique nationale, prompt à franchir la barrière de la première ambassade à sa portée chaque fois que ça barde, soit carrément à aller se mettre bien au chaud en Europe en attendant que le mauvais vent se dissipe.

Qui donc peut produire le moindre pedigree d’un Olivier Kamitatu tribun, mobilisateur et harangueur des foules ? A deux reprises dans l’ancien Bandundu – 2006 et 2011 – il a dû sa réélection à l’appui de l’artiste musicien NgiamaMakandaWerrason qui le portait littéralement sur ses propres podiums de meeting (à lui Kamitatu). Alors, l’ancien étudiant de l’ICHEC se livrait à des harangues dans un français châtié devant des foules rurales ébêtées tel qu’en témoignent leurs yeux ronds comme dans la B.D. Après avoir suivi ses discours, les villageois se retrouvent avec plus d’interrogations dans la tête qu’ils n’en avaient à leur arrivée, se demandant ce que ce « mundele » a bien voulu leur transmettre comme message. Heureusement, ils s’en consolent toujours avec la musique endiablée de leur « mpangi » Werrason qui les ramène sur terre après tous ces mauvais coups qu’ils vivent comme des mauvais sorts leurs jetés.

Opportunistes comme tout roublard et spécialiste de la trahison, Olivier Kamitatu, qui a un faible pour la bonne chair – dans tous les sens du mot – se trouve certainement à l’abri du besoin aux côtés de Moïse Katumbi. Mais s’il faut faire le compte par rapport à ce qu’il lui aura apporté, l’ancien patron de l’ex-Province du Katanga se rendra certainement compte que ce sont ses propres billets verts, et non le carnet d’adresses d’Olivier Kamitatu, qui lui ont ouvert des portes et des plateaux de télévisions et de radios. Sans aucune idéologie lui-même, Katumbi ne saura pas, non plus, évaluer la valeur politique du travail qu’aura abattu Olivier Kamitatu qui, lui-même, ne représente aucune force de proposition en termes d’idées, sinon sa capacité à enfumer ses auditoires avec des formules phraséologiques, syntaxiques et grammaticales pompeux et sablonneux.

Non, mais sans rire, il est des fois que nous devons nous arrêter pour jauger ces acteurs politiques qui proposent la lune à leurs compatriotes alors qu’eux-mêmes ne représentent même pas une lanterne sous une table…

[PDM]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

RDC : Diminution de l’espace démocratique

La diminution de l’espace politique en RDC a fait l’objet des entretiens entre Andrew Gilmour …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer