dimanche , 17 décembre 2017
Accueil / Afrique / Un mercenaire de KATUMBI expulsé de la RDC
Photo de Moise Katumbi, politicien et president de TP Mazembe.
Moise Katumbi Tshapwe lors de son speech le 30 Juin 2011, Lubumbashi, Katanga, RDC.

Un mercenaire de KATUMBI expulsé de la RDC

Quarante-trois jours après sa détention à Kinshasa, l’Américain Darryl Lewis, soupçonné d’être le « cerveau moteur » dans l’affaire des « mercenaires » au service de l’opposant Moïse Katumbi, a été expulsé mercredi 8 juin 2016 du territoire de la République démocratique du Congo (RDC).

L’information a été livrée, le même jour,  par le premier avocat général de la République, Victor Mumba Mukomo, à l’issue d’une réunion du Parquet général avec les représentants diplomatiques américains et les avocats de l’opposant Moïse Katumbi dans la ville de Kinshasa.

L’Américain Darryl Lewis « a été mis à la disposition de Monsieur l’ambassadeur des États-Unis en RDC pour qu’il puisse retourner dans son pays et retrouver sa famille», a-t-il déclaré devant la presse.

« Les Etats-Unis, étant un pays épris de paix et de justice, nous pensons qu’il ne peut pas accepter que ses compatriotes  commettent des actes subversifs (Ndlr sur un territoire étranger)», a-t-il souligné.

« Commission rogatoire internationale »

Pour le premier avocat général, le retour de l’Américain Darryl Lewis aux Etats-Unis « ne signifie pas que le dossier est clos pour autant ».

Ensuite, Victor Mumba a annoncé qu’une « commission rogatoire internationale sera mise en place pour que la vérité soit connue ». Car, « l’enquête va se poursuivre ici et aux Etats-Unis », a-t-il indiqué.

L’ambassadeur américain, James C. Swan, s’est dit « heureux d’apprendre que M. Darryl Lewis sera en mesure de rejoindre sa famille aux États-Unis ». Aussi a-t-il rappelé que l’implication de l’ambassade américaine dans l’affaire de suspicion de recrutement de mercenaires étrangers « a été essentiellement de nature consulaire ».

« Nous remercions le gouvernement congolais d’avoir respecté l’obligation de permettre à notre ambassade de rendre (Ndlr : à Darryl Lewis) des visites consulaires lors de sa détention », a déclaré le diplomate américain.

Le principal avocat du suspect américain,  Me Azarias Ruberwa, a, au nom de toute la défense, pris acte de la décision de la justice congolaise.

« Comme avocat, nous ne pouvons que nous féliciter pour ce résultat parce que cet homme a connu la mort de son grand-frère et sa mère est hospitalisée (Ndlr : à la suite d’un AVC qu’elle a connu à cause de l’arrestation de Lewis) », a-t-il fait savoir.

Darryl Lewis et trois autres Congolais ont été arrêtés à Lubumbashi le 24 avril lors d’un meeting de l’opposant Moïse Katumbi, dispersé à coup de gaz lacrymogènes. Dès le lendemain, ils étaient transférés à Kinshasa.

Les autorités congolaises ont présenté Darryl Lewis comme le cerveau moteur du réseau des présumés mercenaires américains au service de l’ancien gouverneur de l’ex-Katanga, candidat à la présidentielle 2016 de la plate-forme de l’opposition G7. Elles avaient, par la même occasion, ouvert une enquête sur ce dossier pour « tirer les choses au clair ».

Moïse Katumbi avait dénoncé l’ouverture de cette enquête dont il avait qualifié « d’un mensonge grotesque » monté dans l’intention de « nuire en sa personne ».

L’ambassade des Etats-Unis en RDC avait, pour sa part, qualifié l’affaire de « fausses allégations ».

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

RDC : Le Conseil de l’UE reconduit les sanctions contre les proches de « Joseph KABILA »

Pas d’appui au processus électoral sans garantie du respect par Kinshasa de la Constitution et …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer