jeudi , 23 février 2017
Accueil / Afrique / Afrique Australe & Océan Indien / Angola / RDC : « KABILA » reste

RDC : « KABILA » reste

La Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), à travers la Troïka de l’organe sur la Coopération politique, défense et sécurité, a apporté ses bons offices dans la crise politique que traverse un de ses membres, en l’occurrence la RDC. Du 10 au 12 octobre 2016, cette délégation, composée de ministres des Affaires étrangères de la Tanzanie et de l’Angola ainsi que du vice-ministre à la Défense de Mozambique, a rencontré tous les protagonistes à la crise congolaise, à savoir la Majorité présidentielle, l’Opposition qui participe au dialogue et celle qui est en dehors, la Société civile, le facilitateur Edem Kodjo, la Céni, les membres du gouvernement, avant de finir hier dans la matinée par une visite de courtoisie au chef de l’Etat Joseph Kabila.

A l’issue de cette mission dite de « solidarité » destinée à évaluer la situation politique et sécuritaire de la RDC, la délégation de la SADC a livré ses conclusions au cours d’une conférence de presse tenue hier à l’ambassade de l’Afrique du Sud. D’entrée de jeu, la SADC semble avoir choisi son camp, à savoir celui de la MP. En clair, elle a opté pour le maintien de Joseph Kabila au pouvoir sans concessions majeures.

En outre, la SADC ne cache pas son appui à Edem Kodjo et soutient le Dialogue de la cité de l’Union africaine. Elle a même promis un « appui total » aux résultats qui en sortiront. Ce, avant même que ces résultats soient connus des Congolais. Sans surprise, la SADC exprime sa satisfaction du travail que fait la Céni, notamment le timing de 504 jours avant la convocation du corps électoral ; l’issue des opérations d’enrôlement étant prévue au 31 juillet 2017.

Par ailleurs, la SADC, par le truchement de ses délégués à Kinshasa, a fermement condamné toutes « tentatives et menaces » qui mettraient en mal le processus électoral en cours. Le message est visiblement adressé au « Rassemblement » qui projette des manifestations les 19 octobre et 19 décembre pour administrer un carton rouge à Joseph Kabila.

Le seul bémol dans la prise de position de la SADC reste cette incise qui indique que l’accord politique qui sortira de la Cité de l’Union africaine laissera une ouverture pour une éventuelle adhésion des absents. L’allusion est faite au Rassemblement qui attend de pied ferme un dialogue national plus inclusif au cours duquel les conclusions de la cité de l’UA seront confrontées à celles du Conclave de Limete.

Ce qui est frappant c’est que, dans le communiqué sanctionnant leur mission, les délégués de la SADC en font nullement allusion à un dialogue national véritablement inclusif comme cadre devant réunir les participants au Dialogue de la cité de l’UA et le Rassemblement en vue d’harmoniser les divergences pour un compromis représentatif porteur de paix et de cohésion nationale.

Aussi, d’aucuns estiment-ils que cette position de la SADC contraste avec celle des Nations Unies qui redoutent « l’aggravation des tensions politiques » en RDC. En effet, au cours de la réunion du 11 octobre, le patron de la Monusco a fait un exposé devant les membres du Conseil de sécurité sur la situation préoccupante de la RDC. Maman Sidikou a noté le risque grandissant de la montée des tensions politiques en RDC relevant que la « crise électorale » est en train de se transformer en une « crise constitutionnelle ». Le représentant spécial du Secrétaire général en RDC a épinglé les « avancées limitées » du Dialogue sous la facilitation d’Edem Kodjo et interpellé sur le « risque extrême » pour la stabilité du Congo Kinshasa.

Selon le chef de la Monusco, « La seule solution est pour les parties de participer à nouveau à un processus inclusif qui trace un chemin vers la paix pour le pays ». C’est tout dire. La SADC a-t-elle l’intention de faire affront au Conseil de sécurité de l’Onu ? Difficile à dire pour l’instant. Wait and see.

Ci-après le communiqué final de la mission d’évaluation de la SADC en RDC et le communiqué de la réunion du 11 octobre du Conseil de sécurité.

Mission ministérielle d’évaluation de la troïka de l’organe de la SADC Kinshasa, DRC

La Troïka de l’Organe sur la Coopération Politique, Défense et Sécurité, de la Communauté de Développement d’Afrique Australe (SADC) a entrepris une mission d’évaluation en République Démocratique du Congo (RDC) du 10 au 13 Octobre 2016. L’objectif de la mission était de mener une évaluation sur l’évolution de la situation Politique et de Sécurité en RDC, dans le but d’évaluer les efforts en cours relatifs pour la sauvegarde de la paix et de la stabilité Politique de la RDC.

S.E. John Pombe Joseph Magufuli, Président de la République Unie de Tanzanie dans sa capacité de Président de l’Organe sur la Coopération Politique, Défense et Sécurité a mandaté la Mission.

La Mission d’évaluation a été conduite par l’Hon. Dr. Augustine P. Mahiga, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération de l’Afrique de l’Est de la République Unie de Tanzanie et Président du Comité Ministériel de l’Organe (MCO), qui a été accompagné de l’Hon. Georges Rebelo Chikoti, Ministre des Relations Extérieures de la République d’Angola et vice Président du MCO, de l’Hon. Patricio José, Vice Ministre de la Défense Nationale, de la République de Mozambique qui représentait le Président sortant du MCO.

La Mission a été soutenue par une équipe du Secrétariat de la SADC conduite par S.E. Dr. Stergomena Lawrence Tax, Secrétaire Exécutif de la SADC. La mission a également inclu les Ambassadeurs des Etats Membres de la SADC accrédités en RDC.

La Mission a consulté divers acteurs, y compris les Ambassadeurs de la SADC accrédités en RDC, S.E. Edem Kodjo, Facilitateur de l’union Africaine du Dialogue National, l’Hon. Raymond Tshibanda, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale de la RDC, Mr. Corneille Nangaa, et Mr. Nobert Katintima, respectivement Président et Vice Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), des Hauts Cadres du Gouvernement de la RDC, des Représentants de l’Opposition qui sont en dehors du Dialogue (Rassemblement), les Représentants de l’Opposition qui prennent part au Dialogue, les Partis Politiques de la Majorité Présidentielle conduite par l’Hon. Aubin Minaku, de la Société Civile et des groupes religieux.

La Mission a également rendu une visite de courtoisie à S.E Joseph Kabila Kabange, Président de la République Démocratique du Congo.

Après consultations et échange des points de vue avec divers Acteurs, la Mission Ministérielle de la Troïka de l’Organe a:

1. Noté le progrès encourageant dans le Dialogue National en cours piloté par l’UA et dans le processus d’enrôlement des électeurs sous la direction de la CENI;

2. Félicité les Acteurs qui participent au Dialogue National pour le progrès réalisé jusque-là et exhorté tous les Acteurs qui ne prennent pas part au Dialogue National de rejoindre le processus. En outre, la Mission a lancé un appel aux Acteurs d’agir de manière responsable, et d’éviter les actions qui résulteraient en des actes de violence;

3. Encouragé les Acteurs de mettre l’intérêt du pays et de la population en première position au sein du Dialogue National en vue d’assurer un consensus autour des questions en suspens;

4. En des termes forts condamné la violence des 19 et 20 Septembre qui a eu pour conséquence la perte de vie des civiles innocents et des officiers de police ainsi que la destruction des biens.

5. Fermement découragé toutes tentatives et menaces qui visent à compromettre le processus de dialogue.

6. Exhorté tous les Acteurs à créer un environnement propice à la tenue des élections libres, justes, transparentes et crédibles dans l’intérêt de la paix, de l’Unité Nationale et de la stabilité et du Développement socio-économique du pays.

7. Exhorté tous les Acteurs à défendre les principes, les idéales et les aspirations du peuple Congolaise enracinés dans la Constitution et conforme aux principes et directives de la SADC et de l’UA qui régissent les élections démocratiques et les dispositions de la résolution 2277 (2016) du Conseil de Sécurité des Nations Unies;

8. Exprimé sa satisfaction avec le travail préparatoire des élections que la CENI effectue et a encouragé le Gouvernement et les acteurs de donner à la CENI le maximum de soutien pour accomplir sa tâche constitutionnelle.

9. Exhorté tous les acteurs de défendre les électeurs Congolais éligibles de participer pleinement intégralement au processus d’enrôlement des électeurs en cours, en vue d’exercer leur droit démocratique tel qu’enraciné dans la Constitution lors des prochaines élections;

10. Exhorté tous les Acteurs de respecter le rôle Indépendant de la CENI dans la gestion du processus électoral et a insisté sur la nécessité du maintien de son indépendance.

11. A lancé un appel à tous les Acteurs en RDC, au sein de la Communauté internationale et le Groupe de Soutien de continuer à apporter son soutien au Dialogue piloté par l’Union Africaine et le processus électoral dans le but d’assurer la paix, la sécurité et la stabilité en RDC et dans la Région;

12. A réaffirmé le soutien de la SADC au Dialogue National et promis son appui total au résultat final.

Fait à Kinshasa, République Démocratique du Congo

12 Octobre 2016

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

RDC : Diminution de l’espace démocratique

La diminution de l’espace politique en RDC a fait l’objet des entretiens entre Andrew Gilmour …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer