dimanche , 17 décembre 2017
Accueil / Élections / KATUMBI – TSHISEKEDI, retour dans un contexte de crise politique aiguë qui secoue la RDC
Face-a-face : Le Rassemblement et la communauté internationale, a Bruxelles.
Face-a-face : Le Rassemblement et la communauté internationale, a Bruxelles.

KATUMBI – TSHISEKEDI, retour dans un contexte de crise politique aiguë qui secoue la RDC

Pour ces deux leaders de l’Opposition, le dialogue doit être convoqué par le panel des co-facilitateurs composé de représentants de l’ONU, UE, UA, OIF et USA. Le retour de Tshisekedi et Katumbi va intervenir dans un contexte de crise politique aigue qui secoue la RDC à ce jour doublée d’un bras de fer entre Joseph Kabila et les puissances occidentales.

Une importante décision était prise lors de la rencontre à Bruxelles entre le Lider Maximo de l’UDPS, Etienne Tshisekedi Wa Mulumba et l’ancien gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi Chapwe, candidat Président de la République. Il s’agit du retour au pays, par Kinshasa, des deux hommes dans un même avion à un jour qui sera fixé. C’est ce qui était convenu lors de cette réunion de Bruxelles.

C’est Peter Kazadi, le conseiller juridique du Président de l’UDPS qui en a donné confirmation samedi dernier à la presse. Tshisekedi et Katumbi reviennent pour prendre part au meeting du « Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement » prévu le 31 juillet et dont l’Hôtel de ville de Kinshasa a déjà été saisi en information par les organisations de cette manifestation pacifique.

Tshisekedi et Katumbi reviennent aussi pour prendre part au dialogue politique conforme à la Résolution 2277 du Conseil de sécurité de l’ONU .

LE RETOUR DANS UN CONTEXTE DE CRISE POLITIQUE AIGUE QUI SECOUE LA RDC

Pour ces deux leaders de l’Opposition, le dialogue doit être convoqué par le panel des co-facilitateurs composé de représentants de l’ONU, UE, UA, OIF et USA. Le retour de Tshisekedi et Katumbi va intervenir dans un contexte de crise politique aigue qui secoue la RDC à ce jour doublée d’un bras de fer entre Joseph Kabila et les puissances occidentales.

Pourtant du côté de l’ONU, on continue à tirer la sonnette d’alarme sur les risques d’un chaos en décembre prochain, donc en quelque 5 mois, si les élections ne sont pas organisées dans les délais constitutionnels. C’est le discours tenu épisodiquement par Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU, lors de toutes ses prestations devant le Conseil de sécurité.

Jeudi denier, c’est le sous-secrétaire général adjoint de l’ONU qui est revenu à la charge en enfonçant le clou lors de la présentation du rapport sur la RDC. Il craint des violences extrêmes généralisées qui seraient même au-dessus de la capacité opérationnelle de la MONUSCO. Ce qui veut dire, en d’autres termes, que la force de l’ONU serait incapable d’y faire face avec les moyens militaires dont elle dispose en ce moment. Le tableau est bien apocalyptique et ce n’est pas du tout exagéré, pensent des analystes lucides des questions des Grands lacs.

DECLARATION DE JOHN KIRBY, PORTE-PAROLE

Soutien à la Facilitation pour le dialogue national en République démocratique du Congo

Le 8 juillet 2016

Les Etats-Unis se félicitent de la tenue récente de la Réunion inaugurale du Groupe de soutien à la Facilitation pour le dialogue national en République démocratique du Congo (RDC). Bien que les Etats-Unis ne soient pas membre de ce groupe, ils souscrivent aux conclusions de cette réunion, au cours de laquelle les participants ont réaffirmé l’importance cruciale d’organiser un dialogue national réussi auquel participeraient toutes les parties prenantes congolaises ; encouragé les acteurs concernés a créer un environnement propice au dialogue ; offert leur soutien au Facilitateur et au processus du dialogue ; accueilli favorablement les efforts visant à réviser urgemment le fichier électoral et sollicité l’appui des partenaires à l’enrôlement des électeurs et afin de relever les défis économiques du Congo.

Les Etats-Unis invitent instamment les leaders politiques congolais à saisir l’occasion leur offerte par le Groupe de soutien international ; pour garantir la protection de l’espace politique et des droits démocratiques consacrés dans la constitution ; et travailler de manière constructive avec le Facilitateur désigné par l’Union Africaine pour aller rapidement vers la tenue d’un dialogue national inclusif, afin de trouver une issue consensuelle sur les échéances électorales de la RDC et sa première passation de pouvoir démocratique. Département d’Etat américain.

[avec KANDOLO M.]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Casques bleus tues en RDC : Une attaque préparée et orchestrée

Selon Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général adjoint en charge des opérations de maintien de la paix …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer