samedi , 25 mars 2017
Accueil / Élections / RDC : Goma vit au rythme de la révolution et de la modernisation de ces infrastructures routières

RDC : Goma vit au rythme de la révolution et de la modernisation de ces infrastructures routières

Ces deux dernières années, Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu, vit au rythme de la révolution et de la modernisation de ces infrastructures routières. Le pari semble être gagné par l’exécutif provincial appuyé par le gouvernement central et la Monusco. En tout, près de cent kilomètres sont en chantier permettant notamment de relier Goma à l’agglomération de voisine de Sake à 30Km.

De part et d’autres de deux communes urbaines, Karisimbi et Goma, il ne se pose presque plus des problèmes de transport dans la capitale du Nord-Kivu (Est de RD Congo).

L’accessibilité des principaux axes réhabilités et modernisés est une réalité, qui facilite la circulation sur les principales artères désormais modernisés.

‘’C’est comme un train qui roulait sur les rails’’, cherche à expliquer la vieille Brigitte, trouvée à bord d’un taxi bus, ce matin du dernier dimanche 31 juillet 2016. Alors qu’elle se dirigeait à l’Eglise. Cette mère de huit enfants, n’est pourtant pas la seule personne à venter le mérite des nouvelles routes dont certaines encore en pleine chantier dans la ville.

Près de 100 Km en chantier

Ces deux dernières années, Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu, vit au rythme de la révolution et de la modernisation de ces infrastructures routières. Le pari semble être gagné par l’exécutif provincial appuyé par le gouvernement central et la Monusco. En tout, près de cent kilomètres sont en chantier permettant notamment de relier Goma à l’agglomération de voisine de Sake à 30Km.

‘’Il y a des années, nous n’avions que deux axes de moins de vingt kilomètres de routes praticables’’, se souvient le Vieux Isidore, enseignant dans une institution universitaire de la place. Mais avec la politique de développement de l’équipe Kahongya, la donne a sans doute changé.

Le centre-ville commercial a été la première zone à subir cette transformation. Ici se souvient un taximan qui assure le transport urbain en commun, tout a été rasé et à lieu et place une nouvelle route moderne avec canaux d’évacuation d’eaux usées a vu le jour. La province ne s’est pour autant limiter là.

Les principales avenues de part et d’autres du centre-ville commerciale ont aussi subit une transformation. Le cas de l’axe passant par le centre de vente des produits agricoles dit route ‘’macho kwa macho’’.

‘’J’ai eu de la peine à me situer sur cette avenue’’, nous avait confié un habitant du quartier Mikeno, communément appelé Birere, qui vient de retourner à Goma  après trois ans d’absence.

Objectif : relier tous les quartiers

En moins de deux ans, tout presque a changé sur le plan infrastructures routières. Aucun quartier n’a été omis dans ce plan de modernisation de la ville. Misant sur des moyens propres, l’exécutif provincial s’est fixé comme objectif, rendre la capital touristique de la RD Congo, une ville attrayante.

Du rond-point Bralima en passant par le rond-point Cercle sportif, l’on peut désormais, rejoindre le nord de la ville et le territoire voisin de Nyiragongo sans peine. La poussière a fini par disparaitre, les égouts, et les pierres qui rendaient impraticable cet axe aussi. Une nouvelle et moderne route a été construite, le Kilomètre témoin, devenu modèle pour tout visiteur.

La réhabilitation de ces infrastructures,  est une aubaine pour la population. Piétons, automobilistes chacun en tire profit. ‘’Nous n’avons plus de la peine à se déplacer au bord de nos routes construites avec départ et d’autres des points de passage sécurisés pour nous piétons’’, se réjouit Martine Murenzi, une collégienne.

‘’ Cela, nous a permis d’exploiter d’autres axes jadis dangereux pour nos véhicules’’, reconnaît un des responsables locaux de l’association de chauffeurs du Congo.

En réhabilitant les axes virunga, katoyi, ulpgl, aéroport, birere, cadeco, himbi,…l’exécutif provincial a permis de soulager le souci de transport de plus de 1.000.000 de goméens, qui depuis l’indépendance circulait que sur deux axes.

Des routes valeureuses

En construisant ces routes, la province a aussi permis de régler le problème d’inondations le long des routes qui se posait avec acuité. ‘’Avant, quand il pleuvait, nous fermions nos dépôts et boutiques. Mais depuis que cette nouvelle route a été construite par papa Gouverneur, nous pouvons vendre et recevoir des clients même pendant des fortes pluies’’, témoigne le responsable de dépositaire des produits vivriers de Goma, qui tient aussi un dépôt au niveau de la mosquée Birere.

Objet de valeur, ces nouvelles routes, valorisent l’activité commerciale en même tant que les constructions. Sans même un appel de qui que ce soit, la population s’est mise à valoriser ces bijoux. Le long des artères, des nouvelles bâtisses voient le jour quasi quotidiennement. Des nouvelles et imposantes maisons, qui laisse pensez à un Maha Nathan en gestation.

‘’N’eut été les guerres à répétition nous imposées par les ennemies du Congo, Goma, serait plus que Maha Nathan’’,  tente de convaincre, un architecte surpris en pleine discussion avec ses amis. Le prix de l’immobilier grimpe quand les architectures offrent des conditions descentes d’une vie confortable. Sans du tout gêner la population qui se bouscule à occuper les parcelles de premier rang sur ces artères macadamisés.

Certes, l’appui du gouvernement centrale a été non négligeable, de même que celui de la Mission onusienne, qui ont pris chacun, quelques kilomètres à réhabilité, mais l’ensemble de presque la centaine de kilomètres qui font rayonnait la ville, est le fruit d’un financement réussi de l’équipe Julien Paluku.

Technicien en développement, le Gouv’ a mis en place une nouvelle et payante stratégie de financement des projets de modernisation d’infrastructures. Il a réussi à convaincre les opérateurs pétroliers à appuyer ses actions, grâce à une partie des taxes prélevées sur les produits pétroliers en province. Un travail d’ensemble reluisant, un exemple qui fait déjà jaser au-delà des frontières provinciales.

‘’C’est un modèle de dynamisme socio-économiques et de développement que le Gouverneur Julien Paluku a su asseoir et qui mérite d’être repiquée dans d’autres provinces’’, admet un membre du gouvernement provincial du Katanga de passage à Goma.

Première route pour Butembo

En plus de Goma et des routes de desserte agricole, les villes de Butembo et Beni n’ont pas été du reste. En ville de Butembo, une première route moderne macadamisée a été enfin construite. Deux axes principaux de la ville donnent aujourd’hui une très belle image à cette ville, capitale économique de la province.

‘’ C’est notre première route construite grâce au Gouverneur Julien, ce qui valorise davantage notre ville’’, admet Manzekele Edmond, un opérateur économique. Depuis l’indépendance, Butembo a enfin vue sa première route.

Jadis en terre battue, elle offre aujourd’hui des conditions décentes. Même la poussière qui gêner souvent les opérateurs économiques, piétons et automobilistes a fini par disparaître, à la grande satisfaction de la population.

Autant de fois plus vaste que le Rwanda et le Burundi réunis, la construction d’infrastructures routières dans cette province mérite un soutien ardent de Kinshasa et de tous ses partenaires qui se laissent croire aussi attaché au respect des valeurs démocratiques en RD Congo. Julien Paluku qui a déjà fait ses preuves ne peut tout réussir seul soulignent de nombreux activistes de la société civile.

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

RDC : Diminution de l’espace démocratique

La diminution de l’espace politique en RDC a fait l’objet des entretiens entre Andrew Gilmour …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer