lundi , 18 décembre 2017
Accueil / Société / Armée et Police / Corps sans vie découverts : Général KANYAMA pointé du doigt
Célestin KANYAMA TSHISIKU, alias, "Esprit de mort"
Célestin KANYAMA TSHISIKU, alias, "Esprit de mort"

Corps sans vie découverts : Général KANYAMA pointé du doigt

Des ONG des droits de l’homme continuent d’exiger une enquête indépendant, sur les 6 corps sans vie découverts dans la rivière Ndjili. Une semaine après cette découverte aucune explication  claire n’a été fournie pour rassurer l’opinion sur ce qui a bien pu arriver. Il s’agit de jeunes gens de même génération. selon des sources contactées par RFI, quatre téléphones cellulaires – et non pas deux comme affirmé, il y a quelques jours – ont été retrouvés sur deux des six cadavres repêchés dans la rivière Ndjili.Elément curieux, ces téléphones, selon les mêmes sources, n’avaient pas été transmis à la justice dans les premiers jours de l’enquête. Qui avait alors intérêt à empêcher que ces pièces arrivent entre les mains de la justice ?

Des ONG des droits de l’homme, dont la Voix des Sans Voix (VSV) et la Fondation Bill Clinton pour la paix  (FBCP), continuent d’exiger une enquête indépendant, sur les 6 corps sans vie découverts dans la rivière Ndjili à Kinshasa.

« Cela m’étonne un peu. Au moment où l’enquête n’a pas encore abouti, le porte-parole du gouvernement a déclaré que ce sont les Kuluna [gangs de quartiers, ndlr] qui sont à la base de cela. Je ne sais pas où il a eu cette information-là. », a réagi à RFI  Emmanuel  Cole  de la FBCP.

Dans le cercle avisé des ONGDH, l’on croit savoir qu’il pourrait s’agir des jeunes gens suppliciés dans un endroit où ils auraient été séquestrés. C’est pourquoi ces ONG exigent une « enquête indépendante » à laquelle devra être également associé le Bureau conjoint des Nations Unies pour les droits de l’homme (BCNUDH-RDC).

Traces de violence

Une semaine après la découverte de ces six corps sans vie, dans la rivière Ndjili, dans la partie Est de Kinshasa,  aucune explication  claire n’a été fournie pour rassurer l’opinion sur ce qui a bien pu arriver. Il s’agit de jeunes gens de même génération. L’enquête a été confiée au Parquet de grande instance de Matete. Des doutes subsistent autour des téléphones portables retrouvés et les traces de violence observées sur les cadavres.

A ce stade de l’enquête, la procureure de la République Kahondo dit,« ne pas être autorisée à communiquer le moindre détail de cette affaire ». Mais, selon des sources contactées par RFI, quatre téléphones cellulaires – et non pas deux comme affirmé, il y a quelques jours – ont été retrouvés sur deux des six cadavres repêchés dans la rivière Ndjili.Elément curieux, ces téléphones, selon les mêmes sources, n’avaient pas été transmis à la justice dans les premiers jours de l’enquête.

Qui avait alors intérêt à empêcher que ces pièces arrivent entre les mains de la justice ? Des questions également à propos des traces de violence observées sur l’ensemble des cadavres charriés ce dimanche-là par les eaux de la rivière Ndjili.

[Jay F. KUMWAF]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Argentine : Une enquête parlementaire exigée sur la disparition du sous-marin

Les familles des 44 membres de l’équipage du San Juan, le sous-marin argentin disparu il …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer