dimanche , 17 décembre 2017
Accueil / Élections / RDC : Le délai constitutionnel ne sera pas respecté
Emmanuel Ramazani Shadari - Secrétaire Général Adjoint du PPRD.
Emmanuel Ramazani Shadari - Secrétaire Général Adjoint du PPRD.

RDC : Le délai constitutionnel ne sera pas respecté

Emmanuel Ramazani Shadari, député et secrétaire Général Adjoint du PPRD, soutient la position du chef de l’Etat et propose, au nom de son parti, que les élections locales inaugurent ce nouveau cycle électoral. « Respecter le délai national signifie quoi ? Cela ne signifie plus rien dans ce pays parce que tous les paramètres sont clairs. Le délai constitutionnel ne sera pas respecté. Il n’y aura pas élection en décembre. Et il n’y aura rien. Il n’y aura ni chaos ni problème (…). Le Président reste en fonction jusqu’à l’installation du nouveau président élu. La CENI qui organise les élections nous a déjà dit que sur base d’éléments techniques pour aller à l’enrôlement il faut plusieurs paramètres. Il y aura ensuite un calendrier électoral et enfin des élections. Ils (opposants) sont à la recherche des postes. Nous parlons avec eux. C’est des amis et des collègues. Ils savent qu’il n’y aura pas élection, mais ils ne peuvent pas se taire parce que c’est des bonnes guerres. Nous le PPRD, nous allons demander qu’on commence avec les élections locales. »

Réagissant à ces propos, Olivier Kamitatu, Président de l’ARC et Vice-Président du G7 s’est confié à POLITICO.CD à travers une tribune que vous retrouverez ci-dessous.

« Le délai constitutionnel ne sera pas respecté » dit Ramazani Shadari. Cette affirmation est lancée avec tant d’arrogance et d’irresponsabilité qu’elle pourrait conduire à penser qu’avec ces gens-là le délai est un tout petit point de détail sans conséquence et sans importance !

Or, en prêtant serment devant Dieu et le peuple de « respecter et faire respecter la Constitution », Joseph Kabila a pris un engagement dont il ne peut s’exonérer d’un revers de la main. Il sait que la seule élection dont le calendrier est fixé par la Constitution est précisément celle qui le concerne : l’élection présidentielle. En tant que garant du bon fonctionnement des institutions et Chef de l’Exécutif et Magistrat Suprême, il est et demeure comptable devant la Nation du respect des dispositions constitutionnelles. A ce titre, il relève de son devoir d’éclairer le peuple sur ses intentions et son avenir !

Tous les Congolais – quelle que soit leur origine, leur niveau d’étude, leur statut, leur religion  – savent que le mandat du Président Congolais est de cinq années renouvelables une seule fois. « 5+5 = 10 pas 10,5 ou 11 ou plus ! » Imagineriez-vous Barak Obama ou François Hollande annonçant au peuple américain ou français qu’ils vont ajouter quelques mois voire quelques années à leur mandat ? Si Joseph Kabila et ses partisans sont incapables de respecter la constitution, ils doivent tout d’abord se dédouaner de l’intention manifeste qu’on leur prête d’avoir  délibérément et intentionnellement créer les conditions de ne pas organiser l’élection présidentielle dans les délais et éviter ainsi d’être passibles du crime de haute trahison. Ensuite, la morale voudrait qu’ils demandent pardon au peuple congolais pour leur incompétence avérée qui a provoqué tant de tensions et de drames. Enfin, faute de légitimité, ils doivent avoir le sens de l’honneur et de la dignité – je ne veux même pas parler de l’élégance – de remettre leur mandat au souverain primaire qu’ils ont voulu tromper !

Mais là nous serions dans le meilleur des mondes. Les postures de défi et l’arrogance de la Majorité Présidentielle nous oblige à considérer que le combat pour le respect de la Constitution, pour la Démocratie et pour la Liberté doit se poursuivre et s’intensifier sur tous les fronts !

Pas de bain de sang en RDC

Joseph Kabila a profité de sa présence à Kalemie pour parler du processus électoral. S’exprimant en swahili, le chef de l’Etat congolais, qui en est à son deuxième et dernier mandat présidentiel, a appelé ses concitoyens, jeunes et vieux, hommes et femmes, à se préparer pour l’opération d’enrôlement des électeurs.

Joseph Kabila poursuit sa tournée dans l’ex-Katanga. Ce vendredi, il était à Kalemie, capitale de la province du Tanganyka. Aussitôt arrivé, le président de la République démocratique du Congo s’est adressé à la population. Seul sujet abordé, le processus électoral. Le chef de l’Etat n’a pas répondu à l’importante question du moment : la présidentielle se tiendra-t-elle dans les délais constitutionnels ?

Joseph Kabila a profité de sa présence à Kalemie, chef-lieu de la toute nouvelle province du Tanganyika, pour parler du processus électoral. S’exprimant en swahili, le chef de l’Etat congolais, qui en est à son deuxième et dernier mandat présidentiel, a appelé ses concitoyens, jeunes et vieux, hommes et femmes, à se préparer pour l’opération d’enrôlement des électeurs.

Une opération qui, a précisé le président, va débuter au mois de juillet prochain et le processus va se poursuivre jusqu’à son terme. « Dans ce pays, nous sommes en démocratie, cela veut dire que nous allons organiser les élections », a enchaîné Joseph Kabila, mettant au défi tous ceux qui, selon lui, doutent encore de la volonté du pouvoir d’organiser un scrutin présidentiel.

« Il n’y aura pas de bain de sang. Ici, à Kalemie, nous avons déjà versé beaucoup de sang », a encore rappelé le président de la RDC, qui a invité la population à prier Dieu pour obtenir sa protection. Dans son adresse très brève, Joseph Kabila n’a pas abordé la question des délais pour l’organisation des élections attendues dans le pays.

[avec Politico.cd, Rfi – 25 juin 2016]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Casques bleus tues en RDC : Une attaque préparée et orchestrée

Selon Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général adjoint en charge des opérations de maintien de la paix …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer