jeudi , 23 février 2017
Accueil / Élections / RDC : Sans Tshisekedi et le Rassemblement, le dialogue de « KABILA » ne vaut pas un penny

RDC : Sans Tshisekedi et le Rassemblement, le dialogue de « KABILA » ne vaut pas un penny

Il y avait du beau monde, jeudi, à la cité de l’Union africaine, à l’ouverture solennelle du dialogue politique national. Mais, il y avait aussi de grands absents, comme les leaders du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement qui se sont coalisés autour d’Etienne Tshisekedi. Tous ont respecté le mot d’ordre du boycott, hormis quelques brebis galeuses qu’on a pu retrouver sous la grande tente de la cité de l’UA. En clair, la facilitation et la modération du dialogue ont encore trois jours pour convaincre Etienne Tshisekedi et le Rassemblement. Trois jours d’intenses discussions qui vont sans doute associer toutes les chancelleries et autres organismes internationaux accrédités en RDC. Dans tous les cas, tout le monde est d’avis que sans Tshisekedi et le Rassemblement, le dialogue du duo Kodjo-MP ne vaut pas un « penny ».

Le train du dialogue a quitté la gare, hier jeudi à la cité de l’Union africaine. Mais, il s’est arrêté brusquement au prochain arrêt ; le temps d’embarquer d’autres passagers pour continuer le voyage dont la destination est connue. Raison ? Le facilitateur s’est donné trois jours, soit jusqu’au lundi prochain, pour convaincre les sceptiques, essentiellement le « Rassemblement ». Edem Kodjo a promis, à la suite de  Vital Kamerhe, de tout mettre en œuvre pour relever ce défi.

Il y avait du beau monde, hier jeudi, à la cité de l’Union africaine, à l’ouverture solennelle du dialogue politique national. Mais, il y avait aussi de grands absents, comme les leaders du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement qui se sont coalisés autour d’Etienne Tshisekedi. Tous ont respecté le mot d’ordre du boycott, hormis quelques brebis galeuses qu’on a pu retrouver sous la grande tente de la cité de l’UA.

Sans se faire prier, facilitateur du dialogue, a procédé à l’ouverture de ce forum avec ceux qui ont accepté de l’accompagner dans sa mission. Sans surprise, la Majorité présidentielle a affiché complet. Outre le président de la République, tous les animateurs des institutions ont répondu présents à l’appel d’ Edem Kodjo.

De son côté, la présidente de la Commission de l’UA a délégué à Kinshasa son commissaire chargé de la Paix et Sécurité. Le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en RDC, chef de la Monusco, a été le porte-étendard des Nations unies.

C’est dire que le cocktail était bien réuni pour le lancement du dialogue. Que nenni ! Car, pour un dialogue voulu inclusif et représentatif de forces vives de la RDC, un pan important de l’Opposition a brillé par son absence. Il s’agit de l’Opposition qui se reconnait en Etienne Tshisekedi.

Prévu par le protocole, Vital Kamerhe, modérateur désigné du dialogue a créé la surprise. A son adresse, un climat lourd a accaparé la grande tente de la cité de l’UA. Le président de l’UNC a demandé et obtenu une suspension des travaux du dialogue pour tenter de ramener sous la tente les indécis de l’Opposition qui ont décidé de se mettre à l’écart du dialogue.

Tout en adhérant à la démarche, Edem Kodjo a paraphrasé Vital Kamerhe en recourant à la parabole biblique de la « pêche miraculeuse ». Il estime que Vital Kamerhe, qui a proposé de mener une médiation avec l’appui de la CENCO, pourra convaincre le « Rassemblement » à rejoindre la salle des négociations. Avec un brin de pessimisme, Edem Kodjo a fait savoir que les filets que prétend jeter à l’eau Vital Kamerhe, il les a jetés depuis 5h00 du matin sans en attraper les poissons. Il pense que Vital Kamerhe pourra « amener tous les gros poissons » que lui, Edem Kodjo, n’a pas réussi à convaincre.

En clair, la facilitation et la modération du dialogue ont encore trois jours pour convaincre Etienne Tshisekedi et le Rassemblement. Trois jours d’intenses discussions qui vont sans doute associer toutes les chancelleries et autres organismes internationaux accrédités en RDC. Dans tous les cas, tout le monde est d’avis que sans Tshisekedi et le Rassemblement, le dialogue du duo Kodjo-MP ne vaut pas un « penny ».

Ci-dessous, l’appel pathétique de Vital Kamerhe.

Allocution circonstancielle de Vital Kamerhe

Je félicite le Premier ministre Edem Kodjo pour sa nomination à cette fonction, parce que je sais de quoi je parle, connaissant vos qualités intellectuelles, votre riche expérience, je ne doute pas un seul instant. Comme nous savons où nous nous allons, nous allons choisir le chemin le plus court pour y arriver. Nous souhaitons donc bonne chance à toute l’équipe de la facilitation et en même temps, nous profitons de l’occasion pour saluer les autorités du pays ici présentes, les missions diplomatiques qui nous ont accompagnés. Et je voudrais terminer par mes pairs de l’opposition pour la confiance qu’ils m’ont faite en me désignant co-modérateur, chef de la délégation. Je ne vais pas vous décevoir.

Nous sommes ici pour parler du Congo, pas de nos ambitions, pas pour montrer nos capacités de nous insulter ni nous manquer de respect. Les choses sont sérieuses. En Afrique, on voit les impasses se profiler à l’horizon et on les ignore. Elles finissent par nous rattraper. Les uns préfèrent commencer par la guerre pour terminer par des négociations.

Nous sommes ici pour appliquer la résolution 2277 du Conseil de sécurité des Nations Unies qui a fait mention du respect de notre Constitution, qui a souligné de la manière la plus claire que nous devons discuter ici et maintenant de l’organisation des élections pour l’alternance démocratique sans casse, de façon apaisée dans notre pays. Qui a prévu les préalables pour un climat apaisé ?

C’est l’occasion de remercier le pouvoir qui a commencé à prendre un certain nombre de mesures pour décrisper cette ambiance qui ressemblait finalement à une guerre entre l’Opposition et la Majorité alors que dans l’entrée dans cette salle, j’ai vu beaucoup de gens commencer à m’embrasser. J’ai commencé à me poser beaucoup de questions pourquoi les Congolais passent leur temps à se battre. Alors qu’ils peuvent s’entendre et trouver des solutions non seulement au peuple congolais mais au monde. C’est comme si nous nous étions entendus pour ne jamais nous entendre. S’agissant de ces préalables, quelques prisonniers de guerre et d’opinion ont recouvré la liberté ; geste appréciable. C’est un pas dans la bonne direction mais 5 (cinq) chaines restent fermées au Katanga.

Nous encourageons le pouvoir à aller lorsqu’au bout dans la libération des prisonniers politiques et de guerre. En ouvrant les médias, c’est tout le monde qui va gagner. Ça va élever le pouvoir et non l’humilier. Nous disons que la Résolution 2277 parle du dialogue inclusif et vous l’avez dit vous-même. Il y a des absents dans la salle que vous aviez – c’est une révélation que nous, nous ne connaissions pas – déjà rencontrés même en présence de la Majorité et que vous aviez conclu un accord secret ou un document qui peut porter un autre nom.

Monsieur le facilitateur, nous portons sur nous des frustrations, des revendications, des demandes et des requêtes de tout le monde ; des présents, tout comme des absents. C’est pourquoi, nous allons lancer un appel fraternel à nos frères de l’UDPS, de G7 et des autres alliés de l’UDPS de venir nous rejoindre.

Vous êtes facilitateur, votre rôle se limite à nous mettre ensemble entre Opposition-Majorité, sous l’arbitrage de la société civile et sous la vigilance du peuple congolais, pour voir qui sera le premier à violer la Constitution. D’ailleurs, les gens de la Majorité l’ont démontré à l’issue des travaux du comité préparatoire. Je n’ai pas noté qu’ils ont demandé un troisième mandat pour le président Kabila. Le document est là.

En tout cas, cela ne viendra pas de nous et nous ne l’accepterons pas. Donc, ceux qui sont dehors, qu’ils viennent ici avec leur sagesse et intelligence pour qu’ensemble nous puissions donner à notre peuple le calendrier électoral. Nous sommes là pour donner un calendrier consensuel. D’aucuns diront que la Constitution a déjà prévu la date de l’élection présidentielle mais alors pourquoi la Résolution 2277 prévoit le dialogue ? Ce que tout le monde est conscient que nous sommes en train d’entrer dans la crise, sinon en pleine crise. C’est pourquoi nous devons convenir ensemble pour que nous disions au peuple congolais, à l’issue de ces travaux, de la manière la plus claire la date de l’élection présidentielle et la date de la passation de pouvoir.

Nous sommes entre nous et certainement nous devons nous entendre. C’est pourquoi, je vous demande, avec la compréhension la plus légendaire, que vous puissiez suspendre ces travaux d’un ou de deux jours ; le temps que vous harmonisiez les listes et je m’engage personnellement avec les amis de l’Opposition à solliciter l’appui de l’Eglise catholique pour aller rencontrer les amis de G7 en nous regardant dans les yeux pour qu’ils nous disent pourquoi ils ne sont pas là et qu’ils viennent avec nous. Il n’y a pas de piège qu’on ne saura pas démonter.

Que nous soyons l’UDPS et alliés, dire à Monsieur Etienne Tshisekedi que de toute votre lutte et votre expérience, vous devriez être le premier à vous soucier à ce que tous les Congolais se retrouvent afin que nous puissions refaire la cohésion nationale, gage du décollage des populations. L’opposition par ma bouche a proposé au Président de la République qu’il y ait des assises autour de la communauté internationale pour que nous puissions dire ensemble qu’est-ce qui se passe à Beni, pour que cette population retrouve la paix.

Personnellement, je lance un appel au Président de la République, qu’il puisse – s’il veut me recevoir – lui montrer le  chemin le plus court pour que ce dialogue se termine dans quelques jours. Je sais que nos amis peuvent avoir des difficultés, nous, nous sommes des délégués plénipotentiaires, mon ami Mova l’est aussi et les autres. Ensemble, œuvrons pour que nous sortions de la zone de honte, pour que nous démontrions à notre peuple que nous sommes capables d’oublier nos ambitions et de privilégier les intérêts supérieurs de la Nation. Montrer à la communauté internationale que nous ne serons pas et nous ne serons pas des éternels assistés. Les intelligences sont là, les expériences sont là et nous pouvons faire des miracles.

Vital Kamerhe

Propos retranscris par Médard Muyaya

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

RDC : Diminution de l’espace démocratique

La diminution de l’espace politique en RDC a fait l’objet des entretiens entre Andrew Gilmour …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer