samedi , 16 décembre 2017
Accueil / Business / Économie / Maroc : Un taux de population économiquement inactive

Maroc : Un taux de population économiquement inactive

Une région au capital humain disparate, dont certains pays gagneraient toutefois à marcher dans le sillage de leurs voisins. C’est le constat émis par le World economic forum (WEF) à propos de la zone MENA (Middle East and North Africa) dans l’édition 2016 de son indice sur le capital humain, récemment publiée.

A l’échelle mondiale, le Maroc se situe à la 98e place sur 130 avec un score de 59,65 points, juste devant le Koweït (60,27) et derrière l’Ouganda (59,28). Soit un recul de trois places par rapport à l’édition 2015, où il avait récolté 59,04 points. Un résultat plutôt faible, renforcé par les mauvais chiffres de la tranche d’âge 25-54 ans où le pays se classe 113e en terme de capital humain, contre 104e pour les 15-24 ans.

Au niveau de l’Afrique du Nord, le royaume est talonné de près par la Tunisie (101/58,24) et devance de loin l’Algérie (117/53,22). Il se trouve en revanche loin derrière l’Egypte (86/63,72). La Mauritanie (130) ferme quant à elle la marche du classement général avec un score de 42,33 points. Elle est précédée par le Yémen (129/42,98) et le Tchad (128/44,23).

Au Moyen Orient, Israël obtient le score le plus élevé (23/78,99), devant le royaume de Bahreïn (46/72,69), le Qatar (66/68,64), les Emirats arabes unis (69/68,25), la Jordanie (81/64,70), l’Iran (85/64,14) et l’Arabie saoudite (87/63,69). Plusieurs pays de la région MENA ne figurent pas dans l’index, comme la Lybie, le Liban et la Syrie, entre autres. De manière globale, les pays du Maghreb ainsi que le Yémen occupent les derniers rangs du classement régional.

Au niveau mondial de nouveau, la Finlande se taille la part du lion (85,86), tandis que la Norvège (84,64) et la Suisse (84,61) se placent respectivement en deuxième et troisième marche sur le podium.

Des différences significatives éclipsées

« Plusieurs questions critiques affectent le groupe d’âge 0-14 ans dans certains pays du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord », déplore notamment le WEF. En cause, l’enseignement secondaire entaché par une trop grande disparité entre les sexes, auquel s’ajoute la « forte incidence » du travail des enfants dans plusieurs de ces pays qui « risque d’avoir un impact durable sur le marché du travail pour les prochaines générations. »

Un marché de l’emploi déjà sévèrement impacté par le chômage, qui « continue à être répandu parmi le groupe d’âge 15-24 ans », dont les taux atteignent leur plus haut niveau en Jordanie (33 %) et en Tunisie (38 %). Le faible taux de participation des femmes à la vie active se fait également sentir auprès des 25-54 ans, se heurtant ainsi à « quelques uns des taux les plus bas de la population active. » Au Maroc et en Egypte, un tiers de la population est économiquement inactive.

Des données qui contrastent avec le constat du WEF : « la région MENA est l’une des plus disparates, couvrant trois groupes de revenus (…). Certains de ses pays se classent au même niveau que ceux de l’Europe de l’Ouest en termes de revenus élevés (l’Arabie saoudite par exemple, ndlr), contre d’autres qui se rapprochent beaucoup plus des pays d’Afrique subsaharienne où la moyenne des revenus est parmi la pire au monde. »

« Si la note globale moyenne de la région, qui plafonne à 61,54 points, masque certaines différences significatives, elle souligne cependant la possibilité pour ces pays d’apprendre les uns des autres », nuance toutefois le WEF, soulignant enfin que les facteurs économiques sont « à eux-seuls une mesure insuffisante pour mesurer la capacité d’un pays à dynamiser son capital humain potentiel. »

Pallier les pénuries de talents et combler les écarts de genre

Autant de capacités à développer l’ensemble des facultés physiques et intellectuelles de la population de 130 pays répertoriés dans l’indice. Ce dernier évalue le niveau d’apprentissage et d’emploi sur une échelle de 0 à 100 à travers cinq groupes d’âge (0-14 ans ; 15-24 ans ; 25-54 ans ; 55-64 ans ; 65 ans et plus) pour dresser des profils démographiques complets.

[Solène Paillard, Journaliste Yabiladi.com]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Croissance économique : Le commerce intra-africain demeure un facteur important

Le Président Abdel Fattah al-Sisi va accueillir plusieurs chefs d’État africains au Forum Africa 2017, …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer