samedi , 16 décembre 2017
Accueil / Afrique / RDC : Matata PONYO nous met dans l’incertitude
Photo d'un sénateur congolais.
Sénateur Jacques Djoli,

RDC : Matata PONYO nous met dans l’incertitude

« Le  Premier ministre Matata Ponyo est au  centre de « toute la tension actuelle » en RD Congo pour avoir opéré un détournement de l’argent qu’il a placé parmi les 185 projets non  budgétisés », a indiqué jeudi 2 juin 2016 le sénateur Jacques Djoli, dans une  intervention à la question  orale avec débat, initiée par son  collègue Mokonda  Bonza.

« Le Premier ministre nous met dans l’incertitude, parce qu’à 6  mois de la fin  du mandat  du Président  de la République, il n’a pas  des moyens financiers pour  organiser les élections, alors qu’il est  nommé Premier ministre depuis 2012 », a-t-il affirmé au cours d’une séance plénière présidée par le speaker de la Chambre haute, Kengo wa Dondo.

« Nous lui avons  donné des ressources de 240 millions USD chaque  année dans le budget pour les élections », a rappelé le sénateur Djoli.

Il a notamment accusé  le  chef  du  gouvernement d’  « être le responsable de toute  les  difficultés, de toute la tension actuelle et  d’éventuel glissement » dans le pays.

« L’argent, il (le Premier ministre) l’a mis ailleurs. C’est un détournement. Donc, il y a un refus manifeste d’organiser les élections pour créer intentionnellement une crise », a précisé l’ancien vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Le Premier ministre, qui est très à l’aise dans la gouvernance économique, est  très surpris par les effets de la situation  économique, a-t-il  expliqué en  substance.

« La situation nous amène dans un  Etat particulier », a confié Jacques Djoli qui s’est même posé la question de savoir comment le  Premier  ministre entend respecter le délai légal du processus électoral qui  lui  demande de donner des moyens à la CENI avant  90 jours pour la tenue des élections.

« Le  Premier ministre doit répondre à tout moment. C’est  un honneur. C’est  une charge publique. Il doit  assumer la responsabilité en  matière politique, économique et  sociale », a-t-il souligné.

D’après le sénateur Djoli, Matata Ponyo se considère, dans un gouvernement de la législature, lui-même comme « le pilier à la fois financier et  économique » face aux défis de la « crise structurelle » d’une économie de vulnérabilité.

« Nous étions dans une économie  extravertie à cause de la fragilité d’une croissance virtuelle et fausse, basée sur l’exploitation des matières  premières », a-t-il soutenu à la prestigieuse tribune du Sénat.

Jacques Djoli est convaincu que le Premier ministre a « une approche purement comptable : ce sont les outils monétaires et budgétaires qu’il  utilise ».

« C’est  une fausse  vulnérabilité. C’est l’indiscipline en matière financière avec les dépassements budgétaires de 400%. Où est  votre orthodoxie, Monsieur le Premier ministre », a interrogé ce brillant avocat du droit public congolais.

L’ancien vice président de la  CENI a dénoncé le comportement politique du Premier ministre Matata qui  « gère  le gouvernement comme une boutique ».

« Le Premier ministre gère-t-il ? Ou c’est  le gouvernement parallèle qui  gère ? », a interrogé Jacques Djoli, également professeur  ordinaire à la Faculté  de droit de l’Université de Kinshasa.

Le sénateur a également  insisté sur la sanction  que le Premier ministre a prise contre l’ancien directeur général révoqué de la GECAMINES.

Il a par ailleurs appelé le chef du gouvernement à pouvoir sauver la  BIAC, pour qu’elle cesse de faire l’objet d’un « problème des règlements de compte » et  d’éviter que la compagnie de transport aérien Congo Airways soit un starstime initié avec les 10 millions  USD pris à l’ex-ONATRA ».

L’hostilité de Matata aux missions d’enquête dénoncée par Patrick Sessanga

Dans  une intervention remarquable au débat  parlementaire, le sénateur Patrick Sessanga a dénoncé, en des termes sévères,  l’hostilité du Premier ministre Matata Ponyo aux missions d’enquête autorisées par  la Chambre haute.

« Vous  êtes hostile aux contrôles et aux  enquêtes. La mission  d’enquête sur les comptes ouverts par le gouvernement, en violation des lois, n’a  pas  abouti. Vous avez  interdit aux agents des banques (commerciales) de mettre les documents à la disposition de la mission », a-t-il expliqué devant les sénateurs.

« La loi ne permet  pas  au gouvernement d’ouvrir les comptes dans  les banques  privées (commerciales) » a rappelé le sénateur Sessanga, en  présence  du Premier ministre dans l’hémicycle.

Il s’est  posé  la  question de savoir pourquoi  le Premier ministre sollicite l’accompagnement  du  Sénat, sans comprendre sa crainte au  sujet de la mission d’enquête dépêchée pour auditer les comptes ouverts à ce sujet.

Le gouvernement n’a  pas une politique  salariale « pour rassurer la vie et l’avenir de ceux qui  travaillent dans  la  police, l’armée, l’enseignement et  le secteur médical », a-t-il martelé.

Patrick Sessanga a notamment demandé  au  Premier ministre de situer le niveau de la  pression  fiscale, après le colloque sur le coulage des recettes organisé par  le  gouvernement et de donner, en termes chiffrés, « le potentiel fiscal de notre pays en 2015 ».

Le sénateur s’est encore demandé pourquoi le Premier ministre Matata n’a pas donné l’argent à la CENI pour organiser les élections.

Le sénateur Léopold Ndolela a évoqué, quant  à lui, le problème de la dette intérieure à l’échelle national.

Il a demandé au Premier ministre de fixer la Chambre haute sur la  politique du gouvernement en  matière de la dette intérieure, qui « subit la réduction drastique ».

De son côté, la sénatrice Bernadette Nkoyi Mafuta a mis un accent particulier sur la  problématique de la salubrité dans  la ville de  Kinshasa, qui  bénéficie d’une enveloppe globale de 1,4 million USD pour les  24 communes.

« Pourquoi vous ne faites pas confiance au gouverneur de la ville de Kinshasa pour appuyer la salubrité dans la capitale congolaise ? », a interrogé Bernadette  Nkoyi, gouverneur intérimaire de cette juridiction administrative, après  la chute du régime dirigé par  le Maréchal Mobutu.

[JFK]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Palestine : Israël tue sauvagement des enfants, des civils et des femmes

« Le vrai propriétaire de ces terres est la Palestine. M. Trump veut que tout cela …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer