dimanche , 17 décembre 2017
Accueil / Afrique / Paix à Beni : La MONUSCO menacée de plier bagages
Photo des casques blues voleurs
Des militaires de la MONUSCO attrapés en fragrant délit de trafic de tenues des FARDC.

Paix à Beni : La MONUSCO menacée de plier bagages

Dans un tête-à-tête avec le responsable militaire de la Monusco en République démocratique du Congo (RDC) samedi 11 juin 2016 à Beni, les 4 coordinations de la Société civile de Beni-ville, Beni-territoire, Butembo et Lubero au Nord-Kivu (Est de RD Congo) ont indiqué que la force onusienne doit participer effectivement à la pacification de ce territoire. « Dans le cas contraire, la Monusco devra plier bagage pour que la population se prenne en charge », ont-elles menacé..

Le Général Derrick Ngbwegi a répondu aux préoccupations des forces vives exprimées dans la lettre ouverte adressée au Président de la RDC en avril 2016.

Dans une série de questions, la Société civile a voulu savoir par exemple « pourquoi la MONUSCO n’a pas su protéger les civils pendant les massacres », « pourquoi la MONUSCO qui dit accompagner la FARDC ne sait pas identifier l’ennemi », comment comprendre que la MONUSCO ne sait pas remplacer les Indiens, les Népalais et les Bangladais qui ont prouvé leur incapacité dans l’éradication des forces négatives ».

Les forces vives ont voulu aussi comprendre les causes qui poussent la Communauté internationale à ne pas déclarer les massacres de Beni-Lubero comme un acte de génocide.

Cette inquiétude va de paire avec l’insouciance de la même communauté qui ne veut pas faciliter les enquêtes internationales et indépendantes sur les massacres dans la région.

«C’est le peuple qui se libère »

En réponse, le Général Ngbwegi s’est dit incapable de répondre à toutes ces questions séance tenante.  Mais, il a promis revenir devant les Forces Vives après avoir consulté les autres responsables. De surcroît, le Général NGBWEGI a indiqué que le Congo ne sera pas sauvé par les étrangers mais plutôt par les enfants du Congo eux-mêmes.

Il a insisté sur l’exemple de Lumumba qui a libéré la RDC de la colonisation. «C’est le peuple qui se libère », a-t-il insisté.

Il est revenu sur la complicité qui pèse sur certains militaires FARDC accusés dans la distribution des uniformes militaires à l’ennemi. Information nous livrée dimanche par Edgar Mateso, vice-président de la Société civile, coordination de Butembo.

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

RDC : Le Conseil de l’UE reconduit les sanctions contre les proches de « Joseph KABILA »

Pas d’appui au processus électoral sans garantie du respect par Kinshasa de la Constitution et …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer