vendredi , 15 décembre 2017
Accueil / Élections / RDC : Beni mérite une solidarité nationale
Julien PALUKU - Gouverneur du Nord-Kivu
Julien PALUKU - Gouverneur du Nord-Kivu

RDC : Beni mérite une solidarité nationale

‘’ Beni mérite une solidarité nationale. Nous devons nous liguer comme à Dallas, à Orlando (USA), à Saint Etienne, à Nice, à Charly Hebdo (France) ou encore comme au Kenya lors de l’attaque sur le campus de l’université’’, a rappelé Julien Paluku, sous l’oreille attentif des plus de 300.000 personnes. ‘’La situation à Beni comme sur l’ensemble de la province est une affaire de tous’’, a reconnu Ignace Kakule, un étudiant, qui dit s’approprier les efforts de l’autorité provinciale dans la sécurisation des personnes et de leurs biens. ‘’ Elle n’est pas l’affaire de la majorité, non plus de l’opposition’’, a ajouté le patron de l’exécutif provincial, avant de rappeler les différentes projets de développement amorcé, qui révolutionnent l’ensemble du Nord-Kivu.

Quelques jours après le passage du député de l’opposition Crispin Mbindule à Butembo, le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku qui se remettait des obsèques de l’Abbé Malu Malu, a eu un face à face avec la population de Butembo. Situation socio politique, processus électorale, soutien au dialogue, situation sécuritaire à Beni, et développement, autant de sujets sensibles, qui ont constitué l’essentiel de son adresse à la population.

‘’ Mieux vaut ne pas être élu en disant la vérité que de l’être sur base du mensonge’’, a dit dans un tweeter le Gouverneur.

Devant une foule immense arborant des drapeaux aux couleurs des partis politiques de la majorité présidentielle, des calicots aux messages soutenant le dialogue et le processus électoral en cours, entonnant sans répit des chassons à la gloire de l’autorité morale de la MP, Joseph Kabila, au plus grand rond-point de la ville, sans doute le chef de l’exécutif provincial a réussi son paris.

Beni doit nous unir

Une fois de plus la population de la capitale économique du Nord-Kivu s’est montrée aussi attachée du tout premier Gouverneur démocratiquement élu de cette province qui sort petit à petit de près de deux décennies de guerres fratricides.

‘’Nous sommes ici pour soutenir le dialogue convoqué par le Président Kabila, nous voulons la paix et pas des troubles car on en a assez’’, disaient des citoyens qui ont, par la circonstance tout abandonné ce jour.

Adoubé par ses concitoyens, le Gouverneur a mis à profit cette opportunité enfin d’interpeller sa population, qui doit tout mettre en œuvre pour résister au vent du chaos, véhiculé malheureusement çà et là par certains de nos compatriotes.

‘’ Beni mérite une solidarité nationale. Nous devons nous liguer comme à Dallas, à Orlando (USA), à Saint Etienne, à Nice, à Charly Hebdo (France) ou encore comme au Kenya lors de l’attaque sur le campus de l’université’’, a rappelé Julien Paluku, sous l’oreille attentif des plus de 300.000 personnes.

‘’La situation à Beni comme sur l’ensemble de la province est une affaire de tous’’, a reconnu Ignace Kakule, un étudiant, qui dit s’approprier les efforts de l’autorité provinciale dans la sécurisation des personnes et de leurs biens. ‘’ Elle n’est pas l’affaire de la majorité, non plus de l’opposition’’, a ajouté le patron de l’exécutif provincial, avant de rappeler les différentes projets de développement amorcé, qui révolutionnent l’ensemble du Nord-Kivu.

Première route moderne

Mettant un accent particulier sur Butembo, Julien Paluku a rappelé l’importance et l’impact de la nouvelle route réhabilitée. Il s’agit de la rue d’ambiance et de l’avenue principale de la ville qui sont depuis quelques mois macadamisées. En dépit de l’épineux problème de maximisation des recettes liées à l’instabilité sécuritaire encore persistante sur les rares coins de la province, l’exécutif provincial a pu réunir les moyens nécessaires, grâce auxquels Butembo connaît sa première route en gourdon depuis l’existence de notre pays.

‘’Certains ici sont nés, grandis et mourir sans voir les moindres mètres d’une route goudronnée. Mais grâce au génie de notre fils Julien Paluku, nous avons des kilomètres des routes dans cette ville, la capitale économique de la province’’, a reconnu aussi joyeux le vieux Mbakulirahi, la soixantaine dépassée.

La réussite de ces projets qui font d’ailleurs parlé d’eux-mêmes sur l’ensemble de la province est un fruit de la maximisation des recettes. Les stratégies de mobilisation mis en place ont aujourd’hui permis à la province de passer la barre de 1.000.000$ le mois, hissant la province au troisième rang de contribuable au budget national sur l’ensemble du pays. Raison de plus pour l’honorable Julien Paluku d’interpeller la population au respect du civisme fiscal.

‘’Nous devons lutter contre l’incivisme fiscale colporté par certains de nos compatriotes, des élus parmi eux, pourtant eux aussi bénéficiaires des fonds collectés à partir de ces taxes et impôts’’, a exhorté le Gouv’.

Avant tout l’intérêt du peuple

Alors que les tensions n’ont pas visiblement baissée entre la majorité et l’opposition, le patron du Nord-Kivu, s’est pour autant voulu rassurant. ‘’Nous devons tous privilégiés l’intérêt du peuple congolais et cela passe par le dialogue tel convoqué par le Chef de l’Etat’’ a dit l’élu de Lubero. Il est indispensable car il doit permettre de régler les préalables incontournables avant l’organisation des élections propres et d’éviter du coup que le pays bascule vers le chaos.

‘’Cela va éviter au pays les critiques et réclamations analogues à celles décriées en 2011. Il est une nécessité que les congolaises et congolais se mettent autour d’une table, souhaite l’autorité morale de la MP au Nord-Kivu.

Pour qui, l’enrôlement des nouveaux majeurs estimés à 10.000.000, le nettoyage du fichier électorale une réclamation soutenue par l’opposition, l’élaboration d’un calendrier électoral consensuel, la réadmission sur la liste électorale des militaires et policiers retraités, la résolution de l’épineuse question du parallélisme des cartes d’électeurs nourrie par les vols des kits électoraux par les rebelles M23 alors qu’il assiégeait une bonne partie du territoire de Rutshuru, la prise en compte du démembrement de la RD Congo qui a vit ses provinces passées de 11 à 26 avec des nouvelles appellations, constituent autant des préalables qui doivent trouver solution lors du dialogue prochain.

Devant une grande foule acquise à sa cause, le Gouverneur du Nord-Kivu a rappelé que le Président Joseph Kabila, n’a nullement l’intention de briguer un troisième mandat à la tête de la RD Congo, conformément à la Constitution. Mais néanmoins Julien Paluku n’a pas non plus exclu l’option d’organisation d’un referendum constitutionnel pour que le peuple souverain, se prononce sur l’éligibilité ou non de Joseph à la prochaine présidentielle.

Honneur aux Fardc

Tout en appuyant l’estimation de la CENI qui parle de 16 mois de durée des opérations préélectorale, JPK a interpellé la jeunesse congolaise à une prise de conscience de la situation du pays, car elle constitue la relève.

L’homme de l’itinérance, qui n’a pas hésité à faire des périples jusque dans les fiefs tenus par des fils et filles rebelles, pour parler paix et démobilisation, le patron du Nord-Kivu, a une fois de plus lancé un vibrant appel à une mobilisation nationale et internationale sur la situation de Beni en appui aux efforts inlassables du commandant suprême des Fardc, Joseph Kabila, pour que chacun apporte sa pierre, enfin de construire cet édifice d’une paix durable dans ce territoire menacé par un terrorisme plus meurtrier.

‘’ Aucun pays ne peut faire tuer 1.000 militaires et tuer sa propre population’’, a dit le Gouverneur visiblement émis de compensions aux vaillants Fardc tombés sous le drapeau, en réponse à ceux-là qui laissent penser à une complicité de l’armée régulière dans les massacres de Beni où depuis plus de deux ans 1.000 militaires sont tombés sous les coups de balles dans la lutte contre les ADF/Nalu.

Rappelant l’historique des guerres qu’a connue sa province, à des milliers d’hommes et femmes dont certains venus des villages et localités environnant Butembo, le Gouv’ profondément affligé par des morts victimes de cette barbarie humaine, tout optimiste à un avenir radieux, ne baisse pour autant les bras, ‘’Ensemble nous devons nous liguer contre le terrorisme qui guette le Nord-Kivu’’.

Ambassadeur de la paix, Julien Paluku, qui nourrit déjà de l’espoir à toute une province, estime qu’avec l’appui et l’accompagnement du Rais, la paix effective est possible au Nord-Kivu.

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Un regard d’observation sur l’Afrique de fin 2017

A la Conférence de Berlin de 1885, ils ont partagé l’Afrique sans en informer ni …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer