jeudi , 23 février 2017
Accueil / Uncategorized / RDC : Des BaKôngo demandent leur indépendance pour créer un Etat Autonome

RDC : Des BaKôngo demandent leur indépendance pour créer un Etat Autonome

Signes des temps Express ! Quelques marionnettes ethno-tribalistes et régionalistes, instrumentalisées par les ennemis du peuple congolais, organisent un « sit-in » le samedi 20/08/2016 à Bruxelles, devant la Commission Européenne, non seulement pour décrier les soi-disant « injustices » perpétrées uniquement contre les Bakongo en République Démocratique du Congo (RDC) mais aussi pour annoncer leur désir d’indépendance en vue de créer un État autonome au Kongo-Central, (voir la copie de leur invitation à la fin du présent communiqué). Quel ethno-tribalisme ! Quel régionalisme ! Quelle insouciance !

Franchement, ces séparatistes naïfs ne jouent-ils pas avec le feu ?

Conformément aux consignes qu’il aurait reçues de ses frères du l’« International Tutsi-power », l’infiltré Tutsi-Rwandais Zacarias Badiengela alias François Muanda Nsemi persiste et signe : Il faut coûte que coûte balkaniser le Congo-Kinshasa pour soi-disant mettre fin à la crise congolaise

D’après ce séparatiste Tutsi-Rwandais, la partition (Balkanisation) du Congo-Kinshasa devrait permettre au peuple Kôngo de créer leur propre Républiquette dénommée : « ÉTAT INDÉPENDANT DU KONGO-CENTRAL »

Voici d’ailleurs 2 vidéos dans lesquelles quatre représentants (1+3) de « François Muanda Nsemi » défendent l’indépendance du Kongo-Central (l’ancien Bas-Congo) :

b) https://youtu.be/c1pPfonJS14 – video suprimee sur Youtube

En conséquence, le CRAGI appelle tous les Congolais à faire échec à ce genre de projet, et à faire preuve d’une « vigilance touts azimuts »

Que les « Bakoko Malamu », dont fait partie Mfumu Simon Kimbangu, confondent tous les prédateurs voulant balkaniser le Congo-Kinshasa !

Copie de l’invitation pour le samedi 20.08.2016 où l'on peut repérer la soi-disant carte géographique imaginée par l’infiltré Tutsi-Rwandais Zacarias Badiangela alias François Muanda Nsemi : un imposteur, escroc, faussaire et gourou de Bundu Dia Mayala
Copie de l’invitation pour le samedi 20.08.2016 où l’on peut repérer la soi-disant carte géographique imaginée par l’infiltré Tutsi-Rwandais Zacarias Badiangela alias François Muanda Nsemi : un imposteur, escroc, faussaire et gourou de Bundu Dia Mayala

Nos limiers, reporters et analystes politiques qui sont sur le terrain et à l’extérieur du pays (au sein de la  diaspora) l’avaient prédit il y a déjà quelques semaines. Les naïfs, distraits comme d’habitude,  ne voulaient ni entendre parler de notre message. Mais aujourd’hui, ils en ont pour preuve : deux républiquettes en gestation, à savoir : la Républiquette des Grands Lacs et la Républiquette du Kongo-Central. En Belgique, afin de réussir à réaliser leur projet sécessionniste, quelques marionnettes, manipulées par l’« International Tutsi-power » – via le sorcier et gourou attitré Zacarias Badiangela alias François Muanda NSemi ou Ne Muanda Nsemi, sans mandat comme ce qu’avaient fait les cupides et assoiffés de pouvoir impliqués dans le défunt « Traité de Nice » – se dirigent tout droit vers leurs mandataires occidentaux au lieu de s’adresser directement aux ressortissants du Kongo-Central qui les attendent au tournant, sur place au pays, puisque ceux-ci ne veulent pas entendre parler de ce projet insensé. D’ailleurs François Muanda NSemi a déjà goûté et senti les réactions foudroyantes du peuple Kôngo notamment à Luozi, Kimpese, Mbanza-Ngungu, Matadi, Boma, et surtout à Muanda, lors de sa dernière tournée effectuée dans cette province, aux frais du pouvoir d’occupation, dans l’intention de convaincre la population d’accepter d’avaler une pilule amère qu’il leur a apportée. Rappelons que le meeting de « Ne Muanda Nsemi » à la cité côtière de Muanda s’était terminé dans la confusion, après que ce gourou se fût permis d’annoncer à la population son idée d’accorder une transition de trois ans à son frère Tutsi-Rwandais « Joseph Kabila ». « Ne Muanda Nsemi » avait été vite évacué par la police. Il y a eu des jets de pierre et c’était la confusion la plus totale. Heureusement pour lui, les éléments de la police mis à sa disposition par son frère Tutsi-Rwandais, « Joseph Kabila », avaient dû intervenir pour disperser la foule en colère qui voulait carrément le lyncher. Donc, toutes ces réactions du peuple Kôngo avaient poussé cet infiltré Tutsi-Rwandais à abandonner (provisoirement) certaines de ses activités ou fonctions. Ce manipulateur Tutsi avait compris le message mais pas assez vraiment.

En effet, ceux qui crient dans le désert à Bruxelles – capitale mondiale du « néocolonialisme génocidaire » – sont vraiment des apprentis-sorciers voulant ouvrir la boîte de Pandore. Ils oublient que les Belges sont les assassins de Patrice Emery Lumumba, Maurice Mpolo, Joseph Okito, Emmanuel Bamba, Évariste Kimba, Jérôme Anany, Alexandre Mahamba et tant d’autres nationalistes congolais au Katanga, dans le Bandundu, à Kisangani, à Sankuru, au Kivu et partout ailleurs à travers tout le territoire congolais. Ces assassins doivent savoir que nous n’avons jamais oublié « l’opération Dragons » à Kisangani, les massacres perpétrés par Léopold II à l’Équateur, dans la province Orientale et dans le Bandundu (constituant le premier génocide congolais) ainsi que tous les massacres d’aujourd’hui, ceux commandités par l’Américain Bill Clinton, cautionnés par le Belge Louis Michel, et exécutés par les membres de l’International Tutsi-power notamment Paul Kagame, Yoweri Museveni, « Joseph Kabila », James Kabarebe, Azarias Ruberwa, Déo Déogratias Bugera Nyamakuba, Moïse Nyarugabo et Bizima Karamuheto.

Les « Tutsi boys » – ces marionnettes politico-religieuses instrumentalisées par les vendeurs de cette abominable idée ethno-tribale et régionaliste qui consiste à demander l’indépendance pour créer l’État Indépendant du Kongo-Central – criant à la citadelle du « néocolonialisme génocidaire » à Bruxelles, doivent aussi savoir que c’est depuis le 15ème siècle que le Royaume du Kongo était entré dans l’histoire moderne. Les différents dirigeants de ce royaume n’avaient jamais cherché à restreindre son étendue (celle de leur royaume). Au contraire, ces dirigeants luttaient par des moyens diplomatiques ou par la force (en menant des guerres de conquête territoriale) en vue d’étendre leur empire au-delà des territoires actuels du Kongo-Central. Nous avions vu qu’au 17ème siècle, ils avaient étendu l’Empire Kongo jusque chez les Teke et les Yaka dans le Bandundu. Depuis la nuit des temps, surtout depuis le Roi Nzinga Nkuwu, son fils Mvemba-a-Nzinga baptisé Alfonso 1er (Don Mfunsu), le 7ème Roi du Royaume du Kongo, l’idée de séparer le Kongo-Central du reste du Kongo-sacré n’est jamais venue ou un tel projet n’a jamais été initié. Il serait donc malsain de tenter de refaire ce que certains aînés contemporains, notamment la bande de Vital Moanda, avaient tenté de faire vers les années 1960 mais en vain.  Pour votre information, Faustin Vital Moanda – le tout premier gouverneur de la province du Kongo-central (1962 à 1966 décédé) – avait voulu séparer le Kongo-Central du reste du Kongo (Congo) mais il avait échoué.

En plus, ces marionnettes de Bruxelles doivent se souvenir que les prédateurs (disons-le clairement : les voleurs sanguinaires) qui s’étaient réunis à Berlin en 1885, sans les Congolais, avaient aussi tenté de dépecer (balkaniser) le Congo-Kinshasa mais, malgré l’absence des Congolais à cette table pour partager leur soi-disant « gâteau africain », ils n’étaient pas parvenus à atteindre leur objectif. Et jusqu’à ce jour ces occidentaux ne savent pas pourquoi.

Mais aujourd’hui, la secte dite « Bundu dia Kongo ou Bundu dia Mayala, peu importe l’appellation ! », dirigée par un infiltré Tutsi-Rwandais, le gourou attitré Zacarias Badiangela alias François Muanda NSemi ou Ne Muanda Nsemi, se permet d’envoyer ses « kamikazes » à Bruxelles. Ces marionnettes, membres de cette bande de faibles d’esprit – corrompues et manipulées par le vendeur d’illusions Zacarias Badiangela – dont le naïf dénommé « Mbuta Vuvu », leur porte-parole à Bruxelles, doivent arrêter ce cirque d’un mauvais goût. Notre priorité en ce moment précis est de nous battre ensemble afin de sauver le Congo-Kinshasa de l’occupation « Américano-Belgo-Tutsi » et de sa balkanisation.

Est-ce que le président Kasa-Vubu qui avait dirigé le Congo pendant 5 ans, n’était pas un MuKongo ? Sans même compter tous ceux qui avaient accompagné le président Mobutu dans sa dictature, notamment Albert Ndele, Maître José Patrick Nimy Mayidika Ngimbi, Maître Mpanzu, Maître Etienne-Marie Bieya Mbaki, Ntumba,  François Kimasi, Raphaël Mpanu-Mpanu Bibanda, Daniel Kanza (le père), Thomas Kanza (le fils), Sophie Lihau-Kanza (la fille), et tant d’autres. Sans oublier tous les bakôngo ayant travaillé avec Laurent-Désiré Kabila, voire ceux qui ont ou qui continuent à travailler avec Hyppolite Kanambe alias Joseph Kabila. Tous ceux-là, ne sont-ils pas des BaKôngo ?

En tout cas, toutes les personnes qui soutiennent cette sale idée (celle de se séparer du reste du Congo), au moment où notre combat arrive vers la fin, ne sont que des renégats, des marionnettes, des apprentis-sorciers et des traîtres à la Nation. Ils oublient qu’en devenant gouverneur du Bas-Congo (Kongo-Central), on peut développer autrement cette province, et on peut la rendre comme un modèle à suivre par toutes les autres provinces du Congo. Par exemple, avec seulement quelques millions de dollars US, on peut bien électrifier la route nationale n° 1 depuis Matadi jusqu’à Kinshasa, on peut également étendre le chemin de fer Kinshasa-Matadi jusqu’à Banana, ou jusqu’à Luozi, ou encore à partir d’Inkisi (Kisantu) on peut l’étendre jusqu’à Kikwit. On peut aussi faire de l’agriculture mécanisée pour développer la culture de tous les fruits destinés à la consommation nationale ou à l’exportation. Que faites-vous, par exemple, une fois nommé gouverneur ? Chercher seulement à détourner les fonds publics, voler ou quoi ? Non messieurs ! Pour résoudre les problèmes de nos populations locales, la solution est dans mise en œuvre intelligente des politiques de développement intégral, mais elle (cette solution) n’est ni dans le séparatisme, ni dans le développement de la coopération internationale qui, au fait, n’est qu’une forme de « néocolonialisme ».

Enfin, si tous ceux qui se sont engagés dans cette voie ne reviennent à la raison, alors les « BaKoko Malamu », dont fait partie Mfumu Simon Kimbangu, pourront les punir. Les ressortissants du Kongo-Central pourront aussi les punir comme ils l’avaient fait au « sorcier » Zacarias Badiangela à Muanda. À cause de cette folle idée, ces égarés ne savent-ils pas vraiment combien des Congolais sont en train d’être mis mal à l’aise ?  Connaissent-ils le nombre d’enfants, femmes et hommes appartenant aux BaKôngo et à d’autres régions du Congo ? Qu’ils sachent que Mfumu Simon Kimbangu est contre la balkanisation du Congo-Kinshasa. En plus, Mfumu Diangienda Kuntima Joseph, 3ème fils de Mfumu Kimbangu, avait fait une célèbre prière dans laquelle il avait déclaré  en insistant que personne n’ose diviser le Zaïre (Congo), et malheur à quiconque osera tenter à balkaniser ce pays, car ce pays est un et indivisible. Il avait aussi déclaré que : « … KIVU porte d’entrée, et KIVU porte de sortie… » En effet, ces égarés ont-ils déjà parcouru le reste du Congo pour connaître l’influence du Kimbanguisme au Congo ? Quel est ce coin du Congo où il n’y a pas l’influence kimbanguiste ? On trouve le kimbanguisme partout au Congo, même à Ankoro dans le Katanga (Ankoro est le village d’origine de Laurent-Désiré Kabila), à Gbadolite, Ituri, Buta, Mbandaka, Kisangani, Nord-Kivu, etc. Non, nos frères, cessez d’être manipulés et rejoignez la Résistance congolaise pour qu’en ensemble nous puissions récupérer notre souveraineté nationale, notre indépendance totale et notre Patrie. C’est en engageant une dernière bataille, une bataille décisive, que nous parviendrons à mettre fin à cette occupation étrangère. Ne vous rangez pas du côté des « Collabos » ou des « Traîtres ». Revenez à la raison, car l’histoire des envahisseurs étrangers est presque finie. INGETA !

Vive le CRAGI :

« Comité Révolutionnaire d’Avant-Garde Indépendant » !

Vive le Congo libre, uni, fort, indépendant et indivisible !

Vive la lutte pour notre liberté !

FAIT À MATADI, LE  LUNDI  15 AOÛT 2016

« Sé/Cellule Mfumu LUTUNU »

== // ==

CI-JOINT  LA  COPIE  DE   L’INVITATION  LANCÉE  PAR  DES  MARIONNETTES  INSTRUMENTALISÉES PAR  LES  ENNEMIS DU PEUPLE CONGOLAIS  AFIN DE  BALKANISER  LE  CONGO-KINSHASA, NOTRE BEAU, GRAND  ET  INDIVISIBLE  PAYS

—————————————————–

Yenge Kieno bampangi zeto !

Chers frères et sœurs Bakongo d’Afrique, d’Europe, d’Amérique, des Antilles, des Caraïbes,

Chers Afro-descendants et amis du peuple Kongo,

Nous vous invitons à venir nombreux soutenir le sitting que nous supervisons en vue de décrier les injustices perpétrées contre les Bakongo en République Démocratique du Congo (RDC), et aussi d’annoncer notre désir d’indépendance, ce samedi 20/08/2016  à Bruxelles, devant la Commission Européenne.

Lieu: PLACE SCHUMANN, Rue de la Loi, 1040 Bruxelles, Devant la Commission européenne. Heure: de 13h30 à 17h00

Après le sitting une rencontre sera tenue en vue d’échanger et de programmer les actions futures. Le lieu et la place de cette rencontre vous seront communiqués lors du sitting.

Contact: 0032466213139, 0032485820757

bdm.belgique@gmail.com

Merci de transférer ce message à tous les Bakongo de l’Europe, et aux associations, églises,  mouvements religieux Kongo et aux partis politique Kongo et congolais.

Luiza kueno mu yenge. Matondo mamingi

Comite BDM/Benelux

Lien de notre Video: https://www.youtube.com/watch?v=31VnHNGaIlI

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Panama papers : la corruption à grande échelle en Afrique

Une nouvelle publication des Panama Papers révèlent la corruption à grande échelle en Afrique, notamment …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer