mercredi , 17 janvier 2018
Accueil / International / Asie / La Russie conseille à «Joseph KABILA» de quitter la RDC

La Russie conseille à «Joseph KABILA» de quitter la RDC

C’est donc dans ce climat que Kanambe et les siens tentent, tant bien que mal, de gérer les dernières informations «alarmantes» que les réseaux russes à son service viennent de lui fournir. En effet, les Russes lui ont annoncé que malgré les nombreux efforts (diplomatiques et financiers) déployés par ses lobbies pour convaincre la communauté internationale de le laisser se maintenir au pouvoir, le résultat a été plutôt très négatif. Car les USA sont en tractation avec un politicien congolais de souche (dont ils lui ont donné l’identité) pour que ce dernier soit celui qui le remplacera. Selon leur analyse de la situation, ses conseillers russes lui ont à nouveau conseillé de prendre toutes ses dispositions pour quitter définitivement le territoire congolais à l’insu de tout le monde et le plus tôt possible, avant que les différents dispositifs que ses nombreux adversaires sont en train de mettre en place actuellement ne lui soient définitivement fatals.

Rien ne va plus dans le microcosme de la «Kabilie». Plus les jours se succèdent et plus la situation tourne au vinaigre pour ceux qui se targuent de détenir encore la corde du pouvoir à Kinshasa. Même les membres du tutsi-power qui constitue le bouclier-protecteur autour de «Kabila» sont gagnés par le vent du pessimisme qui souffle sans discontinuer sur Kinshasa et toute la RDC. En effet, autant Kanambe est chaque jour en train de fourbir ses armes pour se maintenir au pouvoir par tous les moyens, autant tous ceux qui s’opposent à ce scenario indigeste, et Dieu sait qu’ils sont nombreux aujourd’hui, murissent à leur tour toutes sortes de projet pour en finir avec celui qui est désigné de tout côté aujourd’hui comme le dénominateur commun des principaux problèmes qui empoisonnent actuellement la vie politique de la RDC.

C’est donc dans ce climat que Kanambe et les siens tentent, tant bien que mal, de gérer les dernières informations «alarmantes» que les réseaux russes à son service viennent de lui fournir. En effet, les Russes lui ont annoncé que malgré les nombreux efforts (diplomatiques et financiers) déployés par ses lobbies pour convaincre la communauté internationale de le laisser se maintenir au pouvoir, le résultat a été plutôt très négatif. Car les USA sont en tractation avec un politicien congolais de souche (dont ils lui ont donné l’identité) pour que ce dernier soit celui qui le remplacera.

Selon leur analyse de la situation, ses conseillers russes lui ont à nouveau conseillé de prendre toutes ses dispositions pour quitter définitivement le territoire congolais à l’insu de tout le monde et le plus tôt possible, avant que les différents dispositifs que ses nombreux adversaires sont en train de mettre en place actuellement ne lui soient définitivement fatals. Dès réception de ce message et conformément à ce qui est devenu pratiquement un rituel chez lui, Kanambe appela immédiatement en catastrophe tous les membres de son staff plus ou moins loyal pour leur faire part de ces nouvelles alarmantes et voir avec eux comment tenter de sauver le Titanic qui tangue dangereusement. Les informations lui fournies par les Russes sont d’autant plus troublantes et préoccupantes qu’elles sont confirmées par Edouard Mokolo wa Pombo qui affirme avoir reçu, de son côté, par ses réseaux, les mêmes informations concernant le choix par les Etats-Unis d’un Congolais de souche pour succéder à «Kabila».

Même les efforts déployés par Azarias Ruberwa lors de son actuel séjour à Washington pour briguer la succession de «Kabila» ont lamentablement échoué, parce que les USA se sont enfin rendu compte, grâce à des faits tels que la colère des jeunes autour de la victoire des Léopards, de la ferme détermination du peuple congolais à ne plus accepter qu’on lui impose encore un autre étranger à la tête des institutions de la RDC. Il lui a été gentiment, mais fermement démontré qu’il serait aujourd’hui très difficile de le faire accepter auprès des congolais comme leur président après «Kabila» !

Attaques médiatiques, corruption, menaces et pressions en tout genre pour casser toute dynamique qui sonnerait le glas du pouvoir décadent en RDC

Devant les multiples fronts de colère et grogne, Kanambe et les siens en redoutent essentiellement un seul : le mouvement de masse. C’est ainsi qu’ils ont décidé de faire barrage à toute action de masse populaire, persuadés que la vague de tsunami qui risque d’ emporter tous leurs édifices partirait indubitablement de cette dynamique-là. Ainsi donc, tous les alliés déclarés de l’imposteur sont mis visiblement à contribution.

Grâce aux intimidations d’une part et avec l’aide habile de leurs alliés tapis au sein même de l’opposition d’autre part, ils ont réussi à étouffer jusqu’ici toutes les faibles initiatives timides et isolées de quelques leaders de l’opposition interne très infiltrée et contrôlée par les services de l’occupation. La seule issue, la seule porte de secours qu’ils tentent d’imposer aux congolais aujourd’hui reste celle du dialogue qui les amènera au glissement avec l’appui de leur allié l’UDPS. A ce sujet, Kanambe n’a d’ailleurs laissé aucune chance à Félix Tshisekedi ni à son père. Menacés de voir diffuser auprès du public les preuves des différentes tranches de versement d’argent que Kanambe a effectué en leur faveur en échange de leur soutien au processus du dialogue, et ne pouvant pas non plus rembourser toutes ces sommes d’argent, ils se sont vus contraint d’appeler à leur secours le secrétaire général de l’UDPS, Bruno Mavungu, afin que ce dernier monte au créneau pour saper le travail des «opposants récalcitrants à Kanambe».

Pour garantir le plein succès des objectifs qu’il s’est fixé, « Kabila » a planifié plusieurs arrestations des personnalités politiques, non seulement celles de l’opposition comme c’est le cas de Martin Fayulu dont on a appris la brève arrestation ce dimanche 14 Février 2016, mais aussi celle des nombreuses autres personnalités civiles et militaires déjà listées. Le général Kanyama vient d’ailleurs d’en faire les frais. En effet, au moment où nous couchons ces lignes notre rédaction vient d’être informée de l’arrestation de ce dernier sur ordre du raïs. Kanambe ayant été informé du projet du Général Kanyama de chercher à prendre la poudre d’escampette a préféré le neutraliser avant. Mais Kanyama risque de ne pas être le seul dans cette situation, certains des lieutenants collabos de Kanambe qui s’apprêtent secrètement à prendre eux aussi le large parce qu’ils sentent le vent tourner pourraient rapidement s’ajouter à la liste des arrestations en gestation. Kanambe envisage là aussi de faire quelques exemples pour dissuader d’autres rats de quitter le navire. Plusieurs collabos, et pas des moindres, sont déjà dans le collimateur de l’imposteur, mais L’œil du patriote se garde de citer leurs noms parce qu’ils ont déjà choisi leur camp. Et comme on dit : quand vous tirez le vin, il faut bien le boire !

Mais dans leur incertitude, Kanambe et le Tutsi-power recourent alternativement au bâton et à la carotte. Si d’un côté ils emploient la menace, l’intimidation voire la terreur, de l’autre côté, ils n’hésitent pas à recourir à une vaste opération de corruption sans précédent qui se déroule actuellement auprès des militaires et des policiers congolais. « Kabila » est en effet en train de faire tourner à fond sa planche à billets pour corrompre les généraux et les colonels de l’armée et de la police congolaises. Ces éléments longtemps méprisés et humiliés au profit des militaires rwandais, zimbabwéens, tanzaniens et autres, apparaissent aujourd’hui comme un danger potentiel au régime d’occupation en cas de leur appui au soulèvement populaire. « Kabila » et le Tutsi-power ont donc décidé de changer de fusil d’épaule et de faire d’eux leurs alliés. La corruption, arme fatale contre les congolais, a été choisi pour accomplir cette mission. Dimanche 7 février, «Kabila» a remis 120 000 dollars à chacun des généraux, en plus d’une résidence dans le nouveau quartier « OASIS ». De même, Il a remis l’équivalent de 100 000 dollars (en francs congolais au taux de change le plus élevé) à chaque colonel congolais. Et il s’apprête à verser une prime spéciale d’un montant de 3000 dollars aux soldats de rang congolais.

Mais à l’extérieur du pays, la plus grande phobie du régime d’occupation reste l’APARECO et son président. C’est ainsi que d’autres dispositions viennent à nouveau d’être arrêtées contre ce dernier et surtout certains de ses collaborateurs. Il s’agit de Maitre Ndala wa Ndala le vice-président et SG ai, de monsieur Ebama et Lufungulo à cause de leur proximité avec le PN due à leur amitié de longue date, de Candide OKEKE pour sa plume et sa loyauté au président de l’APARECO et enfin des SNE Lukika et Ilunga pour leur détermination et leur sortie contre le front citoyen. Le collabo Kukulu est chargé de s’occuper de ces deux derniers en leur proposant des postes pompeux et un retour au pays.

Les projets de kanambe pour arriver à contrer l’APARECO ne s’arrêtent pas là. Les sbires à son service ont recruté plusieurs congolais au sein de la diaspora notamment et comptent sur eux pour une campagne médiatique contre l’APARECO . Voilà à quoi en est pitoyablement réduit celui qui se fait appeler « Joseph Kabila ». L’étau des résistants congolais se resserre chaque jour un peu plus sur lui. Et quoiqu’il fasse rien n’arrêtera le processus qui permettra bientôt aux congolais de parler définitivement de lui au passé.

Paris, le 15 Février 2016

Candide OKEKE

L’ŒIL DU PATRIOTE

Published By www.KongoTimes.info – © KongoTimes! – All Rights Reserved.

Cet article a été lu 38453 fois

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Primature : Bruno TSHIBALA dégage

Président d’une plateforme de la société civile dénommée ‘‘Sauvons le Congo Plus’’, Boni Kamunga réclame …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer