dimanche , 17 décembre 2017
Accueil / Élections / RDC : Opposition congolaise ou insulte contre le peuple congolais ?
Les opposants de "Joseph KABILA"
Les opposants de "Joseph KABILA"

RDC : Opposition congolaise ou insulte contre le peuple congolais ?

Alors que tout est fin prêt pour la lancement des travaux préparatoires du dialogue inclusif, les radicaux de l’opposition se retrouvent à Paris, devant des étrangers, pour traiter des affaires intérieures de leur pays et créer de nouveaux prétextes pour renforcer les conditions de la non-tenue des élections dont ils ne veulent tout simplement pas, malgré leur exigence du respect des délais constitutionnels. Les observateurs ne trouvent aucune justification à cette redondance creuse que dans la démarche d’inféodation de l’opposition à l’étranger où elle préfère aller traiter des affaires de l’Etat plutôt qu’avec les Congolais, comme si ceux-ci n’avaient aucune sagesse pour résoudre leurs problèmes entre eux. Une forme de grave insulte contre le peuple congolais, par ailleurs, lorsque ces radicaux de l’opposition estiment, par cette nouvelle démarche, que c’est l’étranger qui distribue le pouvoir en RDC et non le souverain primaire.

Les radicaux de l’opposition poursuivent leur opération d’expatriation des affaires congolaises au profit des forces politiques et milieux affairistes étrangers. La majorité des journaux parus ce lundi 18 juillet 2016 à Kinshasa fait, en effet, état d’un déplacement massif, pour Paris ce même lundi, des membres du Rassemblement pour la Défense des Valeurs de la République. Conduite par Etienne Tshisekedi, cette délégation, qui aurait rendez-vous au Quai d’Orsay, devrait s’entretenir avec les Envoyés spéciaux de l’ONU, de l’Union Européenne, de l’Union Africaine, de l’OIF, des USA dans les Grands Lacs du dialogue, du cahier de charge de sa plate-forme pour ce forum, de la mise en œuvre de la Résolution 2277 du Conseil de Sécurité, etc. La délégation congolaise devrait également présenter les résolutions du Conclave de Genval à Jean-Marc Hayrault, patron de la diplomatie française.

Pied-de-nez au dialogue et aux Congolais au profit des « maîtres du monde »

Pendant ce temps, rapportent toujours nos confrères, Félix Kalombo Tshisekedi, fils d’Etienne Tshisekedi et Secrétaire National de l’UDPS en charge des relations extérieures, s’est déployé le week-end dernier à Berlin (Allemagne) où il s’est entretenu avec les milieux d’affaires allemands sur la « nécessité de la convocation du Dialogue politique national conformément à la résolution 2277 du Conseil de sécurité de l’ONU ».

Ce nouveau déploiement des radicaux de l’opposition intervient alors que, la semaine dernière, le facilitateur du dialogue, Edem Kodjo, qui venait d’échanger avec le groupe international de soutien à son travail, a annoncé que plus rien le faisait obstacle du dialogue et que les travaux préparatoires devraient débuter avant la fin de ce mois de juillet. Au sujet de ces obstacles, il a évoqué la résolution 2277 qui a été pratiquement vidée de son contenu par rapport aux exigences de l’opposition, notamment avec la désignation d’un groupe international d’appui à la facilitation.Cette démarche, doit-on rappeler, a été menée en étroite collaboration et, donc, en parfaite connaissance de la communauté internationale dont certaines organisations nt, d’ailleurs, désignés des représentants dans le groupe d’appui à la facilitation du dialogue.

Comment les opposants insultent le souverain primaire congolais

On ne s’explique, dès lors, pas pourquoi l’opposition retourne auprès de cette même communauté internationale pour la même démarche dont les portes sont désormais ouvertes. Et cela, après une première démarche d’auto-inféodation à des lobbies politico-affairistes occidentaux à, l’Île de Gorée, puis Genval à Bruxelles. Les observateurs ne trouvent aucune justification à cette redondance creuse que dans la démarche d’inféodation de l’opposition à l’étranger où elle préfère aller traiter des affaires de l’Etat plutôt qu’avec les Congolais, comme si ceux-ci n’avaient aucune sagesse pour résoudre leurs problèmes entre eux. Une forme de grave insulte contre le peuple congolais, par ailleurs, lorsque ces radicaux de l’opposition estiment, par cette nouvelle démarche, que c’est l’étranger qui distribue le pouvoir en RDC et non le souverain primaire.

On ne le dira donc pas assez : l’opposition radicale n’a pas besoin des élections. Elle a envie de prendre le pouvoir, mais par des voies illégales. Autrement, on n’expliquerait pas cette nouvelle diversion qui n’a pour but que de faire perdre encore le temps et mettre les Congolais devant le fait accompli de l’impossibilité de la tenue des élections dans les délais constitutionnels que ces opposants réclament pourtant à cor et à cri.

L’histoire retient tout et renseignera demain sur les vrais ennemis de la RDC…

[Pascal Debré Mpoko/droite congolaise]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Casques bleus tues en RDC : Une attaque préparée et orchestrée

Selon Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général adjoint en charge des opérations de maintien de la paix …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer