dimanche , 17 décembre 2017
Accueil / Société / Armée et Police / Tueries de Beni : Général MUNDOS mis en cause
Muhindo AKILI MUNDOSI alias MUNODS - le boucher de Beni.
Gen. Muhindo AKILI MUNDOSI alias MUNDOS

Tueries de Beni : Général MUNDOS mis en cause

Le General de Brigade Muhindo Akili Mundos, tres proche du President Joseph Kabila dont il a été chef de la garde rapprochée, et de Mme Olive Lembe, a recruté, armé, fourni munitions et tenues des FARDC aux rebelles Ougandais pour les massacres des civils qui nous font tant de peine ! C’est un rapport du Groupe d’Experts de l’ONU fuité dans les médias qui révèle cette grave information ! Ou plutot qui vient la confirmer, car pendant longtemps, avec la Societe civile du Nord-Kivu nous n’avons cessé de dénoncer les actions de ce General, également impliqué dans l’assassinat de notre héros Mamadou Ndala, dans le traffic des ressources naturelles et dans bien d’autres affaires. Après moult pressions, le President Kabila l’avait simplement muté de Beni où il avait succédé Mamadou Ndala au commandement de l’opération Sukola1, pour le placer juste à côté en Ituri…

Un rapport remis au Conseil de sécurité de l’ONU a mis en cause le général de l’armée de la République démocratique du Congo (RDC) pour la tuerie de civils.

D’apres ce rapport dont l’agence Reuters a obtenu une copie, le General Mundos a recruté, financé et armé des membres du groupe islamiste ougandais dans le but de tuer des civils. Cela alors qu’il dirigeait une opération militaire contre ces rebelles, conclut le rapport confidentiel remis au Conseil de sécurité de l’ONU.

Pour ce comité d’experts chargé de l’examen des sanctions visant la RDC, « il est clair que des officiers des FARDC (les forces armées de la République démocratique du Congo) ont été impliqués dans le recrutement et l’armement de groupes impliqués dans les tueries (de civils) ».

Plus de 500 personnes ont perdu la vie dans des violences dans l’est de la RDC depuis octobre 2014, selon des organisations de défense des droits humains. Le gouvernement de RDC attribue la responsabilité de ces violences aux Forces démocratiques alliées (ADF), un groupe de rebelles islamistes ougandais.

Groupe financé et armé

Le général de brigade Muhindo Akili Mundos était en charge entre août 2014 et juin 2015 de l’opération Sukola (« nettoyage » en lingala), une offensive contre les ADF.

Le groupe d’Experts de l’ONU « a connaissance de huit individus qui ont été approchés en 2014 par le général Mundos pour participer aux tueries », écrivent les experts de l’ONU dans le rapport que s’est procuré Reuters.

Trois membres des ADF-Mwalika, un groupe dissident des ADF, ont déclaré aux experts qu’avant le début des tueries, Mundos avait convaincu certains membres du groupe d’intégrer de nouvelles recrues.

« Selon eux, le général Mundos a financé ce groupe et lui a fourni des armes, des munitions et des uniformes des FARDC ». « Même s’il n’est pas clairement établi qu’ils connaissaient l’objectif initial, ces trois éléments des ADF-Mwalika ont bien reçu l’ordre de tuer des civils », ajoute-t-il.

L’intéressé dément

Interrogé, Muhindo Akili Mundos a rejeté samedi les accusations portées contre lui et déclaré que les tueries s’étaient poursuivies après son départ de la direction de l’opération.

Le rapport de l’ONU met aussi en cause des liens entre d’autres officiers de l’armée de RDC et les ADF. L’armée et le gouvernement de RDC n’ont pas répondu dans l’immédiat à des demandes de commentaires samedi.

Les experts de l’ONU écrivent que si le nombre de morts a diminué depuis que le général Mundos a quitté la direction de l’opération Sukola en juin 2015, « les meurtres de civils par des éléments armés ont continué jusqu’à la fin 2015 et début 2016 ».

Le nom du même Général était cité parmis les suspects dans le dossier de l’assassinat du feu Colonel Mamadou Ndala Moustapha, un officier des FARDC qui a combattu les M23/RDF et qui a été assassiné dans une embuscade pendant qu’il était en mission pour combattre les ADF dans la même zone militaire.

—-

Ceci est extremement grave. Le General Mundos et ces autres officiers épingles par le Groupe d’Experts sont sous les ordres de qui ? À quelle fin ont ils fait massacrer les civils qu’ils prétendent protéger ? Qu’est-ce qui nous dit aujourd’hui que l’opération Usalama que les FARDC et la Monusco viennent de lancer sans un nettoyage préalable du commandement des FARDC dans la région n’est pas une nouvelle mascarade ?

Pour nous c’est clair : le President Joseph Kabila en tant que « Commandant suprême des Forces armées » porte une responsabilité personnelle dans tout ça. Il ne peut pas ne pas avoir su que les officiers qu’il déployait a Beni étaient de connivence avec les meurtriers de la population. Peut-être est-il meme le donneur d’ordre principal ? Pour en avoir le cœur net, il faut un procès. Et ce proces devra avoir lieu tôt ou tard !

L’on comprend bien maintenant pourquoi l’on a voulu maquiller l’assassinat, puis le simulacre de proces de feu Mamadou Ndala et Lucien Bahuma. L’on comprend pourquoi le President de la République était réticent à muter Mundos, et lorsqu’il l’a fait finalement il s’est gardé de l’envoyer loin de Beni. L’on comprend pourquoi la Monusco se plaignait souvent de ne pas savoir distinguer rebelles Ougandais et FARDC parce qu’ils portaient souvent le même uniforme de l’armée congolaise. L’on comprend enfin pourquoi à chaque fois que nous voulons denoncer ces massacres les autorités réagissent de façon irritée et brutale…

Demander aujourd’hui un proces pour le seul Mundos serait une perte de temps (encore faut-il qu’on l’obtienne!). Souvenez vous du cas Bosco Ntaganda, recherché pendant des années par la CPI, il a été publiquement protégé et soutenu par Joseph Kabila. Ou encore du General Amisi Kumba dit Tango Four: mis en cause par un rapport similaire du Groupe d’experts pour avoir distribué des armes au FDLR et avoir commis d’autres trahisons graves, il était suspendu quelque temps, puis blanchi et promu. Il dirige actuellement la tres stratégique Première Zone de defense , qui comprend la ville de Kinshasa. L’on se souvient aussi du General John Numbi, mis en cause dans l’assassinat du militant des droits de l’Homme Chebeya et son chauffeur Bazana: il n’a jamais été inquiété, quoique trompeusement suspendu de ses fonctions. Il y a aussi le General Celestin Kanyama, qui a fait massacrer les Kulunas à Kinshasa (opération Likofi) et qui est cité dans pas mal d’autres crimes graves. Il est toujours protège. Pareil pour le patron de l’ANR Kalev Mutond. La liste est longue…

Tous ont un seul dénominateur commun: ils ont commis des crimes graves et continuent de jouir de la protection et meme de la confiance du President de la République. Ce qui signifie qu’il cautionne leurs actes, ou qu’il en est commanditaire, ou bénéficiaire ! Il n’y a pas d’autre motif raisonnable possible !

Alors, Congolais, que devons nous faire ? Réfléchissons ensemble, mais vite avant qu’ils ne nous exterminent tous !

A la Lucha !

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Casques bleus tues en RDC : Une attaque préparée et orchestrée

Selon Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général adjoint en charge des opérations de maintien de la paix …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer