samedi , 25 mars 2017
Accueil / Élections / Beni : Le ras-le-bol

Beni : Le ras-le-bol

Décidément, plus rien ne va  en République Démocratique du Congo (RDC), dans la partie Est à Beni, où les tensions politiques à l’approche de l’élection présidentielle prévue en novembre, les violences se sont multipliées  avec les nouveaux massacres enregistrés et surtout le ras-le-bol exprimé, mercredi 17 août, par la population qui se dit abandonnée sans être protégée par les autorités du pays dans la province du Nord-Kivu.

Les jeunes de Butembo, Bulongo et Oicha se sont joints à ceux de la ville martyr de Beni,  pour  crier le ras-le-bol des massacres en série  commis  dans l’est du pays.

« La guerre de Beni est asymétrique »,a affirmé Trésor Akily, membre du Mouvement citoyen« Lutte pour le changement (Lucha) ». Il dit vouloir présenter,dans les prochains jours, un « calendrier de revendications pour que les tueries cessent à Beni ». Avant d’ajouter que « toute la société civile,(du Nord et Sud-Kivu), dénonce cette passivité ».

Couvre-feu

Au lendemain des manifestations qui ont secoué Beni, mercredi 17 août, le maire de la ville, Nyonyi Bwanakawa, a annoncé l’instauration d’un couvre-feu entre 20 heures et 6 heures ainsi que l’interdiction de toutes les manifestations publiques.Ces mesures ont été décidées au cours d’un conseil de sécurité présidé dans la ville de Beni par le ministre de l’Intérieur, Evariste Boshab.

«  Il a été décidé qu’un couvre-feu soit instauré au niveau de laville de Beni pour permettre aux forces de l’ordre de comprendre ce  qui  se passe à Beni. Ce couvre-feu sera aussi couplé par des  bouclages.  Le couvre-feu part de 20 heures jusqu’à 6 heures du matin. A part ça, il a été décidé par la haute hiérarchie l’interdiction de toute marche, pacifique soit-elle, jusqu’à nouvel ordre », explique le maire de Beni. Ce couvre-feu décrété, concerne les villes de Beni et Butembo.

« Le gouvernement a décrété un couvre-feu de 19H00 à 06H00 (17H00 à 4H00 GMT) dans les villes de Beni et Butembo », a déclaré Evariste Boshab.Pour justifier les arrestations administratives de sept manifestants, Evariste Boshab estime que « lorsque les gens quittent une ville pour une autre, c’est une action préméditée.Ils avaient l’intention de nuire ». Toutefois, il a promis de les relâcher « après interrogatoires ».

En outre, en visite-éclair à Beni mardi, le Premier ministre congolais Augustin Matata avait été hué par la foule qui l’a appelé à la démission, en accusant les autorités de n’avoir pas protégé la population.

« Jusque maintenant, la police et les FARDC ont échoué à maitriser les manifestants », ont confié des sources indépendantes.

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

RDC : Diminution de l’espace démocratique

La diminution de l’espace politique en RDC a fait l’objet des entretiens entre Andrew Gilmour …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer