samedi , 16 décembre 2017
Accueil / Afrique / La RDC et le dédoublement des partis politiques
Photo des partisans du parti politique congolais MSR.
Lest Combattants du parti politique MSR.

La RDC et le dédoublement des partis politiques

Comme du temps de l’ex-président  Joseph-Désiré Mobutu, la question du dédoublement des partis politiques a reffai surface divisé les sénateurs congolais  au cours de leur séance plénière du mardi 31 mai.

Lors de cette séance, certains sénateurs ont soutenu que le gouvernement entretenait un flou sur cette question en faveur de certains partis politiques. Ce qui, selon eux, est préjudiciable à l’exercice démocratique en RDC.

Pour d’autres,  cette question est liée à des conflits au sein des partis politiques, où elle devrait être réglée par les leaders.

Le sénateur Ngongo Luhoho se demande si le pouvoir laisserait se créer un autre parti portant le nom de PPRD, le parti présidentiel.

« Si jamais quelqu’un se présentait pour dire que je crée le PPRD original, je ne sais pas si on le laisserait fonctionner pendant une minute », a-t-il indiqué.

Pour ce sénateur, les personnes qui créent des partis portant les noms des partis qui existent déjà devraient simplement créer de nouvelles formations politiques.

« Ces gens qui veulent avoir le même nom, peuvent créer un autre parti qui sera connu, grand et important », conseille Ngongo Luhoho.

D’autres sénateurs pensent que cette question révèle des conflits au sein des partis politiques. Pour eux, le ministre de l’Intérieur, qui donne agrémznr aux partis politiques,  ne doit pas être mis en cause dans le dédoublement des partis.

D’autres encore estiment que ce problème est administratif et ne peut être tranché que par la Cour constitutionnelle.

« Lorsque les membres d’un parti politique ne sont pas contents, ils sortent de ce parti pour en créer un autre. Ils ne peuvent pas chasser les autres pour s’approprier le parti ! Cela trouble l’existence pour la conquête du pouvoir », explique le sénateur Sébastien Adambu.

Le Sénat a décidé de mettre en place une commission ad hoc pour proposer des recommandations au sujet de cette question de dédoublement des partis politiques.

Certains acteurs politiques accusent le ministre de l’Intérieur d’agréer de nouveaux partis politiques portant les noms des formations politiques existantes. Le ministre Boshab a été interpellé au Sénat pour s’expliquer. Il a affirmé n’avoir signé aucun arrêté dédoublant de partis politiques.

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Palestine : Israël tue sauvagement des enfants, des civils et des femmes

« Le vrai propriétaire de ces terres est la Palestine. M. Trump veut que tout cela …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer