dimanche , 17 décembre 2017
Accueil / Afrique / RDC : KALOMBO cherche à se débarrasser de KATUMBI ?
Photo de Francis Kalombo
Francis Kalombo

RDC : KALOMBO cherche à se débarrasser de KATUMBI ?

Sous prétexte de prendre congé d’un organe du PPRD en évitant d’en démissionner au risque de perdre son siège de Député et les avantages y afférant, et au regard des déboires judiciaires personnels de son mentor, Moïse Katumbi, qui risquent de compromettre son propre avenir politique surtout que lui-même n’a aucune assise sociologique à l’ex-Katanga, l’élu de la Funa vient d’amorcer son éloignement de l’ancien Gouverneur du Katanga. Objectif : rebondir à Kinshasa sur le parti auquel il avait déjà tourné le dos. Sur l’avenue Batetela, cependant, personne n’est disposé à lui déployer un tel tremplin. Le choc sur le tarmac s’annonce donc fracassant…

Cela faisait plus d’une année que Francis Kalombo ne fréquentait plus le siège du Parti Pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD). Plus d’une année qu’on ne le voyait plus aussi au siège national du parti où se réunit le Comité Exécutif national dont il est censé être encore membre aujourd’hui.

Hier mardi 24 mai 2016, l’élu de la Funa sur la liste du PPRD s’est fendu d’une déclaration dans les médias et les réseaux sociaux pour annoncer sa décision de prendre congé du Comité Exécutif National du PPRD qui est l’organe de gestion quotidienne de ce parti, conformément aux orientations du Directoire Politique Nationale et de l’Initiateur du parti.

Justifiant sa position, Kalombo a expliqué que cet organe, l’Exécutif National, ne lui offrait plus un cadre lui permettant d’évoluer au sein du parti. En remontant le temps, cependant, on ne se souvient pas d’un conflit particulier qui aurait opposé Kalombo à cet organe de son parti, surtout qu’à la faveur du dernier congrès extraordinaire du PPRD, il a été opéré un renouvellement des animateurs, ce qui était censé le mettre à l’aise par rapport aux précédents. L’on retient, par contre, que c’est Francis Kalombo qui avait décidé personnellement de prendre ses distances avec le parti en se mettant en contradiction avec celui-ci par rapport à l’actualité politique nationale. La pratique politique veut, en effet, que lorsqu’on ne partage plus la même vision que son parti, vision qui est insufflée, non pas par l’organe de gestion du parti mais plutôt par son comité d’orientation, l’on tire ses conclusions pour s’en aller.

Comment Kalombo cherche à se débarrasser de Katumbi

Aujourd’hui donc, comme un écolier buissonnier, Francis Kalombo revient dans la cour de récréation pour porter des récriminations sur la gestion d’une école qu’il avait fuie de lui-même. Pour ce qui le connaissent, cependant, Francis Kalombo joue là un jeu politique dont le double objectif est, d’une part, de se relancer sur l’échiquier politique national après avoir été avalé aussi bien par le mentor qu’il a choisi, Moïse Katumbi, que par la cohorte des figures politiques dont ce dernier a décidé de s’entourer, notamment les sociétaires du G7 et les nouveaux troubadours de l’AR, tous partis, comme lui, de Kinshasa pour aller investir Lubumbashi. D’autre part, en bon roublard, Francis Kalombo a senti le vent tourner avec l’affaire judiciaire personnelle de Moïse Katumbi qui le met en difficulté et qui risque de compromettre l’avenir politique immédiat de tous ceux qui l’entourent à ce jour. Sans froid ni vergogne, et en un mot comme en mille, Francis Kalombo est en train de s’aménager une voie pour se débarrasser politiquement d’un mentor qui devient encombrant et embarrassant pour sa carrière. Kalombo sait aussi lire dans les lignes et comprendre qu’il n’a aucun avenir politique à Lubumbashi sans Moïse Katumbi, mais plutôt à Kinshasa où il peut se consoler d’une certaine assise sociologique qu’il a longtemps négligée au profit des prébendes qu’il engrangeait dans la capitale cuprifère.

Au demeurant, Francis Kalombo n’est pas seul dans ce genre de calcul. Même les sociétaires du G7 ont senti le vent tourner et sont en train de rejoindre le camp du dialogue sur la pointe des pieds…

Ainsi, pour se frayer une place au soleil, Kalombo cherche à rebondir sur le PPRD, mais il s’y prend si mal que le choc risque de lui être fatal. D’un côté, en effet, il a choisi délibérément de tronquer la dénomination du parti en confondant le « D » comme Démocratie avec Développement. En juriste qu’il est, il est censé savoir qu’en fait, il s’est trompé de destinataire et que l’avenue Batetela à Gombe où il a déposé sa missive n’est pas la bonne adresse. En réalité, Kalombo ne s’est pas trompé en jouant à ce manège, puisque son autre objectif est de préserver les avantages que lui procure son appartenance au PPRD sur le compte duquel il a été élu. Le Règlement Intérieur de l’Assemblée Nationale prévoit, en effet, que tout Député élu sur une liste d’un parti politique et qui en démissionne perd automatiquement son siège.

Francis Kalombo : l’homme et ses frasques

Kalombo l’a compris et a voulu simplement prendre congé d’un organe du parti et non du parti dont il a, par ailleurs, tronqué l’identité pour se couvrir auprès de l’Assemblée Nationale et ainsi continuer à casser le sucre sur son dos (celui du PPRD).

Sur l’avenue Batetela, selon nos sources, Francis ne s’est rappelé à la mémoire de personne. Personne ici, en effet, n’est disposé à lui servir de béquille ou de tremplin pour ses nouvelles ambitions. Au contraire, cette nouvelle manœuvre de sa part, rappelle ses antécédents faits de cafouillages qui failli ternir l’image du parti. L’on rappelle, par exemple, l’épisode où lui et Gérard Mulumba, dit Gecoco – alors député Provincial PPRD à Kinshasa – avaient mené une opération d’extorsion d’argent auprès des libanais et autres indo-pakistanais. Si ce dernier, toute honte bue, avait préféré quitter le parti, Kalombo, lui, avait écopé d’une suspension de toute activité au sein du parti jusqu’à la clarification de sa situation disciplinaire.

L’on rappelle aussi l’affaire de ses études à l’UPN où ils fut proclamé en rafale gradué puis licencié au grand dam des différents jury dont certains membres avaient refusé de signer les procès-verbaux de ses défenses de travail de fin de cycle et de mémoire. Plus loin encore, Francis Kalombo sera pris dans une affaire de fraude dans l’ordre des avocats après avoir été recalé au barreau de Kinshasa/Gombe pour aller se retrouver à celui de Kinshasa/Matete.

[Pascal Debré Mpoko]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

RDC : Le Conseil de l’UE reconduit les sanctions contre les proches de « Joseph KABILA »

Pas d’appui au processus électoral sans garantie du respect par Kinshasa de la Constitution et …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer