lundi , 18 décembre 2017
Accueil / Afrique / Afrique Australe & Océan Indien / Afrique du Sud / Trafic de cornes de rhinocéros : La Corée du Nord se défend
KIm Jong Un, président de la Corée du Nord
KIm Jong Un, président de la Corée du Nord

Trafic de cornes de rhinocéros : La Corée du Nord se défend

Piqués par une couverture médiatique défavorable dans un nombre croissant de pays, les diplomates nord-coréens se défendent fort contre les médias réputés avoir donné une image négative de leur pays ou de leur leader national Kim Jong Un, disent les sources.

« Nous ne tolérerons aucun ‘articles sales’ critiquant notre chef suprême», a écrit dans une lettre publiée le 17 Juillet dans le journal South Africa’s Daily Maverick, Kim Chang Ryeop, l’Ambassadeur de la Corée du Nord en Afrique du Sud.

La lettre, qui menaçait par son ton, est venue en réponse à un article publié plus tôt par les Maverick détaillant les tentatives de contrebande des cornes de rhinocéros par les diplomates nord-coréens vers l’extérieurs du pays dans le but de gagner de l’argent pour le régime nord-coréen à court de liquidités et sous le coup des sanctions.

Les missions nord-coréennes en Afrique australe ont longtemps été impliquées dans le commerce des espèces menacées qui génère des revenus pour le gouvernement central et les ambassades nord-coréennes à l’étranger, selon un rapport de ce mois-ci par the Geneva, Switzerland-based Global Initiative Against Transnational Organized Crime.

Les diplomates du pays profitent de leur immunité de détention et d’arrestation et font beaucoup de leur trafic par des valises et sacs diplomatiques, ou des conteneurs d’expédition exemptés de l’inspection par la police et agents des douanes, selon des sources.

Dans d’autres cas, les responsables nord-coréens ont été encore plus directs dans leurs plaintes, s’éclatant dans les bureaux de médias et exigeant de connaître les sources de ces histoires embarrassantes, disent les sources.

En mai, Jo Yong Nam, Conseiller politique et le Secrétaire de l’Ambassade Choi Myong Hun de la Corée du Nord en République Démocratique du Congo « s’étaient déchaînés » dans les bureaux du journal quotidien de Kinshasa Le Potentiel après que le journal avait publié un article disant qu’un camp de prisonniers nord-coréens avait été mis en place dans les pays voisins, la Guinée équatoriale, a déclaré une source de service coréenne de RFA.

« Ils ont demandé agressivement l’identité de la source de cette histoire. »

« Plus tard, le 15 Juin, le quotidien L’Observateur de la RDC a publié un article exposant ce qu’il a appelé l’opération illégale de cliniques médicales nord-coréennes dans les pays africains», a déclaré la source de RFA. «Les responsables de l’Ambassade nord-coréenne avaient alors menacé de poursuivre le journal pour diffusion de « fausses informations ».

Une image positive

Les responsables nord-coréens ont également tenté récemment de promouvoir une image plus positive de leur pays dans la presse étrangère, disent les sources.

« Le 18 Juin, Kim Hyun Il, l’Ambassadeur de la Corée du Nord en Angola, a visité une grande agence de presse ANGOP pour demander la couverture des informations favorables de la Corée du Nord et de son leader Kim Jong Un », a déclaré une source. « Cependant, note-t-on cette demande avait été rejetée».

Une demande apparemment dans le même sens par Ahn Gwan Gil, Ambassadeur de la Corée du Nord en Indonésie, le 19 Juillet, avait été similairement rejetée par le quotidien de Jakarta The Jakarta Post, quoiqu’aucune déclaration publique n’ait été faite en donnant les détails de la réunion, des sources dans le pays l’avaient dit.

« Des provocations, comportement agressif et des menaces de la part de la Corée du Nord sont inacceptables pour le peuple de l’Indonésie », Hwang Miri, une femme d’affaires américano-coréenne vivant en Indonésie, a déclaré RFA.

«Beaucoup de gens critiquent maintenant la Corée du Nord en raison de son comportement», dit-elle.

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Birmanie : Plus de 620.000 rohingyas ont fui vers le Bangladesh

Plus de 620.000 personnes appartenant à cette minorité musulmane ont fui vers le Bangladesh voisin …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer