lundi , 18 décembre 2017
Accueil / Élections / « KABILA » gifle HRW : Adios Ida SAWYER
Kenneth ROTH, "Joseph KABILA" et Ida SAWYER
Kenneth ROTH, "Joseph KABILA" et Ida SAWYER

« KABILA » gifle HRW : Adios Ida SAWYER

Les autorités de RDC ont refusé mardi de renouveler le visa de Ida Sawyer, chercheuse pour l’organisation américaine Human Rights Watch (HRW) en République démocratique du Congo (RDC), sans en donner la raison.

« La DGM (Direction générale des migrations) n’a pas souhaité renouveler le visa » de Ida Sawyer, « c’est tout », a déclaré à l’AFP le porte-parole du gouvernement Lambert Mende Omalanga.

M. Mende n’a pas voulu donner la raison de cette décision: « Certains gouvernements ne se justifient jamais » lorsqu’ils refusent d’accorder un visa à un Congolais, « nous ne nous justifierons pas. C’est le principe de réciprocité entre Etats ».

Mme Saywer quitte Kinshasa ce soir. Le bureau local de l’organisation n’a pas souhaité commenter cette décision immédiatement.

Ida Sawyer n’était pas en odeur de sainteté avec le gouvernement de Joseph Kabila. Car, à maintes reprises, la dame de fer, comme l’appellent certains, n’a pas manqué de dénoncer les violations massives et répétées des droits de l’Homme lors d’une opération antibandiste baptisée « Likofi » (coup de poing en français). Si fait que d’aucuns n’hésitent pas à considérer cette expulsion comme un message envoyé à tous les défenseurs des droits de l’Homme en RDC, qui, vent debout, réclament non seulement la libération de tous les prisonniers politiques, mais aussi le respect de la Constitution congolaise, c’est-à-dire le départ de Kabila du pouvoir à la fin de son deuxième mandat. En tout cas, le président Kabila voudrait se faire une triste publicité qu’il ne s’y serait pas pris autrement.

Car, Ida Sawyer est partie. Mais la situation sociopolitique en RDC demeurera tendue tant que l’opposition le soupçonnera de manœuvrer pour s’accrocher au pouvoir. C’est à se demander s’il ne se trompe pas de combat. C’est lui-même le problème, mais il feint de l’ignorer, et s’emploie à trouver des boucs-émissaires. Cela dit, en refusant de donner un visa à une activiste des droits de l’Homme, considérée comme les yeux et les oreilles de la communauté internationale, le président Kabila cherche par là un moyen pour opprimer à huis clos son peuple, notamment l’opposition et la société civile qui ne lui font pas de quartier. Il donne ainsi la preuve, pour ceux qui en doutaient encore, qu’il est un petit président pour un grand pays. Pitié !

LA DYNAMIQUE DE L’OPPOSITION DÉNONCE L’EXPULSION DE MME IDA SAWYER DE HUMAN RIGHTS WATCH EN RDC

La Dynamique de l’Opposition dénonce l’expulsion de Mme Ida Sawyer
Représentante de Human Rights Watch en RDC.

• La Dynamique de l’Opposition s’étonne du refus des autorités congolaises de renouveler le visa de travail de Mme Ida Sawyer, Chercheuse Principale dont le travail au bureau congolais de l’organisation internationale Human Rights Watch est connu et largement apprécié dans notre pays et ailleurs dans le monde.

• Cette expulsion, faisant suite à celle, il y a quelques mois, de M. Jason Stearns du Groupe d’Etudes sur le Congo, constitue un nouveau pas dans le dangereux éloignement de la République Démocratique du Congo de son destin de pays démocratique et économiquement mature au cœur de l’Afrique.

• Abordant ce cas avec la presse, le porte-parole du gouvernement aurait indiqué que la fâcheuse décision de non renouvellement du permis de travail de Mme Sawyer relève des services d’immigration qui ne «seraient pas tenus de la justifier».

• La Dynamique de l’Opposition s’insurge contre cette réaction incompréhensible et ce manque de considération des citoyens de la grande nation congolaise. Elle demande au gouvernement de nous apporter les clarifications que nous sommes en droit d’attendre, soucieux que nous sommes de l’amélioration de la situation des droits humains dans notre pays.
Fait à Kinshasa, le 9 août 2016

Freddy Matungulu Mbuyamu Ilankir
Modérateur

[avec lePays]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

MSF victime d’attaques et d’enlèvements en RDC

Victime d’attaques multiples, d’enlèvements de ses équipes et de braquages, Médecins Sans Frontières (MSF) ne …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer