samedi , 16 décembre 2017
Accueil / Afrique / RDC : L’Angola exploite le plateau continental depuis 1980, en violation du droit sur la mer
Photo d'un sénateur congolais.
Raphaël Siluvangi - Sénateur congolais

RDC : L’Angola exploite le plateau continental depuis 1980, en violation du droit sur la mer

« La République d’Angola exploite notre plateau continental depuis 1980, en violation du droit sur la mer », a révélé jeudi le sénateur Raphaël Siluvangi, en rapport avec la question orale avec débat adressée au Premier ministre Matata Ponyo.

« Le plateau continental est le maillon important pour la RD Congo et pour notre destin national », a soutenu l’intervenant qui a demandé au chef du gouvernement de dresser l’état de la situation sur ce plateau.

La zone d’intérêt commun (ZIC), signée le 31 juillet 2001 « est destinée à détourner notre attention sur le plateau continental », a confié le sénateur Siluvangi.

Il s’est posé la question de savoir si le montant de 500 millions USD réclamé par la RD Congo a déjà été payé.

Il a plaidé pour une solution envisagée, afin de soulager les agents de la Cimenterie nationale, exposés aux difficultés de tout genre dans la vie professionnelle.

Raphaël Siluvangi a également appelé le Premier ministre à mettre fin au dédoublement des partis politiques sur la scène nationale, avant de solliciter l’appui du gouvernement en faveur de l’Eglise Kimbanguiste qui est en train de construire un aéroport à Nkamba dans la province du Kongo Central.

Des mesures incitatives pour les opérateurs économiques en RDC

Le sénateur Thomas Betyna a demandé jeudi 2 juin 2016 au Premier ministre de prendre « des mesures incitatives » pour bien propulser la gestion des affaires par les opérateurs économiques congolaise, dans le cadre de la question orale avec débat adressée au Premier ministre Matata Ponyo.

« Le gouvernement va prendre des mesures incitatives des opérateurs économiques nationaux, pour qu’ils s’engagent à devenir des milliardaires des affaires et non du budget de l’Etat », a soutenu Thomas Betyna.

Il a également demandé au Premier ministre de « prendre des dispositions utiles pour rendre opérationnelles les mutuelles de santé».

Thomas Betyna a rappelé la crédibilité de la carte d’ayant droit dont disposait le fonctionnaire de l’Etat à l’époque pour pouvoir bénéficier des soins médicaux à travers les grandes formations médicales publiques.

« Le budget, c’est l’expression chiffrée de la politique du gouvernement », a renchéri le sénateur qui a réitéré sa demande de voir le Premier ministre et toute son équipe gouvernementale présenter et défendre la loi des finances au Sénat comme il le fait à la Chambre basse du Parlement.

« Le peuple congolais vit dans la micro-économie, où il est question des ménages, de la création des emplois », a précisé le sénateur Betyna.

Dans cette perspective, il a soutenu que « le cadre macroéconomique se marie aussi avec la microéconomie ».

« Nous sommes en train de nous demander, si la compagnie Congo Airways est nationale, puisqu’elle dessert seulement l’Est du pays. La compagnie devrait desservir l’ensemble du pays », a fait savoir le sénateur Betyna, qui a également déploré un respect de règlements en matière de circulation routière dans le pays.

Le sénateur Léon Engulu a lancé un appel pathétique au gouvernement central de consolider le programme de modernisation des voies routières par adjudication et d’assurer l’entretien des routes par voies manuelles.

Il a plaidé pour le cantonnage manuel en vue d’entretenir des routes au niveau des territoires, avant de demander au gouvernement d’engager à ce sujet 600 mille cantonniers.

Le sénateur Engulu a également reproché au Premier ministre Matata Ponyo d’avoir payé la dette intérieure de « façon sélective ».

Mpambia note « une inadéquation entre les performances économiques et la dégradation sociale »

Le sénateur Joseph Mpambia a dénoncé dans une intervention au débat parlementaire, ce qu’il considère comme une « inadéquation entre les performances économiques (vantées par le gouvernement Matata) et la dégradation sociale que vit le peuple congolais ».

Les sénateurs attendent de recevoir des éclaircissements sur ces performances économiques  face aux réalités sur le terrain, a-t-il relevé.

Joseph Mpambia a précisé que cette inadéquation pose de sérieux problèmes avec la gestion des routes locales que l’on doit ramener au niveau régional.

De son côté, le sénateur Moïse Nyarugabo s’est posé la question de savoir « pourquoi nos routes ne durent pas longtemps, parce que la terre de Kinshasa n’est pas bonne et de quoi se nourrit notre croissance économique, lorsque le coût des matières premières baisse; sinon on risque de croire que tout va bien », a-t-il laissé entendre.

« La bonne gestion, c’est de savoir encaisser », a recommandé le sénateur Nyarugabo qui a interpellé le Premier ministre au sujet des bruits répandus sur la stabilité de son fameux cadre macroéconomique.

« Le Premier ministre, le Président de la République, le Président de l’Assemblée nationale et le Président du Sénat, vous devez incarner la sérénité, parce que vous avez la décision de gérer », a conclu Moïse Nyarugabo.

Le sénateur Masini a recommandé au chef du gouvernement de recourir à l’expertise des agronomes congolais et  de prendre à cœur les expériences scientifiques de l’INERA de Yangambi dans le cadre du projet du parc agroindustriel de Bukangalonzo, dans la nouvelle province du Kwango.

Il ne s’explique pas pourquoi le maïs de Bukangalonzo coûte cher.

Le sénateur Romain Nimy a appelé le Premier ministre à « un peu plus de modestie pour le peuple congolais » dans sa brève intervention à la prestigieuse tribune de la Chambre haute.

Il s’est inscrit en faux pour voir la gestion du gouvernement dit des surdoués.

« La croissance économique doit s’apprécier par rapport à notre PIB », a précisé Romain Nimy.

« Cette façon d’aligner les chiffres de la croissance est une insulte pour notre peuple », a-t-il fait observer.

« Je suis venu pour appeler le gouvernement à un exercice de modestie », a-t-il souligné.

[avec Jay Faustin Kumwaf]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Palestine : Israël tue sauvagement des enfants, des civils et des femmes

« Le vrai propriétaire de ces terres est la Palestine. M. Trump veut que tout cela …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer