vendredi , 28 avril 2017
Accueil / Politique / RDC : « Joseph KABILA », l’homme qui tue

RDC : « Joseph KABILA », l’homme qui tue

« Voici l’Homme ! », c’est Joseph Kabila, selon son nom d’emprunt, mais, en réalité, il s’agit de Hyppolite Kanambe, ancien garde de corps de Paul Kagame qui s’est imposé comme président de la République Démocratique du Congo, boosté par une certaine communauté internationale de lobbies et de finances. Cet homme est sorti des cimetières, où il est allé s’entraîner, avec les morts, afin de s’immuniser du sort et de la condition des habitants, face au silence de la mort ! Ainsi, Joseph Kabila est devenu l’homme qui tue, et qui boit le sang de ses victimes, pour se repeindre une force satanique pour tuer sans cesse, et sans coup férir !

Il pense que le peuple congolais ne le connaît pas, puisqu’il ne l’a jamais reconnu dans son habit de Chef de l’Etat congolais ! Il vient de nulle part, et il n’a jamais recueilli le suffrage du peuple ! Il est un président « imposé » et « subi » ! Qu’à cela ne tienne, aujourd’hui, sachant que ses jours sont comptés au sommet de l’Etat, il n’a pas craint de tirer sur la foule des Congolais, partis pour manifester leur colère de le voir galvauder la Constitution à sa guise, et pour arrêter ses ambitions démesurées ! La manifestation de ce 19 septembre a valeur de symbole, c’est le départ d’un mouvement de colère et d’insurrection, en conformité avec l’article 64 de la Constitution, qui veut aboutir à bouter dehors cet homme : l’imposteur, le violent, le sanguinaire, le voleur, l’abruti, le fumeur de chanvre, et le faux occupant, dénommé Hyppolite Kanambe, alias Joseph Kabila !

Beaucoup sont morts aujourd’hui ! Joseph Kabila et sa garde prétorienne de tueurs doivent savoir que ces morts, ne sont pas morts pour rien ! Le sang des martyrs est la semence qui germera pour la naissance d’un grand Congo nouveau, où il n’y aura plus de barbarie, de sauvagerie, de tracasseries, de tricheries, d’impunité !!! Ce jour du 19 septembre ne s’arrêtera plus là, il se prolongera et pour cela, nous prenons à témoin la Communauté Internationale, bien qu’elle aussi soit remplie d’intrigues et de mensonges quand il s’agit du cas de notre peuple ! Mais, l’heure a sonné, il faut qu’on sache que les Congolais, tant ceux de la diaspora que ceux de l’intérieur du pays ne vont plus se laisser dicter ce qu’ils doivent faire pour vivre, dans leur pays comme, des êtres de liberté, souverains de leur terre et de leur vie !

Après quinze années de dictature féroce et brutale de Joseph Kabila, les Congolais, connus pour leur pacifisme se sont réveillés, et ils sont bien déterminés à ne plus se laisser écraser par d’autres. Ils n’ont pas cessé de compter leurs morts, et ils n’ont jamais pu faire le deuil, car les morts nouveaux sont là tous les jours, victimes des balles des mercenaires et des collabos de Joseph Kabila.

Si cet homme était un vrai Congolais, il ne tuerait pas ses frères et sœurs comme des mouches. Si cet homme avait vraiment un cœur d’homme, il ne serait pas sans compassion et sans bonté ! Si cet homme, Joseph Kabila, ne se droguait pas d’alcool, de sexe, de chanvre, de sang humain, il regarderait les Congolais et Congolaises comme des humains, comme des amis, comme des bienfaiteurs. Mais, plutôt, il considère le Congo comme un butin de guerre, reçu de la prétendue libération de la dictature de Mobutu ! Si cet homme savait lire, il aurait pu s’instruire par un roman d’Emile Zola, deux siècles avant lui, qui a dénoncé le combat des ouvriers, des prolétaires contre leurs patrons, leurs bourreaux. Une fois les patrons déchus, les nouveaux maîtres n’ont pourtant fait que rééditer ce qu’ils combattaient ! Et, de nouveau, c’est : ôte-toi de là que je m’y mette ! En s’installant, comme ces prolétaires d’Emile Zola, dans Germinal, Joseph Kabila se comporte bien comme un parvenu, sans idées et sans cœur ! Revanchard ? Même, pas ! En effet, Joseph Kabila n’a pas souffert de la dictature de Joseph-Désiré Mobutu, puisqu’il se trouvait dans son pays, le Rwanda ! Baliverne, sincèrement, c’est impensable qu’on ait réussi à imposer aux Congolais un tel homme, presqu’un illettré, une brute, à la tête du Congo ! C’en est fini, pour les Congolais, de supporter trop longtemps encore un tel affront : Joseph Kabila doit partir, et il va partir, de quelque façon que ce soit ! Le Congo va se débarrasser d’un tel individu, d’un tel malfaiteur, d’un tel homme affreux, d’un tel homme sinistre, d’un tel assassin.

Les Congolais savent qu’il ne faut pas réveiller un fauve qui dort, car le danger est grand de se faire dévorer. Oui, on sait qu’il ne faut pas le blesser, car le risque est de se trouver devant le choix de vie ou de mort ! Joseph Kabila, cet homme dangereux, aux dents de fauve, est blessé profondément, car il se sait traquer, il se sait haï par tous les Congolais, il sait que ses jours sont comptés ! En se disant « sauve qui peut », Joseph Kabila se fout de pratiquer la politique de la terre brûlée, lors de son passage, par sa fuite !

Congolais, vous êtes prévenus. Ayant amorcé les hostilités, vous n’avez plus droit à l’erreur. Il faut garder la rue, il faut occuper le terrain, il faut décourager la bande des soldats à la solde de cet homme de l’ombre, Joseph Kabila ! Reculer, c’est laisser une marge à l’ennemi pour mieux détruire le sol congolais. Combattants de la liberté, les Congolais savent que la vraie indépendance ne se donne pas, elle est le fruit d’une lutte persévérante et soutenue contre tous les ennemis dressés sur la route.

Chassons donc l’ennemi numéro UN, Josep Kabila. Ses serviteurs, c’est-à-dire son gouvernement fantoche, son parlement mécanique, sa Cour Constitutionnelle de la honte et sa CENI d’esclaves, tous les collabos otages des occupants, doivent savoir que la détermination des Congolais est telle, que rien ne pourra plus les freiner sur leur élan vers la libération totale du Congo. Toutes les infiltrations opérées dans les rouages administratifs, financiers, étatiques du peuple congolais seront traquées comme il se doit. A bon entendeur, salut !

Le jour s’est levé, jour de libération, jour de la victoire ! Adieu, Joseph Kabila ! Malheurs aux vaincus ! Le nombre des morts à Kinshasa et dans tout le pays est élevé, parmi eux même des élus du peuple…Un tel massacre de masse et tant de charniers ont disqualifié depuis longtemps cet homme, cet individu, Joseph Kabila ! Qu’une certaine communauté internationale ait adopté Joseph Kabila pour des contrats léonins, en faisant fi du sang congolais, ne serait-il pas temps de dénoncer une telle brutalité à notre époque, et ne plus se voiler la face devant les crimes contre l’humanité perpétrés sur le sol congolais ? Trop, c’est trop ! Cet homme qui s’identifie à la bande des fous, des escrocs, des bêtes sauvages, doit être mis hors d’état de nuire, et ne doit bénéficier d’aucune circonstance atténuante ! Il mérite la condamnation à mort, selon la législation congolaise ! Et son sort, c’est la pendaison sur la place publique.

Désormais, le peuple congolais est appelé à se prendre en charge pour se libérer sans plus tarder. Il est interdit à tous de baisser pavillon jusqu’à la libération totale de tout ce qui entrave notre marche de la liberté et de plein développement.

Il est donc, impérieux de se souvenir de Napoléon Bonaparte, lorsque ce dernier a dit : « Mourir vaincu et sans gloire, c’est mourir chaque jour ».

[Bamba di Lelo]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

RDC : Diminution de l’espace démocratique

La diminution de l’espace politique en RDC a fait l’objet des entretiens entre Andrew Gilmour …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer