lundi , 29 mai 2017
Accueil / Élections / UNC : EWANGA dénonce la traîtrise de KAMERHE

UNC : EWANGA dénonce la traîtrise de KAMERHE

On le savait en désaccord avec le président de son parti. Jean-Bertrand Ewanga jette l’éponge de ses fonctions de SG et renonce au dialogue auquel Vital Kamerhe souscrit.

C’est un couac qui était pressenti depuis de longues date. Jean-Bertrand Ewanga a démissionné de ses fonctions de secrétaire général de l’Union pour la nation congolaise (UNC) de Vital Kamerhe. Le désormais ex-Sg de l’UNC a également renoncé à sa participation aux travaux du dialogue annoncé pour le 1er septembre.

Sa démarche, a-t-il justifié au cours d’un point de presse tenu hier mardi 30 août à Kinshasa, doit servir d’alerte à la population sur les dangers qui guettent la nation. « …J’ai tenu également à sensibiliser le leadership de l’UNC, mon parti, sur la dérive que constitue son orientation actuelle et qui semble être contraire aux attentes de notre peuple », a déclaré le député Jean-Bertrand Ewanga.

La position prise par Ewanga renforce ainsi la contestation interne au sein de l’UNC, deuxième parti de l’Opposition en termes d’élus nationaux. Deux courants s’affrontent, à savoir les pro et anti-dialogue, sous son format actuel.

Jean-Bertrand Ewanga qui a rappelé sa démission du PPRD avec la perte de son mandat de député national pour soutenir, dit-il, un combat jugé juste au sein de l’UNC dont il est co-fondateur, a réaffirmé le caractère « complot » contre la République, du dialogue auquel le président de son parti souscrit, en déphasage, selon lui, avec l’orientation première de l’UNC.

« Ma démarche consiste à porter à la connaissance du public, ce qui a été dénoncé dès le premier jour et qui s’apparente à un complot contre la République, une machination montée de toutes pièces pour anéantir les acquis de notre lutte et jeter dans les oubliettes de l’histoire, la Constitution de la République », a-t-il averti.

L’Opposition pro-dialogue piégée

Des travaux préparatoires où il a pris part comme chef de délégation de l’UNC, Ewanga fait des révélations troublantes. « J’ai noté du début à la fin, la persistance des questions taboues que personne n’a voulu soulever et pour lesquelles les négociateurs de la Majorité exerçaient une pression sur le facilitateur et certains délégués dits de l’Opposition comme de la Société civile, du reste, recrutés par le facilitateur lui-même et sélectionnés à dessein ». Il s’agit du principe d’alternance démocratique clairement souligné par la Constitution, du sort de l’actuel président de la République dont le second et dernier mandat échoit le 19 décembre 2016 et de la question des préalables soulevés par le Rassemblement.

« Ma présence au comité préparatoire m’a permis de conclure que l’Opposition présente à ces travaux est prise au piège de la MP au point qu’elle n’a aucune autre issue sinon que de servir de caution au coup d’Etat constitutionnel en gestation à travers soit la révision constitutionnelle, soit le changement de la Constitution, soit encore le référendum inopportun mais évoqué par certains caciques du pouvoir et dont le projet semble à portée de main », a-t-il expliqué.

Choqué par ce qu’il considère comme une complicité, Ewanga a déballé certains apartés des travaux de Béatrice Hôtel. « Les opposants ont été bourrés de promesses alléchantes des postes ministériels, des chefs d’entreprises publiques et d’autres avantages à telle enseigne que la question fondamentale des préalables était devenue secondaire. Je me suis vu moi-même bombardé virtuellement, dans ces couloirs, d’un juteux poste de vice-Premier ministre dans un gouvernement dont je ne sais devant quelle majorité il va répondre ».

S’agissant du facilitateur et des préalables du Rassemblement, Ewanga conforte la position du Rassemblement. « Plutôt que d’être neutre, le facilitateur s’en trouve neutralisé par la Majorité qui a placé autour de lui, une artillerie lourde qui oriente, téléguide et dirige toute son action… Je n’ai pas noté, dans le chef du gouvernement comme du facilitateur, une réelle volonté d’accéder aux préalables pour créer les conditions favorables à la tenue d’un dialogue véritablement inclusif et crédible ».

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

RDC : Diminution de l’espace démocratique

La diminution de l’espace politique en RDC a fait l’objet des entretiens entre Andrew Gilmour …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer