dimanche , 17 décembre 2017
Accueil / Afrique / RDC : Etienne TSHISEKEDI, le rassembleur ?
Une table réservée à politicien lors de la Conférence de Bruxelles en Juin 2016.
Table réservée à Etienne Tshisekedi, lors de la Conférence des forces politiques et sociales acquises au changement à Genval, Belgique.

RDC : Etienne TSHISEKEDI, le rassembleur ?

En réussissant à faire venir à Bruxelles les ténors de l’Opposition congolaise, Etienne Tshisekedi a gagné le premier round de son coup. Mais, il gagnerait davantage à faisant réellement fédérer l’Opposition autour d’un même idéal. Ce qui, à première vue, n’est pas acquis à l’avance.

Principal initiateur de la rencontre de l’Opposition à Bruxelles, dite Conférence des forces politiques et sociales acquises au changement, Etienne Tshisekedi, président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), joue au rassembleur. Selon lui, la conférence de Bruxelles est cruciale dans la consolidation de la démocratie congolaise. Il s’agit, pense-t-il, d’« épargner au pays un chaos généralisé »

C’est entre les villes de Bruxelles et Namur à l’hôtel Château du Lac, à Genval, que se sont donné rendez-vous les principaux leaders de l’Opposition congolaise. Chacun en ce le qui le concerne a fait le déplacement de Belgique pour répondre à l’appel à l’unité de l’opposant historique, Etienne Tshisekedi.

Dans son discours inaugural, Etienne Tshisekedi en a cerné l’objectif d’une conférence qu’il qualifie de « tous les espoirs ». Il s’agit, pense-t-il, « d’arrêter ensemble des stratégies pour mettre fin à cette crise et épargner au pays un chaos généralisé ». La charpente de cette conférence de Bruxelles va, selon Tshisekedi, s’articuler autour de trois points : « sceller l’unité des forces politiques et sociales acquises au changement autour des objectifs communs ; convenir d’aller au dialogue politique sous la modération du facilitateur international renforcé par un appel des représentants des organisations suivantes : les Nations unies, l’Union européenne, l’Organisation internationale de la Francophonie et les Etats-Unis d’Amérique, en vue d’assurer la garantie de bonne fin des résolutions du dialogue politique ; veiller à la bonne mise en application de la Résolution 2277 par toutes les parties concernées ».

Le mandat expire le 19 décembre

Pendant ce temps, à Kinshasa, la conférence de Bruxelles est commentée dans tous les sens. La Majorité présidentielle qui l’observe au loin tente d’en pénétrer l’énigme. Pour l’instant, en Belgique, au cœur de l’Europe, rien n’a encore été décidé. On en est encore aux tractations élémentaires, rapportent des sources concordantes. Hier mercredi, c’est en début de soirée, autour de 17 heures (heure de Bruxelles) que les parties au conclave ont enfin gagné la salle de réunion.

Autour de la table, on a reconnu la présence des têtes couronnées de l’Opposition. Tout le monde a répondu à l’appel d’Etienne Tshisekedi.

Que sortira-t-il de cette réunion ? La question est sur toutes les lèvres, autant à Kinshasa qu’à Bruxelles. Et Tshisekedi y a apporté quelques éléments de réponse.

« Le peuple attend de nous et nous n’avons pas droit à l’erreur des réponses claires à ses revendications de respect de la Constitution de la République et de l’alternance démocratique », a-t-il déclaré dans son discours inaugural. Il croit fermement que « cette conférence doit offrir des perspectives nouvelles et un nouvel espoir au peuple congolais ».

De l’avis de Tshisekedi, la conférence de Bruxelles est aussi une manière de consolider les fondations de la démocratie congolaise. C’est notamment lorsqu’il rappelle que « le régime républicain que notre peuple a choisi comme système de gouvernement est conventionnel, ce qui implique le respect des principes et règles convenus ». Restant intransigeant, Ya Tshitshi a encore martelé : « Nous disons encore une fois, si les élections présidentielle et législatives ne sont pas organisées dans les délais, Monsieur Kabila quitte le pouvoir ».

Comme à la table ronde de Bruxelles, il y a 56 ans « où les nationalistes congolais ont su taire leurs divergences », Etienne Tshisekedi a appelé à « un sursaut patriotique », loin de « toute étroitesse d’esprit et tout égoïsme pour ne privilégier que l’intérêt du Congo ». « Le moment est encore venu, a-t-il renchéri, où chacune et chacun de nous doit s’élever et ne voir que le Congo et le peuple qui souffre ».

Dans les chancelleries étrangères, on suit de près ce qui se discute à Bruxelles. La Majorité ne semble pas trop s’agiter. Elle est dans l’expectative – en attendant que Bruxelles livre ses secrets.

Le rassembleur

En réussissant à faire venir à Bruxelles les ténors de l’Opposition congolaise, Etienne Tshisekedi a gagné le premier round de son coup. Mais, il gagnerait davantage à faisant réellement fédérer l’Opposition autour d’un même idéal. Ce qui, à première vue, n’est pas acquis à l’avance. Les trois jours de discussions de Bruxelles sont déterminants.

Par-delà toutes les divergences de l’Opposition dans sa forme plurielle, Etienne Tshisekedi reste la clé de cette rencontre. De son attitude dépendra donc tout le reste.

A Bruxelles, tout le monde espère le voir prendre véritablement la mesure des enjeux. Car, il s’agit au bout du parcours de parvenir à l’alternance démocratique au sommet de l’Etat. Le peuple, qui a des yeux rivés sur Bruxelles, entend voir les uns et les autres, transcender leurs clivages idéologiques en mettant en avant le seul intérêt du peuple. Or, les profondes aspirations du peuple sont celles d’asseoir une vraie démocratie en RDC et d’aller aux urnes dans le strict respect des limites constitutionnelles.

Autant dire qu’à Bruxelles, tout est possible. Pourvu que Tshisekedi et les autres se démarquent sensiblement de leurs clivages internes en n’ayant pour seuil leitmotiv que le seul intérêt du peuple congolais meurtri.

Du côté de Tshisekedi, il y a déjà des signaux qui rassurent. Dans son discours inaugural, Etienne Tshisekedi est paru très conciliant. L’homme a évolué, autant dans ses méthodes que dans ses déclarations. Aussi a-t-il invité les conférenciers de Bruxelles à « un esprit d’amour, d’humilité, de fraternité et de tolérance en vue de la réussite de ces assises ».

Ci-dessous, le discours inaugural d’Etienne Tshisekedi à la conférence de Bruxelles

Mes chers Compatriotes,

Chers Délégués des Forces politiques et sociales acquises au changement

Distingués Invités.

Chers frères et sœurs.

Au moment où s’ouvre cette conférence des Forces politiques et sociales de la RDC, Nous tenons d’abord à vous saluer chaleureusement et à vous remercier d’avoir répondu à notre invitation.

Nous profitons de cet instant pour vous demander de vous lever et d’observer une minute de silence en mémoire de nos nombreux compatriotes victimes d’assassinats et autres crimes odieux, notamment dans la région de Beni, Lubero, Butembo et d’autre contrées de l’Est du pays.

Nous remercions.

En pensant et en organisant ces assisses, nous tenons à ce que les Forces politiques et sociales au changement se retrouvent avec nous ici à Bruxelles/Genval pour discuter et échanger entre patriotes congolais sur la crise politique grave qui paralyse notre pays et ainsi proposer les solutions pour conjurer le chaos qui se profile à l’horizon.

Comme vous le savez, notre longue lutte a toujours visé l’instauration d’un état de droit démocratique dans lequel notre peuple exerce sa souveraineté, et par là, la justice et la bonne gouvernance qui induisent le progrès social et le bien-être de tous les Congolais. Et, c’est dans ce noble dessein que nous avons été à la Conférence Nationale Souveraine et au Dialogue inter congolais à Sun City en Afrique du Sud où nous avions ensemble signé un Pacte républicain qui a été traduit et confirmé dans la Constitution.

La violation de ce pacte républicain par le pouvoir illégitime en place nous a amené au non-respect de la Constitution, aux coups de force sanglants perpétrés pour faire obstruction au verdict des urnes, aux violations massives des droits humains et entraîner notre peuple dans des souffrances et une misère indescriptibles.

Trop de larme ! Trop de morts ! Trop de destructions ! Tout un peuple désespéré. Il faut absolument arrêter la descente aux enfers.

Chers Compatriotes,

Chers délégués des forces politiques et sociales acquises au changement

Chers frères et sœurs

L’objectif poursuivi par la tenue de cette conférence de tous les espoirs est d’arrêter ensemble les stratégies pour mettre fin à cette crise et épargner au pays un chaos généralisé.

Le peuple attend de bous et nous n’avons pas droit à l’erreur des réponses claires à ses revendications de respect de la Constitution de la République et de l’alternance démocratique.

Cette conférence doit offrir des perspectives nouvelles et un nouvel espoir au peuple congolais. Et dans un sursaut patriotique comme il y a 56 ans à Bruxelles où les nationalistes congolais venus à la table ronde ont su faire taire leurs divergences, toute étroitesse d’esprit et tout égoïsme pour ne privilégier que l’intérêt du Congo.

Cher Compatriotes,

Cher Délégués des Forces politiques et sociales acquises au changement

Cher frère et sœurs,

Il nous souviendra qu’en date du 13 septembre 2015, dans un message adressé à notre peuple,  nous avions lancé un appel aux Forces politiques et sociales acquises au changement à s’unir à l’UDPS pour nous permettre d’obtenir un dialogue politique conforme à l’Accord-cadre d’Addis-Abeba et les résolutions subséquentes en vue de promouvoir ensemble un processus électoral consensuel dans le respect de notre Constitution et les délais qu’elle fixe ; mais aussi le transfert du pouvoir dans le respect de l’expression populaire.

Nous restons convaincus que le dialogue, valeur fondamentale en démocratie et composante de l’ADN de notre peuple, demeure, comme nous n’avons cessé de le dire, la voie indiquée pour nous sortir de la crise. Et en toute logique, nous ne pouvons donc pas nous en départir.

Concrètement, au cours de ces travaux, cette Conférence doit :

1. Sceller l’unité des Forces politiques et sociales acquises au changement autour des objectifs communs ;

2. Convenir d’aller au dialogue politique sous la modération du facilitateur international renforcé par un panel des représentants des organisations suivantes : les Nations unies, l’Union européenne, l’Organisation internationale de la Francophonie et les Etats-Unis d’Amérique, en vue d’assurer la garantie de bonne fin des résolutions du dialogue politique ;

3. Veiller à la bonne mise en application de la Résolution 2277 par toutes les parties concernées.

Chers Compatriotes,

Chers Délégué des Forces politiques et sociales acquise au changement,

Chers frères et sœurs,

Le régime républicain que notre peuple a choisi comme système de gouvernement est conventionnel, ce qui implique le respect des principes et règles convenus, ainsi que nous disons encore une fois si les élections présidentielle et législatives ne sont pas organisées, dans le délai, Monsieur Kabila quitte le pouvoir.

Chers Délégués des Forces politique et sociales acquises au changement,

Chers frères et sœurs,

Le moment est encore venu où chacune et chacun de nous doit s’élever et ne voir que le Congo et le peuple qui souffre.

Prenons ensemble l’engagement solennel de les servir et de répondre ainsi à leurs attentes. Nous avons l’ultime devoir de faire renaître les espoirs déçus de nos populations.

De la sorte, nous recommandons un esprit d’amour, d’humilité, de fraternité et de tolérance en vue de la réussite de ces assisses. Nous profitons de l’occasion pour remercier aussi l’hospitalité qui nous est offerte par le peuple et les autorités de ce pays ami qu’est le Royaume de Belgique.

Nous déclarons ouverte la Conférence des Forces politiques et sociales acquises au changement et nous nous souhaitons plein succès.

Que Dieu bénisse le Congo et son Peuple.

Fait à Genval, le 8 juin 2016

Etienne TSHISEKEDI wa MULUMBA

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

RDC : Le Conseil de l’UE reconduit les sanctions contre les proches de « Joseph KABILA »

Pas d’appui au processus électoral sans garantie du respect par Kinshasa de la Constitution et …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer