dimanche , 17 décembre 2017
Accueil / Afrique / Rwanda : L’Opposition demande à la Communauté internationale de soutenir l’idée d’un dialogue inter-rwandais
Photo de Victoire IGNABIRE UMUHOZA, prisonnière politique au Rwanda
Victoire IGNABIRE UMUHOZA, prisonnière politique au Rwanda

Rwanda : L’Opposition demande à la Communauté internationale de soutenir l’idée d’un dialogue inter-rwandais

La proposition du Président tanzanien Jakaya Kikwete qui demande à Paul Kagame de négocier avec ses ennemis des Fdlr a fait tache d’huile. Cinq grands opposants rwandais ont saisi la balle au bond pour interpeller la Communauté internationale. C’est le 31 mai dernier qu’ils ont signé leur communiqué conjoint dans lequel ils secouent la Communauté internationale de soutenir l’idée du Président tanzanien et de faire pression sur Paul Kagame afin de le contraindre à ouvrir ce dialogue interrwandais dans le cadre de la paix globale dans les grands lacs.

Les opposants rwandais signataires de ce communiqué ne sont pas des moindres. Parmi eux d’anciens membres du pré-carré de Paul Kagame. Il s’agit de Théogene Rudasingwa, Etienne Masozera, général Faustin Kayumba, Dr Nkiko Nsengimana et Alexis Bakunzibaka. Ce sont de grosses pointures comme le général Kayumba ancien commandant en chef de l’armée rwandaise lors des deux premières agressions de la Rdc par ce pays. Là, il ne s’agit donc pas des Hutu ou des FDLR. Mais des Tutsi à qui Kagame doit beaucoup.

En Afrique du Sud où il était en exil, le général Kayumba a plusieurs fois échappé à la mort. Qui peut ainsi lui en vouloir à mort. A chacun d’y répondre. Ces opposants ne demandent qu’une chose à la Communauté internationale : le dialogue interrwandais comme préconisé par Jakaya Kikwete qui l’avait d’ailleurs restreint aux seules FDLR. Alors qu’il doit concerner tous les opposants armés et non armés. Kagame est acculé par ses propres anciens «coreligionnaires».

On ne peut pas tout demander à la Rdc qui subit les agressions camouflées du Rwanda et laisser ce dernier se tourner les pouces. Par exemple le dialogue dont on parle, il est exigé à la Rdc dans l’Accord-cadre avec toutes les forces vives de la nation. Kabila qui avait pris cet engagement s’y prépare et a, en conséquence, mis sur pied un mécanisme chargé de l’application de l’Accord-cadre.

En Rdc on subodore déjà la tenue du dialogue qui n’est pas le premier du genre. L’autre a eu lieu en 2003 lorsque le même Rwanda avait occupé la Rdc pendant 5 ans. Aujourd’hui, le Rwanda le fait par procuration en utilisant les rebelles du M23 qu’ils manipulent pour sa cause c’est des vérités historiques archi-connues. Mais le Rwanda n’a aucune obligation en termes de dialogue interwandais dans l’Accord-cadre.

Ce qui a révolté le Président tanzanien Jakaya Kikwete qui a voulu redresser la barre avec sa proposition de dialogue interrwandais et interougandais. Kagame peut se permettre de donner aux autres des leçons de démocratie alors que le régime qu’il a instauré dans son pays n’est qu’une dictature militaire. Au Rwanda tous les opposants sont soit en exil, soit en prison.

Il n’y a aucun espace de liberté. Kagame est le seul candidat à une élection dont les résultats sont connus d’avance. Et pour les prétendants courageux comme Mme Nengabire, ils croupissent en prison, condamnée non pour avoir présenté sa candidature, mais pour négationnisme.

Un régime qui rappelle l’époque des partis uniques avec des guides éclairés. Il faudra bien que la Communauté internationale réserve une oreille attentive à la demande des opposants rwandais qui n’exigent que l’application de la proposition de Jakaya Kikwete.

Les Congolais n’ont jamais compris comment au niveau de l’Onu, le Rwanda a été élu membre non permanent du Conseil de sécurité à une période où il est démontré l’appui de ce pays aux rebelles du M23. C’est bizarre qu’on n’en ait pas tenu compte ne fût-ce que pour s’abstenir à une telle élévation dans le contexte actuel du Kivu. Où la déstabilisation de l’Est de la Rdc est intimement liée au Rwanda.

La preuve, en a été fournie par la communication téléphonique du Président américain Barack Obama qui enjoignait Paul Kagame de cesser tout appui au M23 car disait-il, l’appui au M23 déstabilise l’Est de la RDC. En fallait-il plus pour démontrer la responsabilité du Rwanda dans la déstabilisation de l’Est de la RDC ? Or la, majorité des membres de l’Onu ont voulu que ce pays qui est un soutien avéré du M23 accède aux honneurs et avantages de membre du Conseil de sécurité. C’est vraiment le monde à l’envers. Dans cette logique il n’est pas sûr que la Communauté internationale entende les cris du cœur des opposants rwandais. Doute.

[Kandolo M.]

Cet article a été lu 4007 fois – 04/06/2016

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

RDC : Le Conseil de l’UE reconduit les sanctions contre les proches de « Joseph KABILA »

Pas d’appui au processus électoral sans garantie du respect par Kinshasa de la Constitution et …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer