samedi , 16 décembre 2017
Accueil / Afrique / RDC : Le projet de RÉFÉRENDUM de la MP est une provocation de trop
Photo de Felix, fils d'un politicien congolais.
Felix TSHILOMBO TSHISEKEDI - le secrétaire général chargé des relations extérieures de l'UDPS.

RDC : Le projet de RÉFÉRENDUM de la MP est une provocation de trop

La MP est restée fidèle à son schéma. Elle l’a exécuté pas à pas. Aujourd’hui, elle se lance dans le projet de référendum. Pour Henri Mova, son secrétaire général, tout est mis en place en vue d’atteindre cet objectif. « Il faut savoir lire les signes de temps », a-t-il déclaré, comme pour décourager les plus sceptiques qui ne croiraient pas en la capacité de la MP à imposer cette voie. Il s’est dit en avoir le droit. Car, a-t-il  ajouté, d’autres pays avant la RDC l’ont fait. Il a pris pour référence le Congo-Brazzaville de Sassou Nguesso, le Burundi de Nkurunziza, le Rwanda de Kagame. L’UDPS d’Etienne Tshisekedi n’a pas tardé à recadrer le secrétaire général du PPRD. Sur son compte Twitter, Félix Tshisekedi, le secrétaire général chargé des relations extérieures, n’a pas eu de mots tendres envers Henri Mova. Félix Tshisekedi a prévenu : « Henri Mova joue avec le feu. Il finira par se brûler et brûler toute la case PPRD. Jusqu’où vont-ils refuser d’écouter la voie de la raison? ». « Nous savons depuis quelque temps les manœuvres qu’ils sont en train d’opérer pour arriver à ne pas avoir d’élections dans ce pays. Nous restons vigilants et nous disons qu’il n’en est pas question. Si jamais il n’y a pas élection, la Constitution doit quand même être respectée. Donc, le mandat de M. Kabila doit prendre fin et va s’ouvrir une période de transition que la classe politique va organiser sans Kabila », a fustigé Félix Tshisekedi.

Les dernières déclarations d’Henri Mova ont soulevé un tollé général dans la classe politique. Samedi dernier devant une foule de militants surexcités, le secrétaire général du PPRD s’est lancé dans l’éloge du référendum avant d’ironiser qu’« Il faut savoir lire les signes de temps ». Sans tarder, l’UDPS a répliqué : la Majorité présidentielle, par le biais du PPRD, joue avec le feu.

A plusieurs reprises, Le Potentiel a, dans ses différentes analyses, insisté sur le fait que, dans sa tentative de glissement, la Majorité présidentielle avait plusieurs fers au feu. La dernière sortie médiatique en trombe du secrétaire général du PPRD, premier parti de la MP, en a fourni une preuve de plus.

En réalité, la MP ne s’est jamais départie de son vieux projet de maintenir au pouvoir son autorité morale. Aussi a-t-elle mis en route le glissement du processus électoral. Tenace et hardie, la majorité au pouvoir a tenté le tout pour le tout. Elle n’entend pas lâcher du lest. Après avoir essuyé beaucoup d’échecs sur le terrain, la MP n’a pas reculé, déjouant ou contournant tous les blocages qui se dressaient sur son chemin.

Aujourd’hui, la MP s’estime heureuse d’avoir réussi son coup. Elle est arrivée, au cours de la session parlementaire finissante, à contourner la pression populaire qui avait retardé en janvier 2015 la révision de la loi électorale. Elle est parvenue  à faire adopter par l’Assemblée nationale le projet de loi portant identification et enrôlement des électeurs.

La MP est restée fidèle à son schéma. Elle l’a exécuté pas à pas. Aujourd’hui, elle se lance dans le projet de référendum. Comme toujours, quelqu’un devait se charger de se lancer dans l’arène. Premier parti de la MP, le PPRD a pris le devant. C’est devant des militants réunis au stade Vélodrome de Kintambo à Kinshasa que le PPRD a lancé son ballon d’essai.

Pour Henri Mova, son secrétaire général, tout est mis en place en vue d’atteindre cet objectif. « Il faut savoir lire les signes de temps », a-t-il déclaré, comme pour décourager les plus sceptiques qui ne croiraient pas en la capacité de la MP à imposer cette voie. Il s’est dit en avoir le droit. Car, a-t-il  ajouté, d’autres pays avant la RDC l’ont fait. Il a pris pour référence le Congo-Brazzaville de Sassou Nguesso, le Burundi de Nkurunziza, le Rwanda de Kagame.

A défaut de se limiter au dialogue, le PPRD n’exclut plus l’option d’un référendum pour changer, sans doute la Constitution. « Le peuple congolais est souverain et sa volonté ne souffre d’aucune contestation », a-t-il lancé avant de déclarer qu’un jour le peuple (on ne sait lequel) se soulèvera pour dire ‘’Allons au référendum ! » et on ne parlera plus de dialogue ». Ce jour, pense-t-il, n’est plus loin. « Le peuple rwandais l’a fait, le peuple burundais l’a fait. Vous pensez que nous sommes ici encore pour ne pas le faire », a ironisé Mova.

Une provocation de trop

Dans ces conditions, le décor pour un éventuel affrontement se plante petit à petit et suscite en même temps inquiétude et incertitude.

L’UDPS d’Etienne Tshisekedi n’a pas tardé à recadrer le secrétaire général du PPRD. Sur son compte Twitter, Félix Tshisekedi, le secrétaire général chargé des relations extérieures, n’a pas eu de mots tendres envers Henri Mova. Félix Tshisekedi a prévenu : « Henri Mova joue avec le feu. Il finira par se brûler et brûler toute la case PPRD. Jusqu’où vont-ils refuser d’écouter la voie de la raison? ». Il avait auparavant dénoncé les manœuvres de la MP tendant à prolonger par des voies illégales le bail du président Kabila à la magistrature suprême.

« Nous savons depuis quelque temps les manœuvres qu’ils sont en train d’opérer pour arriver à ne pas avoir d’élections dans ce pays. Nous restons vigilants et nous disons qu’il n’en est pas question. Si jamais il n’y a pas élection, la Constitution doit quand même être respectée. Donc, le mandat de M. Kabila doit prendre fin et va s’ouvrir une période de transition que la classe politique va organiser sans Kabila », a fustigé Félix Tshisekedi.

Même son de cloche à l’UNC où Sam Bokolombe n’a pas caché ses inquiétudes face à la tentative de la MP de tripatouiller la Constitution. « La Constitution en vigueur résulte d’un référendum. A peine âgée de dix ans de pratique, elle n’a pris aucune ride pour aller à la retraite, a réagi le député UNC sur son compte Twitter.

Apparemment embarrassé, le porte-parole du gouvernement s’est efforcé de comprendre, comme bien d’autres, aux déclarations tonitruantes du secrétaire général du PPRD. Toutefois, Mende a évité superbement de contredire Mova. Sur un ton évasif, il s’est limité à reconnaitre le droit du PPRD, en tant parti politique, de faire valoir librement ses opinions, n’excluant aucunement l’idée d’un référendum. « Si le secrétaire général du PPRD en a parlé, c’est tout à fait son droit. Je ne vois pas pourquoi il serait interdit d’organiser un référendum en République démocratique du Congo. M. Mova est libre, tout comme l’Opposition est libre, nous sommes un pays libre, nous sommes en démocratie. Il faut que les gens cessent de croire qu’on peut nous limiter dans notre liberté », a indiqué le porte-parole du gouvernement.

Autrement dit, Henri Mova n’a fait que dire tout haut ce qui se trame déjà au sein de la MP. Les propos sibyllins de Mende en disent tout.

Dans tous les cas, il y aura des étincelles en l’air. Car, l’Opposition, à l’instar de l’UDPS, ne se laissera pas faire. A Bruxelles où elle se retrouve en conclave autour d’Etienne Tshisekedi, une feuille de route opérationnelle devrait être adoptée de commun accord pour contrer toutes les gesticulations de la MP. La bataille promet d’être rude. Dans les deux camps, les états-majors sont état d’alerte maximale.

[lePotentiel]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Palestine : Israël tue sauvagement des enfants, des civils et des femmes

« Le vrai propriétaire de ces terres est la Palestine. M. Trump veut que tout cela …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer