lundi , 18 décembre 2017
Accueil / Élections / Gabon : « Pas d’élections » sans la mise en place de la biométrie
Meeting de l'opposition, le 1er octobre 2011 à Libreville

Gabon : « Pas d’élections » sans la mise en place de la biométrie

Pas de biométrie, pas de transparence électorale, pas d’élections a déclaré Jules Aristide Bourdes Ogoulinguendé, secrétaire général du CDJ, opposition.

L’opposition et la société civile gabonaise ont annoncé qu’il n’y aurait « pas d’élections » au Gabon sans la mise en place de la biométrie au cours d’une conférence de presse à Libreville samedi, à l’approche de législatives qui doivent se dérouler avant fin 2011.

« Pas de biométrie, pas de transparence électorale, pas d’élections » a déclaré Jules Aristide Bourdes Ogoulinguendé, secrétaire général du congrès pour la démocratie et la justice (CDJ, opposition), lors d’une conférence de presse réunissant différents partis d’opposition ainsi que la société civile.

Il n’y aurait « pas d’élections » au Gabon sans la mise en place de la biométrie

Ecartant la possibilité d’un boycott des élections par l’opposition, Zacharie Myboto président de l’ex-union nationale dissoute, a déclaré: « nous voulons qu’il y ai des élections mais des élections transparentes ».

« La population n’ira pas voter »

Afin d’empêcher une éventuelle tenue des élections malgré les exigences de transparence de l’opposition, « nous avons mis en place toute une batteries de stratégies qui vous seront dévoilées au moment opportun » a déclaré Pierre André Kombila, président du rassemblement national des bûcherons (RNB, opposition).

« Je pense que faire qu’il n y est pas d’élection ne sera plus une affaire de l’opposition seulement, mais deviendra une affaire de la population gabonaise (…) quand la population va prendre conscience, elle n’ira pas voter », a-t-il ajouté.

La Cour constitutionnelle avait refusé de reporter les élections de 2011 à 2012 pour permettre l’introduction de la biométrie.

« La Cour a procédé à son arbitrage », avait déclaré le président Ali Bongo Ondimba, ajoutant: « En tant que garant de la Constitution, je m’y soumets, comme tout acteur politique doit se soumettre aux lois qui gouvernent son pays ».

L’opposition gabonaise –dont les deux principaux partis, l’Union nationale (UN, dissoute) et l’Union du peuple gabonais (UPG)– a suspendu depuis juillet sa participation à la Commission électorale nationale autonome (Cénap), refuse de participer au processus électoral sans la biométrie.

Société civile et opposition ont annoncé le lancement dès samedi prochain d’une campagne de sensibilisation nationale débutant par un meeting populaire à Libreville suivi d’une marche de protestation.

[Afp]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Saint-Sylvestre : l’Accord qui dérange « Joseph KABILA »

Réuni, hier lundi 11 novembre à Bruxelles, le Conseil de l’Union européenne, organe qui regroupe …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer