samedi , 16 décembre 2017
Accueil / Élections / Elections : La ville de Kinshasa est en effervescence
Les partisans d'Etienne TSHISEKEDI lors de son arrivée, Kinshasa, 27 Juillet 2016.
Les partisans d'Etienne TSHISEKEDI lors de son arrivée, Kinshasa, 27 Juillet 2016.

Elections : La ville de Kinshasa est en effervescence

Le retour triomphal d’Etienne Tshisekedi à Kinshasa, le mercredi 27 juillet 2016, a donné du fil à retordre à la Majorité présidentielle (MP). Entre l’aéroport international de N’Djili et sa résidence de Limete, Tshisekedi a réussi à drainer un monde fou, soit près d’un million, selon des observateurs. Jamais, la ville de Kinshasa n’a connu pareille mobilisation, tout à fait spontanée.

L’heure est à l’évaluation du rapport des forces entre l’Opposition et la Majorité présidentielle. Le retour d’Etienne Tshisekedi a mis dans la rue une foule immense évaluée à près d’un million de personnes. Un record que le meeting de ce vendredi au stade Tata Raphaël ne peut battre pour la simple raison que capacité maximale d’accueil ne peut dépasser les 50.000 spectateurs. Du coup, pas de derby entre le mercredi 27 juillet  et le 29 juillet 2016.

C’est la semaine de meetings. La ville de Kinshasa est en effervescence. Le retour triomphal d’Etienne Tshisekedi à Kinshasa, le mercredi 27 juillet 2016, a donné du fil à retordre à la Majorité présidentielle (MP). Entre l’aéroport international de N’Djili et sa résidence de Limete, Tshisekedi a réussi à drainer un monde fou, soit près d’un million, selon des observateurs. Jamais, la ville de Kinshasa n’a connu pareille mobilisation, tout à fait spontanée.

Aucun billet de franc congolais ou de dollar américain n’a circulé, mercredi, dans la ville. Mais les Kinois, mus par la soif de la démocratie, sont descendus massivement dans la rue pour célébrer le retour du sphinx de Limete, le lider maximo de l’UDPS, dans sa nouvelle casquette de président du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement.

Etienne Tshisekedi et le Rassemblement ont réussi leur pari. Le prochain round se joue le dimanche 31 juillet prochain à l’esplanade du boulevard Triomphal.

Pendant ce temps, la Majorité présidentielle (MP) a promis,  à son tour, de mesurer sa capacité de mobilisation aujourd’hui vendredi au cours d’un meeting qu’elle organise au stade Tata Raphaël. Le pari est osé. Tant Etienne Tshisekedi a mis la barre tellement haute, à son retour à Kinshasa le mercredi 27 juillet 2016. Ce vendredi donc, la Majorité présidentielle espère inverser la vapeur. Comment va-t-elle s’y prendre ? Ses stratèges sont à pied d’œuvre pour trouver la combinaison optimale leur permettant de rééditer, voire dépasser ce qu’a fait Etienne Tshisekedi.

Mission impossible pour la Majorité

Un simple calcul permet de mesurer la complexité du défi que s’est fixé la MP. Mercredi dernier, près d’un million de personnes ont pris d’assaut le boulevard Lumumba pour accueillir Etienne Tshisekedi. Si l’on prend en compte la capacité d’accueil du stade Tata Raphaël, qui se situe autour de 45.000 à 50.000 places, la Majorité présidentielle ne peut donc pas prétendre battre  pareil record. Encore faudra-t-il que le stade se remplisse, effectivement.

Même alors, entre 50.000 personnes attendues probablement aujourd’hui vendredi au stade Tata Raphaël et un million de sympathisants qui sont allés communier, mercredi, avec Tshisekedi, il n’y a pas de commune mesure. Et dire que la mobilisation de la MP se fait à coup d’argent et d’intimidations de tous genres, il y a raison de ne pas comparer les deux événements.

Pire, des sources concordantes rapportent qu’une note circulaire du ministère de la Fonction publique, estampillée MP, oblige les agents et fonctionnaires de l’Etat à faire le déplacement, vendredi, du stade Tata Raphaël. Dans les medias acquis à la MP, des messages de mobilisation invitent des animateurs des clubs de football à rejoindre également le stade Tata Raphaël. Dans les entreprises du portefeuille, l’atmosphère est aussi à la mobilisation assortie d’une série de contraintes.

Une fois de plus, les Eglises ne sont mises à contribution pour remplir ce stade en lieu et place du stade des Martyrs dont la capacité d’accueil pourrait mettre à nu la faible affluence à l’appel. « Pendant que plus d’un million de Kinois accompagnent Etienne Tshisekedi, la MP mobilise les fonctionnaires, les sportifs et le personnel des entreprises du portefeuille avec l’argent public ! C’est le monde à l’envers. Car, Tshisekedi n’a pas eu besoin de tout ça pour mobiliser autant de monde le mercredi », a commenté, à notre rédaction, un fonctionnaire de l’Etat, qui se dit apolitique.

La roue de l’histoire a tourné

Quelle leçon tirée de ces deux évènements politiques majeurs de cette semaine ? A tout prendre, entre le retour mercredi de Tshisekedi et le meeting ce vendredi de la Majorité présidentielle, il y a une bonne leçon politique à retenir. Le peuple a fait son choix ; c’est celui de la démocratie. En sortant massivement dans la rue pour célébrer le retour du président du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, le peuple congolais a lancé un message que des politiciens de tous bords devaient percevoir à sa juste valeur.

Ce peuple, le même qui a bravé la peur, mercredi, n’acceptera plus qu’on lui vole sa démocratie. En accueillant avec fierté le lider maximo de l’UDPS, c’est cette démocratie, pour laquelle Tshisekedi a consacré tout son combat politique, que les Kinois sont allés honorer.

Au-delà de Tshisekedi, l’évènement du mercredi 27 juillet 2016 était un rappel  à l’ordre à tous les fossoyeurs du processus démocratique et électoral. Sans doute, ils trouveront sur leur chemin le peuple dont le choix n’est plus à démontrer. En s’évertuant à méconnaitre cette évidence, la Majorité au pouvoir aurait plutôt intérêt à tirer des leçons et, au besoin, se ressaisir. Car, malgré la mise en circulation des billets verts et le recours aux intimidations de tous genres, le peuple congolais est debout, mobilisé comme un seul homme pour faire valoir ses droits. Rien ne pourrait le détourner de son objectif, à savoir, l’alternance démocratique au sommet de l’Etat dans le respect de la Constitution et des délais constitutionnels.

Le dimanche 31 juillet 2016, c’est ce message d’espoir et de libération qu’Etienne Tshisekedi et le Rassemblement vont transmettre à ce peuple dont les attentes sont toujours renvoyées aux calendes grecques par les différents régimes qui se sont succédé à la tête du pays depuis plus de cinq décennies.

[lePotentiel]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Palestine : Israël tue sauvagement des enfants, des civils et des femmes

« Le vrai propriétaire de ces terres est la Palestine. M. Trump veut que tout cela …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer