jeudi , 23 février 2017
Accueil / Élections / RDC : Pourquoi Everiste BOSHAB, fait-il disparaitre, les dépouilles mortelles de manifestants tués le 19 et le 20 septembre ?

RDC : Pourquoi Everiste BOSHAB, fait-il disparaitre, les dépouilles mortelles de manifestants tués le 19 et le 20 septembre ?

Kinshasa, le 30 septembre  2016, 12 cercueils vides de manifestants tués lors d’une protestation dispersée par la police.

Le bureau d’Evariste Boshab a monté une brigade spéciale chargée, des enlèvements de cadavres depuis un moment. Chaque fois qu’il y a mort d’homme dans une manifestation, un groupe des gens sort de nulle part, et s’empare du corps. Les familles de victimes sont privées de corps de membres de leurs familles et ils ne savent pas, comment faire les deuils sans cadavres. Cette pratique devient banale et la population ne s’étonne plus de voir ce genre de spectacle macabre.

La dernière en date, Le mouvement Lumumbiste progressiste (MLP) du député Franck Diongo a demandé aux autorités de Kinshasa de lui autoriser à sortir de morgues les corps de douze de ses membres tués lors des manifestations de l’opposition des 19 et 20 septembre.

Au cours d’une cérémonie d’hommages aux défunts organisée vendredi 30 septembre au siège de son parti, Franck Diongo a déploré le silence à la requête adressée au gouverneur de la ville:

Le président du MLP dit pourtant avoir souligné le caractère de sa requête:

« Aujourd’hui, je vous confirme, il y a des corps en état de dégradation très avancée. Et je veux vous donner la copie de la lettre adressée au gouverneur. J’ai relevé le caractère urgent liée à la dégradation avancée de ces corps au gouverneur »

L’élu de Kinshasa soupçonne l’autorité urbaine de gagner du temps « afin d’organiser clandestinement l’enterrement de ces morts » et priver ainsi leurs familles de leur organiser des obsèques dignes.

Un autre cas flagrant à Ndjili, est l’enlèvement de trois corps de manifestants Richard Bula, Roger Mambo et Paul NGoma. Officiellement mort de crise cardiaque au cachot, le corps de Richard Bula reste confisqué par la police, un mois après sa mort. Alors que la famille, insiste pour faire l’autopsie et l’enterrer, l’hôtel de ville ne donne pas suite, plus grave, personne ne sait où se trouvent les corps de ces trois jeunes mort en détention. L’un des avocats proche de ce dossier, a expliqué pourquoi, la police refuse de rendre les corps pour la simple qu’il y a des traces de violences. Un de ses clients, rescapé, Bruno Jovelino, témoin oculaire de la situation lui a donné les détails sur le traitement infligé aux détenus du 19 et 20 septembre dernier au cachot de Ndjili.

Alors que leurs familles veulent juste  rendre  hommage digne aux fils du pays tombés pour la démocratie, le 20 septembre 2016, les amis sont surpris d’apprendre que les deux corps ont été enlevés par les policiers sur ordre de l’Hôtel de ville.

Plus surprenant, ces enlèvements se sont passés dans plusieurs hôpitaux différents.

Malgré les contestations, l’hôtel de ville n’a pas donné suite. Nous sommes en droit de nous poser la question de savoir, d’où est venu ce rite ? Pourquoi, le régime prive les familles de corps de leurs proches ? Joseph Kabila et ses acolytes sont-ils devenus membres d’une secte qui les obligent à consommer la chair humaine ?

Rudy Mandio et le PSN (parti au service de la nation) ont rendu un dernier hommage à Fortuna Ngimbi, militant du PSN qui a trouvé la mort le 19 septembre lors de la répression de la marche pacifique de l’Opposition. L’hommage de ce martyr de la démocratie, selon les propres mots de son président, a eu lieu samedi 15 octobre à l’église catholique de la commune de Kasa-Vubu non loin de la place dite Rond-Point Kimpwanza. La messe de requiem a été dite en l’absence de la dépouille mortelle.

Le jeudi 13 octobre, le président du PSN en personne s’est buté à l’entêtement de la morgue à dissimuler le corps. Le responsable de la morgue lui a confirmé la «disparition» du corps de Fortuna. Pour un cadre du PSN, excédé, «c’est une tentative pour minorer les victimes de la répression que le gouvernement subtilise les corps des victimes pour le faire disparaître ensuite».

Un jour viendra, nous saurons la vérité. A suivre…

[Jose Bakutu]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

RDC : Diminution de l’espace démocratique

La diminution de l’espace politique en RDC a fait l’objet des entretiens entre Andrew Gilmour …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer