samedi , 16 décembre 2017
Accueil / Élections / RDC : Que faut-il attendre du rapprochement KATUMBI – TSHISEKEDI
Photo, rencontre des politiciens congolais a Bruxelles.
Rencontre Moise KATUMBI, Etienne TSHISEKEDI et Kateb KATOTO, Bruxelles, Belgique.

RDC : Que faut-il attendre du rapprochement KATUMBI – TSHISEKEDI

A première vue, l’on doit se féliciter de la nouvelle ligne de conduite qu’a adoptée Etienne Tshisekedi. Depuis le conclave de Bruxelles, Tshisekedi paraît plutôt rassembleur. Il n’affiche plus cette arrogance qui l’a souvent desservie lorsqu’il fallait parler d’une seule voix au sein de l’Opposition. Tshisekedi a complètement changé. Il est prêt à faire des concessions pour faire triompher une même et unique cause : l’alternance démocratique en 2016. On l’a senti pendant le conclave de Genval. Une attitude qui a balisé la voie à la grande réussite de ces assises historiques. Les deux sont plus que jamais unis pour faire respecter la Constitution et offrir au peuple congolais la première alternance démocratique de son histoire.

Entre Moïse Katumbi et Etienne Tshisekedi, c’est le parfait amour. Après le conclave de Genval qui est parvenu à récréer l’unité des forces politiques et sociales acquises au changement, l’axe Tshisekedi – Katumbi est en pleine mutation. Mercredi dernier à Bruxelles, les deux hommes se sont parlé en tête-à-tête, loin des caméras. Désormais, ils sont « unis pour le bien-être de la RDC et l’avènement de la démocratie en cette année électorale 2016 ».

Le conclave de Bruxelles a donné un nouvel élan aux forces politiques et sociales acquises au changement. Depuis la réussite de ces assises qui a vu l’Opposition se rassembler autour d’un seul et même idéal, les rangs se resserrent.

Le 31 juillet prochain, l’Opposition annonce un grand meeting concomitamment à Kinshasa et dans plusieurs villes de la République démocratique du Congo. Etienne Tshisekedi sera là. Son retour à Kinshasa ne fait l’ombre d’aucun doute. En soins à l’étranger, Moïse Katumbi, candidat déclaré à la présidentielle 2016, devrait également faire le déplacement de Kinshasa. Selon lui, il reste juste soumis à l’avis de ses médecins. Sinon, a-t-il dit au micro de RFI, rien ne l’interdit de revenir dans son pays, la RDC – sa conscience étant « tranquille ».

Pendant ce temps, profitant de son séjour en Europe, il s’active à nouer des alliances en vue de mieux se positionner à la présidentielle 2016. Mercredi dernier, il est allé à la rencontre d’Etienne Tshisekedi, président de l’Union pour la démocratie et le progrès social.

Selon des sources proches de l’UDPS, la rencontre a été conviviale ; Tshisekedi s’étant montré respectif à la main tendue de celui qui ne cache plus ses prétentions à la succession du président Joseph Kabila à la magistrature suprême, à savoir Moïse Katumbi.

Une identité de vues s’est nettement dégagée entre les deux hommes, rapportent les mêmes sources. Moïse Katumbi s’en est d’ailleurs félicité sur son compte twitter. « Unis pour le bien de la RDC et l’avènement de la démocratie en cette année électorale 2016 », a-t-il repris.

A l’UDPS, on précise qu’Etienne Tshisekedi a reçu Moïse Katumbi pour lui apporter son soutien face « à parodie de justice et procès bidons » dont il est victime depuis un temps.

Mais, des sources internes de l’UDPS indiquent qu’Etienne Tshisekedi aurait « lancé un message fort aux autorités » de Kinshasa leur demandant de mettre fin aux différentes pressions judiciaires exercées, sans base réelle, sur Moïse Katumbi.

Les attentes

Dans tous les cas, l’on doit dire qu’entre Moïse Katumbi et Etienne Tshisekedi, c’est le parfait amour. En effet, le succès du dernier conclave de l’Opposition à Bruxelles a permis d’arrondir sérieusement les angles entre les deux personnalités et d’autres leaders de l’Opposition, à l’instar de Moïse Katumbi, passé récemment dans ce camp après son divorce fracassant avec la Majorité présidentielle.

Que faut-il donc attendre du rapprochement entre les deux hommes ? A première vue, l’on doit se féliciter de la nouvelle ligne de conduite qu’a adoptée Etienne Tshisekedi. Depuis le conclave de Bruxelles, Tshisekedi paraît plutôt rassembleur. Il n’affiche plus cette arrogance qui l’a souvent desservie lorsqu’il fallait parler d’une seule voix au sein de l’Opposition.

Tshisekedi a complètement changé. Il est prêt à faire des concessions pour faire triompher une même et unique cause : l’alternance démocratique en 2016. On l’a senti pendant le conclave de Genval. Une attitude qui a balisé la voie à la grande réussite de ces assises historiques.

C’est dire que l’axe Katumbi – Tshisekedi est prometteur surtout au moment où la Majorité au pouvoir a pris en otage le processus électoral. Le 31 juillet 2016, lors du grand meeting de l’Opposition à Kinshasa, on ne sera pas étonné de voir Moïse Katumbi s’afficher aux côtés d’Etienne Tshisekedi. Les deux sont plus que jamais unis pour faire respecter la Constitution et offrir au peuple congolais la première alternance démocratique de son histoire.

[lePotentiel]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Palestine : Israël tue sauvagement des enfants, des civils et des femmes

« Le vrai propriétaire de ces terres est la Palestine. M. Trump veut que tout cela …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer