samedi , 16 décembre 2017
Accueil / Élections / Elections : Un climat politique très tendu règne en RDC
Etienne TSHISEKEDI, lors de son entrée devant la foule au Stade de Martyrs, 31 Juillet 2016.
Etienne TSHISEKEDI, lors de son entrée devant la foule au Stade de Martyrs, 31 Juillet 2016.

Elections : Un climat politique très tendu règne en RDC

Plusieurs milliers de personnes étaient rassemblées dimanche à Kinshasa pour assister au premier meeting depuis son retour de l’opposant historique Étienne Tshisekedi, vu comme un espoir de relance du dialogue entre l’opposition et le président à l’heure où plane l’incertitude sur la tenue de la présidentielle. Étienne Tshisekedi a exigé, devant des dizaines de milliers de partisans, la tenue de la présidentielle d’ici la fin de l’année et le départ du président Joseph Kabila le 20 décembre. « Le 19 septembre 2016 est la première ligne rouge à ne pas franchir. Le corps électoral doit être convoqué (à cette date, ndlr) pour l’élection présidentielle. Au cas contraire, la haute trahison sera attestée dans le chef de M. Kabila qui endosse la responsabilité du malheur des Congolais », a déclaré M. Tshisekedi. « Dès cet instant, le décompte de son préavis de trois mois de locataire au palais présidentiel commence », a ajouté le président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), concluant: le 20 décembre, « la maison doit être libre ». Un climat politique très tendu règne en RDC depuis plusieurs mois. L’opposition congolaise craint que le président Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001 et à qui la Constitution interdit de briguer un nouveau mandat, ne reporte le scrutin présidentiel prévu en fin d’année pour s’accrocher au pouvoir. M. Tshisekedi, 83 ans, est rentré mercredi en République démocratique du Congo (RDC) après deux ans de convalescence en Belgique. A son arrivée en RDC, des milliers de personnes s’étaient massées pour l’accueillir.

Retour d'Etienne TSHISEKEDI, Mercredi 27 Juillet 2016, Kinshasa, RDC.
Retour d’Etienne TSHISEKEDI, Mercredi 27 Juillet 2016, Kinshasa, RDC.

L’opposant historique en République démocratique du Congo Étienne Tshisekedi a exigé dimanche, devant des dizaines de milliers de partisans, la tenue de la présidentielle d’ici la fin de l’année et le départ du président Joseph Kabila le 20 décembre.

L’opposition congolaise craint que le président Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001 et à qui la Constitution interdit de briguer un nouveau mandat, ne reporte le scrutin présidentiel prévu en fin d’année pour s’accrocher au pouvoir. Pour elle, le retour d’Etienne Tschisekedi est une véritable aubaine car il pourrait renouer le dialogue avec la présidence.

Meeting de l'Opposition politique, 31 Juillet 2016, Kinshasa, RDC.
Meeting de l’Opposition politique, 31 Juillet 2016, Kinshasa, RDC.

« Le 19 septembre 2016 est la première ligne rouge à ne pas franchir. Le corps électoral doit être convoqué (à cette date, ndlr) pour l’élection présidentielle. Au cas contraire, la haute trahison sera attestée dans le chef de M. Kabila qui endosse la responsabilité du malheur des Congolais », a déclaré M. Tshisekedi, de retour au pays après deux ans d’absence.

« Dès cet instant, le décompte de son préavis de trois mois de locataire au palais présidentiel commence », a ajouté le président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), concluant: le 20 décembre, « la maison doit être libre ».

L’opposant de 83 ans s’exprimait sur le podium orné d’une bâche bleue portant les inscriptions : « Le Rassemblement, amour du Congo – Unité de l’opposition ». Devant lui: plusieurs dizaines de milliers de personnes venues assister à son premier meeting, alors que le climat politique se tend dans le pays à mesure qu’approche l’échéance du mandat de M. Kabila.

M. Tshisekedi a salué « l’engagement citoyen » de la jeunesse congolaise « à travers divers mouvements [engagés pour] le combat démocratique ». « Levez-vous et reprenez le flambeau du combat pour un Congo grand et prospère », a lancé le vieil opposant, suscitant les vivats de la foule.

« Nous réclamons aujourd’hui l’alternance, nous réclamons la libération des prisonniers politiques et d’opinion », acquiesce dans la foule Gloria Senga, militante de Lutte pour le changement (Lucha), un mouvement citoyen dont une dizaine de militants ont été « arrêtés injustement » depuis mars 2015 en RDC. Le régime actuel étant « dictatorial, autoritaire », la militante espère que le « Rassemblement va aboutir à quelque chose de bon ».

Meeting de l'Opposition politique, 31 Juillet 2016, Kinshasa, RDC.
Meeting de l’Opposition politique, 31 Juillet 2016, Kinshasa, RDC.

Coordonnateur du Rassemblement de forces acquises au changement, Etienne Tshisekedi, affirme être prêt à aller au dialogue mais sans le facilitateur Edem Kodjo qu’il qualifie de «Kabiliste» : «Celui qu’on nous a donné comme facilitateur [Edem Kodjo], nous avons constaté qu’il n’est pas neutre. C’est un grand Kabiliste. C’est pourquoi, le Rassemblement lui a retiré sa confiance et nous avons demandé à l’Union africaine de choisir quelqu’un d’autre qui pourrait avoir la confiance de tous». En novembre, M. Kabila a convoqué un dialogue afin de permettre l’organisation d' »élections apaisées », mais plusieurs forces d’opposition avaient d’abord boudé un forum perçu comme un « piège » par le pouvoir. Rassemblées autour de M. Tshisekedi, plusieurs d’entre elles ont finalement donné un avis favorable à ces pourparlers, moyennant des préalables dont la libération des prisonniers politiques et d’opinion.

Face à la foule – 10.000 personnes selon la police, 5 millions selon les organisateurs – M. Tshisekedi a également exigé « la cessation des procédures arbitraires judiciaires (…) à l’encontre des leaders de l’opposition, comme c’est le cas de Moïse Katumbi et Martin Fayulu », chef d’un petit parti d’opposition confronté à un problème de paiement des taxes immobilières.

"Pas de dialogue sans Moïse Katumbi", ont plaidé ses partisans sur des banderoles.
« Pas de dialogue sans Moïse Katumbi », ont plaidé ses partisans sur des banderoles.

Ex-meilleur allié du président Kabila, M. Katumbi est un opposant de poids en RDC, mis en difficulté il y a un mois par le régime, avant sa condamnation à trois ans de prison dans une affaire immobilière. Actuellement à l’étranger, officiellement pour y être soigné, il est sous la menace d’un autre procès, accusé d’être impliqué dans une affaire de recrutement de mercenaires américains.

Le vieil opposant a par ailleurs récusé de nouveau l’ex-Premier ministre togolais Edem Kodjo, facilitateur désigné par l’Union africaine(UA) pour ce dialogue, qu’il a accusé de prendre parti pour M. Kabila. M. Kodjo avait déjà rejeté cette accusation, la qualifiant « d’injuste ».

« En tout état de cause, le 20 décembre 2016 (…) nous dirons tous au revoir à M. Kabila et nous inaugurerons une nouvelle ère, telle que nous la déciderons au cours d’un vrai dialogue politique inclusif sans Kabila », a lancé M. Tshisekedi.

"Joseph KABILA"
« Joseph KABILA »

Opposant sous la dictature de Mobutu Sese Seko (1965-1997), l’octogénaire a aussi combattu le régime de son successeur Laurent-Désiré Kabila, père de l’actuel chef de l’État. Il était arrivé deuxième de la présidentielle de 2011, dont il avait rejeté les résultats.

M. Kabila est au pouvoir depuis 2001 et la Constitution lui interdit de se représenter. L’opposition soupçonne le chef de l’Etat de vouloir s’accrocher à son poste au-delà du terme de son mandat. Un récent arrêt de la Cour constitutionnelle a autorisé M. Kabila à rester en fonction si la présidentielle n’avait pas lieu dans les temps.

Dimanche, la commission chargée d’organiser les élections a lancé l’enregistrement des électeurs dans la province du Nord-Ubangi, dans le nord-est de la RDC. Des opérations censées se poursuivre dans tout le pays et durer dix mois.

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Palestine : Israël tue sauvagement des enfants, des civils et des femmes

« Le vrai propriétaire de ces terres est la Palestine. M. Trump veut que tout cela …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer