mardi , 30 mai 2017
Accueil / Élections / RDC : Dialogue de « KABILA », KODJO a échoué sur toute la ligne

RDC : Dialogue de « KABILA », KODJO a échoué sur toute la ligne

Edem Kodjo aura été sourd jusqu’au bout à tous les appels à la raison aussi bien du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, de la Cenco que de la communauté internationale. Par un jeu de débauchage dans les rangs de l’Opposition, Edem Kodjo a confectionné une inclusivité qui n’a pas pu tromper Etienne Tshisekedi et le « Rassemblement ». Les évêques de l’église catholique leur ont emboité le pas, en remettant en cause l’inclusivité du dialogue qu’impose le facilitateur Edem Kodjo en violation de la Résolution 2277 du Conseil de sécurité de l’Onu. Pour le moment, tous les ingrédients d’un échec cuisant du dialogue de Kodjo sont réunis. On voit très mal le facilitateur faire accepter les conclusions du dialogue à un peuple qui a clairement compris le jeu dans lequel est trempé l’émissaire de l’UA. Bref, le Togolais a échoué sur toute la ligne.

Le Rassemblement ayant réservé une fin de non-recevoir au dialogue convoqué par le président Kabila avec la facilitation d’Edem Kodjo, le forum de la Cité de l’Union africaine passe pour un conclave de la Majorité présidentielle élargie à ses alliés. Les comploteurs sont prévenus : leur messe, pis leur conspiration sera rejetée par le peuple  le moment venu. Cela en vertu de l’article 64 de la Constitution.

Edem Kodjo, facilitateur de l’Union africaine au dialogue politique national, aura été sourd jusqu’au bout à tous les appels à la raison aussi bien du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, de la Cenco (Conférence épiscopale nationale du Congo) que de la communauté internationale.

Par un jeu de débauchage dans les rangs de l’Opposition, Edem Kodjo a confectionné une inclusivité qui n’a pas pu tromper Etienne Tshisekedi et le « Rassemblement ». Les évêques de l’église catholique leur ont emboité le pas, en remettant en cause l’inclusivité du dialogue qu’impose le facilitateur Edem Kodjo en violation de la Résolution 2277 du Conseil de sécurité de l’Onu.

Pour le moment, tous les ingrédients d’un échec cuisant du dialogue de Kodjo sont réunis. On voit très mal le facilitateur faire accepter les conclusions du dialogue à un peuple qui a clairement compris le jeu dans lequel est trempé l’émissaire de l’UA. Bref, le Togolais a échoué sur toute la ligne.

Qui sont finalement les « dialogueurs » de la cité de l’UA ? Pour l’essentiel, ce sont des délégués de la Majorité présidentielle et leurs alliés de l’Opposition et de la Société civile. Sur ce point, Kodjo a eu le mérite de passer au scanner nos acteurs politiques et sociaux. On sait désormais qu’ils ne sont jamais guidés par le bien-être du peuple. Ce qui compte avant, c’est leur ventre – le peuple étant le cadet de leur souci.

Les masques sont tombés

Avec le dialogue de Kabila et Kodjo, les masques sont tombés aussi bien dans la classe politique que dans la Société civile. Car, en réalité, les opposants – les vrais – sont dehors. Ils se recrutent dans les rangs du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, regroupement politique qui s’est formé à Genval autour d’Etienne Tshisekedi. C’est cette opposition qui a promis de faire barrage, avec l’appui du peuple, aux conspirateurs de la Cité de l’Union africaine.

Quoi qu’on dise, le dialogue politique se déroule de manière millimétrée selon le schéma de la Majorité présidentielle. Tout est calqué sur le sort de Kabila après la date fatidique du 20 décembre 2016. Les 285 délégués au dialogue ont été triés minutieusement pour jouer parfaitement cette partition. Et Edem Kodjo, maestro de la conspiration de la Cité de l’UA, est coaché pour battre la mesure dans le sens de la Majorité au pouvoir. Peut-on dès lors faire confiance à un forum dont le sort a été scellé d’avance ?

Comme les Concertations nationales de 2013, le dialogue de Kabila et Kodjo aura été une fois de plus une perte de temps et d’argent. Alors qu’en prenant en compte les revendications des uns et des autres, Edem Kodjo pouvait aider le peuple à se réconcilier avec lui-même et baliser la voie pour un processus électoral sain et apaisé. En se fiant à un seul son de cloche, Kodjo a trahi sa mission de facilitation. Au point que, à la Cité de l’UA, on assiste plutôt à un monologue regroupant le « PPRD et ses alliés ».

Comme le prédit le G7, dans un communiqué publié hier mardi, le peuple ne va pas cautionner cette conspiration. En vertu sans doute de l’article 64, qui l’appelle à « faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l’exerce en violation des dispositions de la présente Constitution », le peuple va « rejeter les conclusions anticonstitutionnelles qui sortiraient de ce forum de la Cité de l’Union africaine ».

Dans le même communiqué, le G7 promet de ne pas baisser le bras. Il invite par conséquent les Congolais à « participer activement aux actions programmées par le Rassemblement pour le respect de la Constitution et l’organisation des élections véritablement démocratiques en vue de l’alternance politique ».

Pour éviter à ce que la communauté internationale accorde sa caution morale à la conspiration qui se négocie en secret à la Cité de l’UA, le G7 lui demande « avec insistance de suspendre son accompagnement à ce dialogue facilité par Monsieur Edem Kodjo, en réalité sous le pilotage de la Majorité présidentielle, car il n’est pas inclusif au sens de la Résolution 2277 du Conseil de sécurité des Nations unies et n’a d’autres finalités que de différer de plusieurs années l’élection du nouveau président de la République et de dépecer l’Etat congolais ».

Dans tous les cas, le dialogue de la Cité de l’UA a eu l’avantage de confondre ceux qui, de tout temps, disent tout haut défendre le peuple alors qu’en réalité ils se battent pour leurs intérêts égoïstes. Leur engagement politique et social est mis à nu. Il a fallu que Kodjo sonne la trompette de la trahison pour que tous s’alignent derrière la MP.

Le peuple aux aguets

Toute la campagne battue pour la tenue du dialogue s’est révélé être un bal de chauves. Au finish, la vraie identité des brailleurs tous azimuts a éclaté au grand jour. Aujourd’hui, ils ne peuvent se dissimuler derrière un quelconque argumentaire. Au cas où ils oseraient de couvrir la supercherie, cela sonnerait faux.

Raison pour laquelle, ils ont levé l’option de débattre à huis clos des questions, dites sensibles, loin des regards de la presse et donc, de la population. N’empêche, le peuple se tient prêt à défendre sa souveraineté. Il est le seul détenteur du pouvoir qu’il délègue à ses représentants par la voie des urnes. Et, les 285 délégués du dialogue de la Cité de l’UA n’ont jamais reçu mandat de décider à la place du souverain primaire.

Les comploteurs de la Cité de l’UA trouveront sûrement le peuple sur leur chemin lorsqu’il s’agira d’appliquer les « conclusions anticonstitutionnelles » de ce dialogue. Ils sont prévenus !


COMMUNIQUE DU G7

1. Un certain média a fait état ce jour de la participation éventuelle du G7 au dialogue qui se tient actuellement à la Cité de l’Unité africaine sous la modération de Monsieur Edem Kodjo, dans le but de le bloquer de l’Intérieur.

2. Le G7 dément catégoriquement une telle information qui procède de l’intoxication et de la volonté du pouvoir de semer la division au sein du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement.

3. Le G7 s’en tient aux « termes de référence pour la tenue d’un dialogue politique véritable, crédible et inclusif en vue du déblocage du processus électoral en République

Démocratique du Congo» communiqués par le Rassemblement à Madame Nkosazana Dlamini-Zuma, Présidente de la Commission de l’Union Africaine, par sa lettre référencée numéro 05/RFPSAC/PR/2016, du 31 août 2016.

4. Le G7 appelle, le Peuple congolais à rejeter les conclusions anticonstitutionnelles qui

sortiraient de ce forum de la Cité de l’Unité africaine regroupant le PPRD et ses alliés.

5. Par ailleurs, le G7 invite les Congolais à participer activement aux actions programmées par le Rassemblement pour le respect de la Constitution et l’organisation des élections véritablement démocratiques en vue de l’alternance politique.

6. Le G7 demande avec insistance à la communauté internationale de suspendre son accompagnement à ce dialogue facilité par Monsieur Edem Kodjo, en réalité sous le pilotage de la Majorité présidentielle, car il n’est pas inclusif au sens de la Résolution 2277 du Conseil de sécurité des Nations Unies et n’a d’autres finalités que de différer de

plusieurs années l’élection du nouveau Président de la République et de dépecer l’Etat congolais.

Fait à Kinshasa, le 06 septembre 2016

Pour le G7

Le Président en exercice

Charles Mwando Nsimba

Député national

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

RDC : Diminution de l’espace démocratique

La diminution de l’espace politique en RDC a fait l’objet des entretiens entre Andrew Gilmour …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer